Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Idriss Deby Itno, panafricain de même stature que Mandela ou Sankara...(rencontré dans un café parisien)

Hier dans un café au 10e à Paris, nous discutions des attaques terroristes récentes perpétrées à Paris; nous voulions nous retrouver pour parler un peu; parler de l'Afrique, des grands sujets (panafricanisme, monde, géopolitique, terrorisme). Un monsieur malien a évoqué l’intervention tchadienne au Mali et a cité les faits de guerre mémorables du Tchad et de votre président Idriss Deby Itno me disait-il.

Je lui ai demandé, que sais-tu de Deby? Il a pris quelques instants puis me répond honnêtement : peu de chose. Je lui demande, c'est quoi peu de choses? Il me répond en fait rien hormis les faits d'armes qui ont peu de valeurs dans un espace intelligible.

Je lui ai dit que sa réponse était intelligente et surtout honnête. Il connait les faits de guerre de Deby, mais il ne sait rien de l’homme. Aucune idée, aucun message mémorable, aucune citation, aucune vision défendue par l'homme,...

J'ai répondu au Monsieur le Malien, je vais le designer ainsi, que Deby, c’est exactement cet instant qui a suivi ma question : un instant de silence et d'hésitation qui se traduit par rien.

Idriss Deby Itno est un vent sur le plan des idées, des rêves, des ambitions et des messages de grandeurs pour l’Afrique. Autant pour le Tchad avais-je ajouté.

Idriss Deby Itno veut marcher sur les traces des géants d’Afrique noire comme Sankara, Mandela, Lumumba, Senghor,..., mais il en est incapable par carence d’idées, de visions, de qualités, d’intelligences, de messages et de projets panafricains. Des chefs d'État que la jeunesse africaine cite partout, même dans les mémoires d'études.

J’ai demandé à un autre débatteur autour de notre table pourquoi il pouvait instantanément citer un message de Nelson Mandela, de Sankara, une pensée de Senghor, une formule de Sekou Touré, mais rien sur Deby, pas un seul moment marquant le commun de l'Afrique?

Une raison en est les Sankara et Mandela par exemple sont des hommes denses et profonds; leur amour pour l’Afrique est indiscutable; leur dignité d’hommes noirs est plus grande que tout, plus grande les pétrodollars qui attirent certains au Yémen en délaissant les-leurs face à Boko haram.

Idriss Deby va au Yémen en abandonnant Camerounais, Nigérians, Nigériens et les siens à Boko Haram. Que va chercher l’armée tchadienne au Yémen??? La sécurité de l’Afrique? La sécurité du Tchad? L’émergence de l’Afrique? L’éducation des Tchadiens?Élargir son panafricanisme?

Lorsque d’essence et de morale, l’on n’est pas grand, l’on ne deviendra jamais un grand homme quand même les décors autour soi sont grandioses. Les interventions de Deby en Afrique ne sont que des épisodes sans âme pour l’histoire; Deby n’a jamais livré un seul enseignement mémorable ni aux Tchadiens ni à l’Afrique; les Tchadiens eux-mêmes ne peuvent même pas le citer. Même le « je n’ai ni or ni argent » n’est pas de Deby, mais seulement lu par Deby.

Il est des hommes qu’on n’oublie pas quel que soit notre volonté de les effacer de notre mémoire. Il est d’autres qui sont condamnés à l’oubli même s’ils s'agitent et font tout pour capter notre attention.

C’est dire que si vous nourrissez l’esprit, vous resterez dans l’esprit et les cœurs des gens. Vous gavez les ventres des gens pour avoir leurs faveurs, ils vous les accordent mais ils vous évacuent comme un déchet après quelques heures de digestion. C'est ça aussi qu'Idriss Deby n’a pas encore compris. C’est pourquoi, il joue du mauvais coté.

La jeunesse africaine cherche à s’abreuver d’idées, de visions, de paroles et de messages qui restent dans les cœurs, des paroles qui instruisent et éduquent, des mots qui renforcent la fierté et qui font grandir, des discours d’homme visionnaire qui préparent les jeunes dès aujourd’hui à affronter l'avenir. C’est cette empreinte-là que les Sankara et Mandela ont léguée, laissée comme une marque indélébile. Marcher après eux, ce n’est pas donner à tous. Eux, ils ont démontré leur panafricanisme et ont convaincu. Les arrivistes, qu'ils fassent leurs devoirs et on verra. Que personne n'insulte notre intelligence.

Hamat Guera

hamad.guera@gmail.com