Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

BEDOUMRA KORDJE et   ABDERAHIM BIREME
BEDOUMRA KORDJE et   ABDERAHIM BIREME

BEDOUMRA KORDJE et ABDERAHIM BIREME

La clé de répartition  de la subvention 2014 des partis  politiques est entachée de faux

 

Les ministres sortants ABDERAHIM BIREME et BEDOUMRA KORDJE ont validé le dossier de paiement de subvention allouée aux partis comportant d’énorme fausseté.

En effet, aux mois de juin dernier, la cour des comptes a envoyé au ministère de l’intérieur et de la sécurité publique la liste des partis politiques déclarés éligibles à la subvention 2014. La cour a retenu 78 partis politiques sur la base des critères définis dans la loi n°019 du 19 aout 2009.

En se basant sur l’article 55 de cette loi, la direction des affaires politiques et l’état civil (DAPEC) du ministre de l’intérieur a partagé la somme d’un milliard aux 78 partis conformément à la clé de répartition suivante : 400 millions aux partis ayant des députés, 350 millions aux partis politiques ayant des élus locaux, 150 millions aux partis ayant participé aux dernières élections et 100 millions aux partis ayant des femmes élues.

Cette loi taillée sur mesure, a favorisé fortement le parti au pouvoir. Ainsi le MPS s’accapare de 635 millions et ils ont empoché déjà ce jackpot, suivi d’UNDR avec 30 millions. Les partis qui ont ni députés, ni élus locaux se retrouvent avec environ 2 millions, les partis qui n’ont pas participé aux dernières élections et ceux qui ont été crée après le cycle électoral c'est-à-dire après 2011 sont purement écartés de la subvention car ils se retrouvent avec 0 francs. Alors que ces partis sont déclarés éligibles par la cour des comptes sur la base des critères définis dans la loi.

Sans vérifier la véracité du travail fait par ses techniciens, le ministre de l’intérieur sortant Abdérahim Birémé a la maladresse de transmettre le dossier de payement de subvention des partis à son collègue des finances sortant Bedoumra Kordjé qui l’a validé à son tour.

Aujourd’hui, au trésor public, les dirigeants des partis politiques ont décelé des faux dans la clé de répartition établie par le ministère de l’intérieur. Le cas le plus spectaculaire est celui du parti CNPDT/Action. Un parti qui n’a aucun député, aucun élu local se retrouve avec une somme de 11 millions. Un avis de crédit (AC) n° 1265 est émis par le trésor public pour son virement à la banque.

Le président du parti CNDPT/Action est un fonctionnaire du ministère de l’intérieur ? Toute porte à croire que de ce ministère le faux est parti. Il revient maintenant à l’actuel ministre de l’intérieur de mener une enquête afin de débusquer et sanctionner les auteurs de ce faux.

 

Correspondance particulière