Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Mackaye Hassan Taïsso,ministre de l'enseignement supérieur du Tchad

Mackaye Hassan Taïsso,ministre de l'enseignement supérieur du Tchad

L’enseignement et l’éducation, c’est le fondement même de la nation et de sa stabilité. La voie royale du développement économique, sociale, culturel et politique. De ce faite, l’Etat mobilisera toutes ses ressources, pour offrir un enseignement de qualité aux citoyens. Si le système éducatif d’un pays se désagrège ; considérons cela, comme l’effritement, de la fondation, d’un immeuble de plusieurs étages. Alors, l’effondrement est inévitable ! Louis Althusser, considère l’Etat comme système ; l’appareil idéologique de l’Etat, écoles, universités, centres culturels, associations civiles, médias, partis politiques… ; et l’appareil répressif de l’Etat, les armées, l’administration, tribunaux…Le premier est plus important que le second. Au Tchad, nous n’avons même pas réussi à fonder et consolider la République et la nation, d’où viendra, alors, l’enseignement supérieur ou l’éducation de qualité ?

A la rentrée académique 2015 au Tchad, le système mafieux, dirigé par le despote inculte, Idriss Deby ; vous ment. Observons un peu les enfants du despote et l’école ! Aucun n’a pu obtenir un diplôme académique en bonne et due forme, excepté le défunt, Brahim Idriss Deby. Ne vous laissez pas, berner par les discours du « Laoukoro » de l’enseignement supérieur à Abéché. Il n’a jamais existé, un enseignement de qualité au Tchad ; sous, Idriss Deby, le système éducatif est complètement anéanti. Nous ne faisons que commenter, une triste réalité connue de tous. La corruption qui a infecté l’Etat et la société, a aussi touché l’éducation. Elle est devenue un fonds de commerce au Tchad. Les pseudos professeurs, se convertissent en commerçants, ceci explique la prolifération des écoles privées. Les écoles publiques se vident de ses élèves et enseignants ; tandis que beaucoup des citoyens ont du mal, à offrir une éducation de qualité à leurs progénitures.

Un enseignement de qualité, c’est l’enseignement qui développe le pays. Développer, cet avoir une ressources humaines, suffisante, compétente et efficace. Pour cela, l’Etat mettra tous les moyens nécessaires à la disposition du département, éducation et enseignement supérieur et recherches. Le système éducatif du Tchad, est inadapté aux aspirations du pays. Nous avons hérité de la colonisation un programme éducatif, qui aliène, même si l’apprenant parlera parfaitement le français; puisque, ce programme est conçu par des étrangers à la civilisation et cultures locales. Ils ont des objectifs, assimiler les colonisés à la civilisation judéo-chrétienne, et rendre manipulables, les futurs colonisés. C’est ce qui est le cas! Tout le monde croit que, le changement viendra de la France, pas d’effort personnel ! Le problème au Tchad, ceux qui ont été à l’école, sont plus abrutis que les analphabètes. Certes, il existe au Tchad, un système d’aliénation de qualité. L’université Adam Barka, fonctionne mieux que les autres ? Non, université Adam Barka, dispose d’un personnel moins qualifié, ou des contractuels faciles à dissuader. Ce qui empêche, les personnels de revendiquer leurs droits. Alors, ils peuvent plus aller en grève, donc l’université Adam Barka d’Abéché fonctionnera. Prochainement nous enquêterons sur les coulisses de cette faculté.

Mahamat HASSANE BOULMAYE