Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: mémorandum du CAMOJET

Collectif des Associations et Mouvements de Jeunes du Tchad (CAMOJET)

Folio : 2278/2006

Adresse : (235) 66 26 96 26 / 66 45 55 90 / 66 27 73 54

Email : camojet@hotmail.fr

Agir Pour la Jeunesse

MÉMORANDUM

APPEL DE LA JEUNESSE CITOYENNE AU SERVICE DE LA REPUBLIQUE

Proclamé le 28 novembre 1958, comme République, le Tchad accède à son indépendance le 11 août 1960. Cette proclamation a donc jeté les fondements sur la base des principes républicains tels entre autre la laïcité, la démocratie. Fruit de la détermination des tchadiens, cette proclamation ne s’est concrétisée sans les conséquences majeurs dont les filles et fils du Tchad ont payé des lourds tributs. Malheureusement cette journée est souvent passée inaperçue et voire même négligée.

Le manque d’attention et des moyens adéquats à la consolidation et la sauvegarde de cette République va engendrer des conflits auxquels des milliers des morts et dont les citoyens ne s’attendaient pas, et ce, sous la désorientation des hommes politiques qui plutôt visent leurs propres intérêts au détriment du peuple.

Conscients de l’édification d’une nation comme la nôtre, les jeunes leaders rappellent le sens combien de fois important, de cette date mémorable. Le contrat social par lesquels les tchadiens ont souscrit sur les principes républicains doit nous servir de guide pour la promotion des valeurs positives de paix, de notre diversité culturelle, source de richesse.

Nous jeunes leaders associatifs, à l’occasion de ce 57ème anniversaire constatons ce qui suit :

· La sauvegarde de la paix et de la quiétude nationale bien que relatives soient-elles sont des préoccupations que partagent tous les tchadiens ;

· La mauvaise gouvernance a conduit le pays à une crise économique sans précédent avec un taux galopant de chômage;

· Le rehaussement du Tchad et de sa détermination au sein des nations du monde malgré que ces dernières sont conscientes de l’engagement de notre peuple à travers son armée pour vaincre les forces du mal (secte terrorise et mouvements radicaux islamistes…), notre pays fait d’énormes pertes(en vies humaines, matérielles et financières);

· Une stabilité politique relative et un processus démocratique incertain dans un contexte pré-électoral primordial, dans un climat d’instabilité sous régionale ;

Cependant, ces constats doivent nous interpeler tous en tant qu’un peuple fier et unis au tour de ses valeurs républicaines. Le gouvernement doit favoriser et créer des conditions propices à la paix et à la cohésion nationale, grâce à la promotion du dialogue entre les citoyens et les différentes communautés respectives.

La consolidation des acquis chers à tous les concitoyens ne pourra se pérenniser que si :

Ø Les Institutions de la République doivent être dépolitisées au service de tous et non d’un parti politique ou groupe d’intérêts. Elles doivent traduire la mise en œuvre des grandes orientations politiques, et si ces dernières inspirent confiance au peuple ; en d’autre terme, ces institutions devront rendre compte de leur gestion au peuple ; et tout cela devra s’accentuer sur la bonne gouvernance institutionnelle gage d’un développement économique et social harmonieux et durable ;

Ø La classe politique dans son ensemble : doit prôner la participation citoyenne pointue et clairvoyante tout en se délaissant des manœuvres politiques qui peuvent détourner des paisibles citoyens de la volonté de vivre ensemble ; l’alternance, l’équilibre national, la culture de la tolérance, la transparence devraient constitués l’essence même de la vie d’un parti politique ; par conséquent le débat pluriel devra traduire l’existence d’un climat démocratique que le gouvernant doit en faire un devoir et prendre en compte les propositions efficaces et efficientes émanant des chefs des partis politiques ;

Le Cadre Nationale de Dialogue Politique et la Commission Electorale NationaleIndépendante doivent être des institutions ou structures de promotion de dialogue, de la cohésion sociale et des élections transparentes par le degré constant de leur détermination à défendre les valeurs fondamentales qui font du Tchad une République sur le modèle démocratique. D’engager des débats sur des vrais sujets susceptibles de blocus qui pourraient germer des tensions incontrôlés facteurs d’explosion guerrière.

Ø Le Gouvernement : doit adapter ses programmes en fonction des besoins et réalités du pays, car nous ne sur mesurons pas l’économie du pays mais nous sommes conscients que si l’ « on ne peut gérer le petit, ce n’est pas le grand qu’on pourra gérer » ;

Ø L’Assemblée Nationale doit davantage contrôler l’action du gouvernement : car lorsque tout un peuple perd espoir envers ses représentants, des replis identitaires s’intensifieront et les désordres conflictuels germeront des guerres. Et que les députés reflètent l’image et la volonté du peuple, car c’est entre vos mains l’espoir de la population qui croyait à la démocratie et ses directives clairement définies par la Constitution.

Ø La société civile, doit se déterminer de son rôle d’acteurs citoyens capables de se mouvoir afin d’espérer à une alternance d’idées et de démocratie en son sein et en exiger au politique ; une société civile non belligérante et moins encore sous une emprise politique quelconque (de l’opposition ou du pouvoir). La société civile tchadienne devra entamer des efforts pour une lutte objective pour but d’obtenir le respect des droits de l’homme et la bonne gouvernance. La société civile tchadienne est crédible que lorsqu’elle applique elle-même en son sein les valeurs qu’elle défend. Les critères de transparence dans la gestion, de l’alternance et de la démocratie doivent être respectés au sein de chaque organisation de la société civile ;

Ø La presse : fournis des efforts remarquables dans des conditions très difficiles, bravant la peur, les manœuvres dilatoires afin d’informer les populations et dénoncer des actes de corruption, d’injustice, de criminalité, etc…

Nous saluons particulièrement les efforts de la presse privée, les blogs, sites internet, et les réseaux sociaux qui contribuent à la libéralisation de l’information, contournant ainsi la censure et constituent une tribune d’échanges et des débats démocratiques pour les jeunes.

Cependant, une grande partie de la presse est partisane, constituant ainsi une menace à la cohésion nationale. Nous déplorons la partialité de certains organes de presse dans le traitement des informations dans les conflits agriculteurs et éleveurs, communautaires et souvent des confusions volontaires entre gouvernants et religions, zones géographiques, ethnies et les comportements et actes individuels. La presse doit être impartiale et au service de tous les tchadiens.

Ø La Jeunesse tchadienne, d’être sereine et active dans la participation à tout processus politique la concernant. Des mots creux comme « jeunesse fer de lance » alors qu’aucun jeune n’est pris en compte dans les politiques les concernant, « jeunesse qui ose et qui a de l’audace » alors que nos projets sont à peines examinés et pris en compte, au détriment des malsains, la « renaissance » sur la base de l’ « excellence » alors que tout l’environnement administratif est aux mains des incompétents où les postes des services techniques sont politisés et assurés par des individus ayant pour objectif l’enrichissement à tout prix… La mauvaise gouvernance se répercute sur les jeunes avec conséquences néfastes (corruption, népotisme, drogues et crimes et banditisme de tout genre) ; ce manquement constaté par l’absence d’une politique de jeunesse, et le manque de contrôle tout efficace sur les institutions mises en place pour aider les jeunes (ONAPE, FONAJ entre autre) induisent davantage les jeunes à des frustrations du jamais vu, ou si ça s’explose ça cassera tout. Exemple : manque de clarté, et de garantie du principe tel que : « le citoyen est libre et égal devant le service public ».

Nonobstant, les jeunes doivent être plus courageux et déterminés à surmonter les difficultés, car ensemble nous partageons nos douleurs, ensemble nous partageons nos exploits. Unissons-nous et le 28 novembre nous rappelle l’essence même du contrat social par lequel nos aïeux ont souscrit, animés d’une seule et unique volonté de vivre ensemble dans la paix.

ENSEMBLE NOUS AGISSONS, ENSEMBLE NOUS VAINCRONS L’ENNEMI COMMUN.

Ø Hommage renouvelé pour les hommes qui ont contribué corps et âme à l’édification d’une Nation qu’est la République du Tchad. Hommes politiques, religieuse de confession, acteurs de la société civile ou des opérateurs économiques qu’ils trouvent ici l’expression toute aussi déterminée des jeunes capables de relever les défis du pays à partir de leurs modestes contribution.

Ø

Nous jeunes leaders du Collectif des Associations et Mouvements de Jeunes du Tchad, réunis ce jour vendredi 27 novembre 2015 en groupe de réflexion réaffirmons notre détermination à la consolidation des acquis démocratiques germes du fondement républicain. La promotion des valeurs républicaines, notre crédo !

Car le Tchad du demain c’est nous, et demain se construit maintenant.

Jeunesse Républicaine en Action.

Pour les jeunes leaders :

LE RAPPORTEUR DU GROUPE DE REFLEXION

TINGOLFA NGOINA EMMANUEL

LE COORDINATEUR NATIONAL DU CAMOJET

MAHAMAT ZENE CHERIF