Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Circonscrire la menace terroriste: Interview exclusive avec Abbas Kayangar (Canada)

 Interview avec Abbas Kayangar sur le phénomène terroriste

 

Réfugié depuis quelques années au Canada, Abbas KAYANGAR, policier de formation, a travaillé au Tchad puis en Haïti pour le compte des Nations Unies dans le cadre de maintien de la paix où il a même obtenu un témoignage de satisfaction.

Face aux montées en puissances du phénomène terroriste dans le monde, il a accepté de répondre à notre interview pour analyser les origines de cette menace qui a pris une ampleur inquiétante en Europe et en Afrique.

Pour circonscrire le terrorisme, il propose des solutions.

Interview

Question : comment expliquez-vous la montée en puissance des mouvements terroristes dont Daesh au Moyen-Orient ?

Merci de m’accorder cette opportunité afin de me permettre d’apporter mon modeste point de vue sur ces maux qui nous rongent tous. Sans que je puisse verser aveuglement dans la théorie de complots simplistes, nous devions tous savoir que les phénomènes de terrorisme de nos jours, suivent une logique, les grandes puissances n’ont pas de principes, seulement des intérêts à assouvir. Elles sont prêtes à s’allier avec le diable pour atteindre leurs intérêts et assouvir leur politique extérieure. Mais quelles sont les causes profondes qui, tant bien même qu’en Occident ou au Moyen-Orient, ont conduit malheureusement à l’accomplissement et à l’éclosion de ces foyers de chaos indescriptibles? La guerre froide qui était en hibernation, « s’était réveillée » avec l’entrée de la Russie dans la sarabande macabre de la Syrie.

Tous ces faits, je voudrais dire le climat de défiance et des actes terroristes actuels sont les conséquences des politiques biaisées des Occidentaux. Nous subissons encore les conséquences de la guerre froide même si en théorie, on allègue qu’elle est révolue. Durant cette guerre froide, les Américains par le biais de la maison blanche et de leurs services spéciaux, ont érigé, imposé et fait la promotion de l’islamisme, une alternative selon eux, pour contrer la gauche et le nationalisme arabe qui revêtait implicitement un caractère socialiste et des revendications souverainistes. C’est ainsi qu’en 1978, les Américains ont « fabriqué » l’islamisme en Turquie lors du massacre anti-communiste dans la région de Maras appelée aussi Kahramanmaras, ou Gurgumen langue Kurde. Ces mêmes américains ont hélas, établi à une plus grande échelle, l’islamisme en Afghanistan pour lutter contre les Soviétiques par le biais des rebelles moudjahidin. En toute franchise, le premier mouvement djihadiste moderne transnational a vu le jour sous l’impulsion des USA. L’Arabie Saoudite avait mobilisé plus de 35 000 combattants pour rejoindre les rangs de moudjahidin avec à leur tête, un proche collaborateur de la CIA, en la personne de Monsieur Oussama ben Laden. Et il n’est un secret pour personne que l’Arabie Saoudite et le Qatar, des fidèles alliés des Occidentaux ne sont pas étrangers à la montée en puissance du terrorisme un peu partout dans le monde, même en Afrique.

Aussi l’Iran, véritable ennemi du couple Arabie saoudite-Israël, ne peut accepter de voir ses deux alliés de la région, à savoir l’Irak et la Syrie dirigés par des chiites et Alaouite, se faire tailler en pièce, si j’ose ainsi dire. Daesh combat tous ceux qu’elle considère comme les « alliés » des Occidentaux, à savoir, les gouvernements syrien et irakien, mais aussi le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien, et la branche syrienne du mouvement kurde PKK, ce dernier est l’ennemi juré de la Turquie.

La Turquie dans tout ça? Elle est membre de l’OTAN, ce qui l’oblige par solidarité avec l’alliance occidentale, à ne pas conduire une politique étrangère allant à l’encontre des intérêts des pays de l’alliance de l’Atlantique. Elle est devenue le principal point de passage des djihadistes de tout poil vers la Syrie et ironie du sort, un pays de l’OTAN et principal soutien du groupe terroriste Al-Nosra qu’elle aide en logistique et en soutien militaire, leur fournissant des armes, des soins médicaux dans des hôpitaux Turcs pour les combattants blessés mais aussi des camps d’entrainement à Gaziantep et a Hatay.

 

Question : en 2015, la France a été successivement la cible des groupes terroristes. Que pensez-vous de ces attentats ?

Abbas Kayangar : La radicalisation des jeunes français est avant tout les conséquences des frustrations, la marginalisation et l’exclusion de la société française de ces jeunes issus majoritairement des parents migrants, donc les discours radicaux des extrémistes sonnent pour eux comme une échappatoire contre leur vie de ghettoïsation…

Question : selon vous, quelles sont les défaillances des services de renseignements français ?

Abbas Kayangar : Posons-nous la question si les brèches ayant permis la commission des attentats sont-elles les conséquences d’une simple « faille » ou d’une vraie « défaillance » des services de renseignements français. Ils doivent savoir qu’en matière de terrorisme, il n’y a pas de risque zéro, il faut anticiper les choses pour contrer les attentats. On laisse allègrement des terroristes inscrits sur la fiche « S » parcourir des longues distances pour commettre des actes terroristes dans divers endroits distants les uns des autres, c’est extrêmement grave.

Question : en Afrique noire, le groupe Boko Haram, fait régner la terreur dans plusieurs pays limitrophe du Nigéria. Dites-nous quelle est la forme la plus efficace de lutte qui peut être utilisée pour éradiquer ce phénomène ?

Abbas Kayangar : Boko Haram profite de la corruption endémique au Nigeria et du refus des autorités nigérianes successives de laisser un autre pays agir à leur place. Il faut une franche volonté politique commune et un engagement solidaire, loin des discours démagogiques pour annihiler les actes et les capacités de nuisance de Boko haram. Ce groupe tire son essence des djihadistes de Feu Mohamed Marwa connu sous le pseudonyme de Malam Matasiné, lesquels avaient commis des actes terroristes et organisés un soulèvement dans les années 80 , faisant plus de 4177 victimes à Kano, à Zaria et à Kaduna. Pour tout dire, Boko Haram adopte la même idéologie que la secte de Malam Matasiné… le Nigeria a laissé Boko Haram naître des cendres de la secte sanglante de Mohamed Marwa…Je vois mal le Nigeria « tuer dans l’œuf » Boko Haram en décembre comme le déclare Mohamed Buhari.

En dehors de la lutte militaire, le Nigeria et les pays limitrophes du Lac-Tchad doivent offrir des perspectives aux jeunes, et plancher dans l’éducation car, Boko Haram profite grandement du taux ahurissant de chômage et d’analphabétisme dans ces régions pour enrôler des jeunes qui, parfois n’ont aucune connaissance de la réalité des faits. Un groupe terroriste comme Boko Haram doit avoir un financement, la question est de savoir la provenance des sommes faramineuses qui permettent à ce groupe d’enrôler des jeunes désœuvrés et de leur offrir un semblant de salaire et nourriture…

Question : que proposez-vous à la France et à l’Europe pour circonscrire la menace terroriste chez elles ?

Abbas Kayangar : La France tout comme l’Occident doivent revoir leur politique en Moyen-Orient, revoir également leur politique vis-à-vis d’Israël en l’obligeant à mettre fin à la politique de colonisation des terres palestiniennes et l’inciter à accepter l’existence d’un État palestinien. Obliger leur allié que sont le Qatar et l’Arabie saoudite de cesser le financement des groupes terroristes tout en prônant un rapprochement avec l’Iran. Arrêter les interventions occidentales comme en Afghanistan, en Libye, en Irak et en Syrie. La France est victime de sa politique d’exclusion…Et de son implication militaire en Moyen-Orient, j’ai encore peur des conséquences des attaques secondaires et tertiaires prévisibles…Les pays occidentaux ont vendu trop d’armes, parachutés beaucoup d’engins de morts qui se sont retrouvées dans des mains de personnes dangereuses, la déstabilisation des régimes de Saddam Hussein et de Kadhafi fut une aubaine pour les groupes nébuleux.

La France et les pays Occidentaux doivent s’atteler à l’insertion sociale des jeunes plutôt que de les laisser dans leur « ghetto » à la merci des discours extrémistes et radicaux. Lutter contre les discours d’exclusion, de rejet…Monsieur Makaila, en vous remerciant, je voudrais apporter un rectificatif : je ne suis pas un spécialiste en lutte contre le terrorisme.

Propos recueillis par Makaila Nguebla