Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le recensement biométrique, de qui se moque-t-on?

Apres l’ère de la fameuse démocratie qui avait souffle au sommet de Baule, le Tchad sous le régime clanique et tyrannique du sultan Deby s’en profit pour faire sale tour…

La démocratie, prétendue comme liberté d’expression, d’Egalité, de la justice sociale, de vote, de manifestation, de circulation…dont les tchadiens n’ont jamais connu et vécu sous le souffle de Deby. Deby et ses acolytes n’ont guère songéà laliberté que veut le tchadienprécisement celui de libre scrutin.

En ce qui touche en plein fouet le recensement électoral, le « Démon-crétin » qui se confond à un Démocrate,le sultan d’Amdjarass se moque des tchadiens sous prétexte, cette fois-ci nous passerons à la biométrique.

Mais la question reste à poser : Qui recense-t-on ?, les chameaux de Deby ?

Le sultan-General qui naguère songer quitter le pouvoir se plaint d’insuffisance d’argent pour couvrir le recensement biométrique des tchadiens de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant son frère Salay Deby, ex-directeurà vie de la Douane et devenu aujourd’hui guide de la révolution clanique,bâchait des milliards de Fcfa dans les pick-up provenant de la douane de Ngueli et garés dans sa cours.

C’est ainsi, le constat de recensement sur le terrain laisse comprendre que c’est de la poudre aux yeux des tchadiens. Ceci se voue par le manque des opérateurs qualifiés en outils informatiques et la majorité des agents-operateurs de recensementétaient recrutés au prèsdes bureaux « Mps » le parti du régimedans les différents arrondissements de la ville de N’Djamena sans aucune notion appropriée des kits d’enregistrement biométriques.

Comme nous vivons dans un pays où seul le monarque Deby décide de vie ou de mort de ses compatriotes et ses charognards « partisan de moindre efforts » de son parti Mps, ont droit au travail, droit à la vie, droit à l’éducation et au détournement de biens publics…voilà comment le recensement vide de sens se déroule à cet instant au Tchad.

A l’étranger, dont le cas au Nigeria et Cameroun voisin que nous renseigne nos correspondants sur place fait la traversée du désert sans goutte d’eau et parait idem. Au Nigeria, un militant de Mps soit disant président de la ceni (commission électorale nationale et indépendante), s’accapare avec la complice des autorités semi-alphabètes de l’ambassade pour jouir de l’impunité. Ridicule était que, les militants du parti Mps se subdivisent en représentant des partis d’opposition sans état d’âmes.

Au lieu de 20 jours de recensement prévu par la délégation de la ceni venue du Tchad pour la circonstance, le président de la ceni d’Abuja militant avéré de Mps, Mr Mbaitissem Laurent fait le partage de la manneà ses stratèges en compressant les activités en 12 jours. Ce dernier, sans connaissance de la loi martèle que : « les 8jours soustraits seraient en vue d’avoir un peude somme d’argent, qui devait payer les opérateurs de recensement et accompagnateurs, en guise d’organisation du lancement officiel de la cérémonie d’ouverture et de mobiliser les tchadiens vivants à Abuja ». C’est ainsi, il payât les opérateurs à 15.000 Fcfa journalier(qui vaut 4,500 naira) au lieu de 30,000 Fcfa prévus et les accompagnateurs à 10,000 Fcfa (équivaut 3000 naira).

Pourtant, le Nigeria regorge tant des ressortissants tchadiens éparpillés dans ses 36 états. Mais, le seul bureau de recensement fut pour ceux vivants àAbuja. Or, les grandes universités du Nigeria comme celle de Lagos, Zaria et Ibadan accueillent des milliers des étudiants tchadiens par an, mais ne se sont pas vus recenser !

Ceci étant donné que, le régime sans foi ni lois de Béri habituéà sa mascaradeélectorale ne fait que le jeude Deby contre Salay dont la victoire est connue d’avance.

Alors, à quoi sert de gaspiller nos milliards sur un recensement qui établit la magouille des Itnos sans payer les fonctionnaires ?

Il ne vaut mieux tard qu’a jamais, le résultat de l’élection de 2016 est connu d’avance quand le General-sultan, porte-parole des Béris, présidentà vie Idriss Debydéclarait dans le village de l’opposantIbni Oumar Mahamat Saleh (qui n’est plus réapparut sous la gâchette de la garde présidentielle des Itnos en 2008), lors de la célébration de la 57e anniversaire de l’indépendance du Tchad précisementàAbéché, qu’il ne quittera pas le pouvoir ! Dans sa prophétie abjecte, Deby sans crainte du vaillant peuple tchadien avoue qu’il est le seul maitre à la destinée du Tchad. Cependant, les tchadiensn’auront pas tort de renvoyer encore sa perte d’espoir de vie sur le dos de la France qui le maintien Deby bec et ongles dans son fauteuil.

Yatouwa Akoui Salaydepuis Korotoro.