Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Biométrie au Tchad: le parti PDS dresse un constat amer et déplore

 

 

Parti Démocrate et Socialiste Démocratie- Solidarité-Progrès

 

« Nous sommes la force de l’argument »

 

Tel : +235 66 29 35 03 / 99 90 44 06 N’Djamena-Tchad

 

 

Point de presse du 05 décembre 2015

 

Mesdames et messieurs les journalistes ;

Messieurs les secrétaires généraux et présidents des partis politiques amis ;

Camarades militantes et militants ;

Mesdames et messieurs ;

 

Le 26 octobre dernier, la Commission Nationale Indépendante (CENI) lançait le recensement électoral biométrique correspondant à l’exigence du peuple tchadien. A quelques jours de l’expiration du délai imparti à cette opération, le constant est amer. Un grand nombre des citoyens en âge de voter ne sont pas encore enrôlés.

 

Au regard de la lenteur observée dès les premiers jours dans le déroulement des opérations, beaucoup des voix se sont relayées pour dénoncer le dysfonctionnement de l’opération du fait de l’insuffisance criante des matériels d’enrôlement, qui plus est d’une vétusté notoire. Comme si cela ne suffisait, la formation des agents recenseurs a été réalisée à la va vite, avec toutes les conséquences que cela implique : la non prise en main de l’outil informatique par la quasi-totalité des agents recenseurs.

 

La pensée qui m’a animé en organisant cette rencontre avec la presse, a pour objectif d’échanger avec celle-ci sur la problématique du recensement biométrique sur lequel le peuple tchadien qui aspire à un renouveau national a jeté tout son dévolu.

 

Mesdames et messieurs,

Vous-vous en doutez, le recensement biométrique a été négocié et obtenu in extremis, en ce sens que le régime MPS, qui table toujours sur le vol pour gagner les élections n’en voulait pas. Il a fallu une pression forte de la part des partis politiques de l’opposition, appuyés en cela par la société civile pour que le pouvoir parvienne à lâcher du lest. Cependant, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le régime MPS cherche à saboter l’opération. Nous en voudrons pour preuve, l’attribution du marché à la société SAFRAN MORPHO en violation flagrante des disposions du code des marchés et des textes subséquents, le déploiement des matériels d’enrôlement en nombre absolument insuffisant, le niveau médiocre des opérateurs de saisie, bref, l’impréparation.

 

Cette machination nous préoccupe sérieusement au PDS. Notre inquiétude est d’autant plus justifiée que beaucoup des villages ne seront point touchés par le recensement. C’est ici le lieu de fustiger les tintamarres du MPS autour du recensement. Cette propagande au relent de campagne préélectorale laisse présager d’un manque de volonté politique de la part du pouvoir d’organiser des élections qui soient équitables et susceptibles de garantir la concorde nationale mise à mal par le Régime MPS.

 

Mesdames et messieurs

Nous savons que le respect de la parole donnée n’est pas le fort de notre souverain. La prétendue campagne de sensibilisation au recensement que le pouvoir MPS mène actuellement tambour battant alors que l’insuffisance des kits d’enrôlement est patente participe, vous vous en doutez, de la pure diversion à laquelle le peuple tchadien est habitué. Mais la question de recensement qui est un acte civique est très sensible pour être traité avec autant de légèreté. A cet égard, qu’il me soit permis de faire observer que « lorsque ceux qui gouvernent perdent la honte, ceux qui obéissent perdent le respect ».

 

Quoiqu’il en soit, nous pensons que le moment est venu pour le chef de l’Etat de faire preuve de fair-play en organisant des élections apaisées. En d’autres termes, nous exigeons un recensement électoral, qui soit le plus exhaustif possible pour éviter le risque d’une compromission du processus électoral en cours. Car, dans un état de droit, il est inadmissible que le MPS, prétextant la sensibilisation au recensement, mobilise Ministres, Secrétaires Généraux, Directeurs Généraux, Directeurs techniques, Chefs de service et autres cadres de l’Administration pour une mission d’intérêt équivoque.

Au demeurant, nous redoutons l’annonce de la fin de l’opération de recensement à la date échue. Ce serait une hérésie politique de penser à priver un citoyen de toute possibilité de l’exercice de son droit civique.

 

Cela dit, il nous revient d’interpeller le Chef de l’Etat en tant que garant du fonctionnement harmonieux de l’Etat d’envisager la prorogation du délai de recensement, quitte à bousculer la fameuse « ligne rouge », de manière à permettre l’enrôlement de tous les citoyens en âge de voter, principe de l’égalité des citoyens devant la loi oblige ! Cela ne cause aucun problème. Il va sans dire que

 

Voilà mesdames et messieurs les journalistes, mesdames et messieurs les invités, camarades militantes et militants, le message que j’ai souhaité partager avec vous, espérant que cela amènera le Gouvernement et la CENI d’appréhender la nécessité d’une prorogation du délai qu’exige la situation pour garantir à tous les citoyens en âge de voter l’exercice de leur droit.

 

Je vous remercie !