Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Quand Biltine pleure sa bibliothèque, les ânes chantent MPS, Mahamat saleh Adoum Djerio s’en moque depuis son siège de l’Unesco : oyé MPS !

Le Tchad est malade. Le constat est réel et à tous les niveaux : politique, économique, social, culturel, administratif,….et j’en passe. Cela vaut pour toutes les régions. Mais le cas de Biltine pourtant considéré, à tort ou à raison, comme l’ossature du régime en place semble plus que jamais désolant. D’ailleurs, plus flagrant que celui d’Ametiman de mon « apatride» Mahamat Assilek Halata,lui qui d'ailleurs n' est pas étranger aux frasques et fastes du « patriote » Idriss Deby Itno . N’est ce pas ?

 

En effet, à la lumière des images de l’unique bibliothèque de la ville diffusée par Izadine Abdoulaye sur la toile, on peut déjà tirer la conclusion de dire tout honnêtement que le désastre intellectuel, à l’heure du MPS, a atteint son point culminant. Alors à qui la faute ? Au président Idriss Deby Itno ? A son parti le MPS ? A ses complices de toujours, les enfants de Biltine (Wadi Fira) ? Au ministère en charge des cultures et de la jeunesse ? A la mairie de la ville ? au présentant du Tchad a l’UNESCO ? … ???

 

Ces interrogations traduisent indiscutablement, pour ne pas dire le flou, qui entoure la gestion calamiteuse des affaires de l’Etat.

Sans lever toutes les ambigüités, on peut néanmoins en quelques mots, situer la responsabilité de ce laisser-aller tant au niveau national qu’au niveau local.

 

Le tout monde, s’accorde, aujourd’hui à dire que Idriss Deby a agenouillé le Tchad. Mais de grâce ! Est-il le seul responsable de ce bordel ? De mon coté, je dirai que NON ; Puisque les vrais responsables du gâchis, sont ailleurs. Ils sont reconnus de tous les Tchadiens.

Sauf qu’ils ne voudraient pas les indexer d’autant qu’ils se nomment les zakhawa de Biltine et les enfants des chefs de cantons : Arabes, Mimi, Ouaddaï, Aboucharib, Tama, Naorma. Ils forment à eux seuls le réseau du système MPS qui fait croire aujourd’hui à IDI, que lui seul incarne le pouvoir éternel de conduire le pays et que personne d’autre n’a le culot de le succéder. Ils sont Bamina, ils sont BN… et je ne sais encore quel B de Bordel.

 

C’est pourquoi donc, au nom de la solidarité zakhawa et au respect des accords tacites/occultes conclus avec les enfants de chefs ,ci-haut cités, IDI a tout cédé : la primature, les postes ministériels, le cabinet présidentiel, le secrétariat général de la présidence, les conseillers spéciaux et de missions, les SG de ministères, les Directions Générales, le Secrétariat General du parti, les sièges de députés, les postes de conseils, les représentations diplomatiques, la coordination de l’ANS, la police nationale, la gendarmerie , l’armée , les marchés publics … !!! Sauf que….

 

Sauf que cette confiance ou « générosité » est implicitement traduite par ces retors comme étant une assurance à des fins d’arnaque, de trahison, de pillage systématique des maigres ressources de l’état a tel point qu’ils sont aujourd’hui devenus des milliardaires au détriment, bien entendu, des autres intellectuels et cadres de la région .

 

Sauf qu’IDI, suspendu aux lèvres de ces laudateurs, a perdu la confiance du peuple et le peuple a aussi perdu complètement sa confiance en lui. D’ores et déjà, il s’est retrouvait prisonnier enchainé par ses laquais de Biltine. Oui IDI, seul, mal conseillé, mal aidé … ils l’ont pris en otage. Il l’on totalement embaumé. Ils l’on ainsi endoctriné et puis enfin de compte, complètement détourné de sa noble trajectoire de démocratiser le pays et les institutions de la République.

 

Sauf qu’en 25 ans de pouvoir, la clique fieffée de Biltine a spolié tous les plans retors. Du coup, elle s’est accaparée de toutes les richesses du pays. Les marchés publics, les BTP, le pétrole, la cimenterie, l’Import-export … c’est leur chasse gardée. Sans laisser de coté les postes de responsabilités et les bourses d’études qui se partagent évidemment entre copains ou en famille.

 

Maintenant que les images de la bibliothèque viennent de lever la voile de cette trahison - Maintenant que l’électricité n’existe plus a Biltine - maintenant que l’eau est devenue une denrée rare a Biltine - maintenant que la famine a élu domicile a Biltine - maintenant que …, maintenant que le sous-développement est une réalité incontournable dans cette partie du pays - maintenant que ces prédateurs aux discours matamoresques se sont rattrapés par leur mensonge …,

Peut-on alors, sérieusement croire et continuer à attribuer ce retard de Biltine au seul IDI ? A son seul gouvernement ? A son manque de volonté de développer le Tchad ? Ou bien faut-il simplement considérer le sous-développement comme une particularité du tout le Tchad ? Ou alors se taire et laisser le chameau de Biltine continuer son chemin de destruction ?

Voila pourquoi la réponse, l’appel au boycott que le représentant du parti le Coq blanc, Izzadine Abdoulaye Gassari appelle de ses vœux, « une victoire aux élections », a du sens.

 

Au delà, ce cri de cœur lancé par ce représentant d’un parti autre que le MPS, reste donc à saluer à sa juste valeur. Quand on sait déjà que l’opposition au MPS dans cette partie du Tchad, a couté la vie au prof Ibni Oumar Mahamat Saleh et bien d’autres compagnons d’IDI.

Cet appel interpelle cependant chacun de nous. Qu’on soit Gouvernement, leader politique, citoyen, sympathisant, rebelle, soulard, sans exception. Car, ces images de notre bibliothèque laisse plus d’un à réfléchir mille fois quant à la marche du pays au delà du sort réservé à la jeunesse Tchadienne en général et celle de Biltine en particulier.

 

Donc pour sauver tout le Tchad du joug du MPS, un seul mot : La RUE. Tous les jeunes, sans exception, doivent résolument s’assumer et prendre leurs responsabilités à l’image du BALAI CITOYEN dès lors que les vrais responsables de leurs souffrances sont identifiés et connus. Deby et sa clique de Biltine. Ou qui d’autre encore ?

 

Koubi wald Abou zahra

Du Cabaret - Iya Kilkélé- Biltine