Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Affaire Lamine Diack: la RADDHO exige au Sénégal l'ouverture d'une enquête immédiate

                                            COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Déclarations de l'ancien Président de l'Iaaf

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) a appris à travers la presse les déclarations de Monsieur Lamine Diack, ancien Président de la Fédération internationale d'Athlétisme (Iaaf), mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé par la justice française.

Selon le journal français « Le Monde », qui a publié ces déclarations, Monsieur Diack aurait affirmé avoir reçu de la Russie 1,5 millions d'euros pour éjecter du pouvoir l'ancien Président Me Abdoulaye Wade. Cet argent aurait été distribué par Monsieur Diack à l'opposition et à la jeunesse sénégalaises lors de l'élection présidentielle de 2012.

Face à ces graves révélations, qui portent atteinte à l'honneur du Sénégal et à la crédibilité de ses institutions politiques, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) :

  • Exige l'ouverture immédiate d'une information judiciaire contre x pour faire la lumière sur les faits révélés par Monsieur Diack pour le respect des principes de l'Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance ;
  • Demande aux autorités gouvernementales de mettre rapidement un terme aux convocations, aux arrestations ou interpellations des journalistes et acteurs politiques en relation avec cette affaire, ce d'autant que l'Etat du Sénégal n'a exercé aucune action judiciaire contre le journal « Le Monde » qui a révélé les déclarations litigieuses de Monsieur Diack ;
  • Invite l'ensemble des acteurs de la classe politique sénégalaise à la sérénité et à considérer qu'à ce stade, il n'a ya pas de coupable identifié en vertu du principe de la présomption d'innocence.

 

 

Fait à Dakar, le 19 Décembre 2015

Le Secrétariat Général