Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les attentats de Paris, qui ont fait 132 morts, ont ému le monde entier. La France n’a jamais connu d’attaque terroriste d’une telle violence perpétrée au cœur de sa capitale. Comment une telle situation a-t-elle pu se produire ? Que révèle-t-elle ? Le géopolitologue indépendant et consultant sur les questions internationales, Hamid Chriet, livre son analyse à Afrik.com. Interview.

Afrik.com : Comment expliquez-vous qu’un pays comme la France puisse être confronté à des attentats aussi sanglants menés par Daech au cœur de Paris ?

Hamid Chriet : Il faut d’abord rappeler que ​depuis ​ces dix dernières années, ​à la ​fin du mandat de l’ancien français Président Jacques Chirac,​ la France a modifié sa politique étrangère vis-à-vis du monde arabe, de l’Afrique, de la Chine, de la Russie et de l’Iran. Un alignement aveugle sur la politique étrangère des États-Unis qui, rappelons-le, est à​ l’origine du ​chaos irakien ; coagulation de plusieurs ralliements tribaux qui ont donné naissance à Daech. Sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy​,​ c’est le​ chaos ​libyen qui ​a créé un laxisme et une complicité à l’égard de certains pays du Golfe​,​ qui financent des mouvements terroristes dans la région. De plus​,​ face à une crise économique sans précédent, la parole d’hommes politiques, de pseudo-expert​s​, d’imams faussaires, invités sur des plateaux télévisés et ne représentant pas les Français de confession musulmane, participe à une frustration, à un climat islamophobe, à une banalisation, voire une normalisation de la parole raciste qui est devenue un racisme d’​E​tat, une stigmatisation des Français de confession musulmane, qui s’est accentuée ces vingt dernières années. Face également à une classe politique vieille, n’étant plus proche du peuple, habituée des beaux salons parisiens, la République se trouve confrontée à son propre jeu : celui d’une République qui se veut avant tout égalitaire alors que dans la réalité, elle n’est que ploutocratique, discriminatoire, favorable à des dictatures en Afrique.

Qu’est-ce qui pousse de jeunes Français à mener des attentats contre leur propre pays et à combattre pour Daech ?

Ces jeunes Français qui rejoignent Daech sont des enfants perdus de la République. C’est le modèle français qui doit être remis en question. La preuve, face à ces attentats, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve vient d’annoncer avoir pris 34 arrêtés d’expulsion et ordonné six déchéances de nationalité. Ce signal est envoyé à tous les Français de double culture en leur disant finalement​​ "nous ne vous considérons pas comme des Français à part entière et que si nous le décidions demain, nous sommes capables de vous retirer la nationalité française et de vous renvoyer dans le pays de vos grands ou arrière grands-parents !" Certains n’ont jamais vu le pays d’origine de leurs parents. Où va-t-on les expulser ? En Syrie ? en Irak ? Au Yémen ? En Afghanistan ? En Arabie Saoudite ? Au Maroc ?en Algérie ? en Tunisie ? Avec une analyse et une lecture sous ce prisme, cela peut aussi mettre encore plus en exergue un sentiment de rejet que certains ressentent déjà face à la discrimination dans l’emploi. Cette frustration peut créer finalement d’autres monstres car Daech pourrait pointer du doigt cela en disant : « Vous voyez, vous ne serez jamais Français même si vous avez une carte d’identité ».

Concrètement quels sont les objectifs de Daech ?

Les objectifs de Daech sont de diviser le peuple français, de semer le ​chaos, la peur et la haine de l’autre. Je dirai que d’autres partis politiques le font à leur manière, plus subtilement, comme avec l’affaire du pain au chocolat dont beaucoup se souviennent encore, qui avait fait débat en France.

Beaucoup d’internautes ont dénoncé le fait que les attentats de Paris aient été beaucoup plus médiatisés que par exemple l’attaque de l’université kényane à Garissa, qui a fait près de 153 morts ou encore les attaques régulières de Boko Haram. Qu’est-ce que cela révèle ?

Je pense qu’il ne faut pas rentrer dans le concours des victimes. Cela serait même indécent vis-à-vis des familles de victimes. Pour aller plus loin à votre question, je pense qu’il est indispensable de créer une conférence internationale sur l’armement et de proposer un moratoire sur la vente d’armes, de contrôler les industries militaires, de rééchelonner la dette avec l’organisation d’une conférence pour la réévaluer, selon chaque pays. Il faut aussi lutter contre la balkanisation, instaurer un dialogue entre l’Arabie Saoudite, la Turquie et l’Iran. En ce qui concerne l’Afrique, il faut créer des villages de 30 000 habitants, afin de créer des dispensaires, des écoles, revoir la gestion de l’eau, des terres agricoles. Il faut aussi faire émerger la création d’entreprise française de colocalisation et coproduction avec des partenariats de coopératives de jeunes issus des banlieues françaises, souvent eux-mêmes issus de l’immigration majoritairement africaine. Cela va permettre la création de plusieurs emplois en France et en Afrique. Il faut aussi lancer un plan d’agriculture d’envergure pour le développement de l’Afrique. Il faut aussi revoir les accords militaires avec les pays africains. Tout cela va créer les conditions pour une croissance retrouvée et une paix instaurée. Tous ces facteurs détermineront la recomposition des sphères.