Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Voici le dossier dont on attendait beaucoup au Burkina, le pays des hommes intègres et pour lequel on reste, à notre grande surprise, sur notre faim. Après un emballement, suivi d’annonces tintamarresques, le dossier a tout l’air de faire du surplace. Les inculpations annoncées ça et là tardent à venir, seules celles de Djibril Bassolé et de Diendéré semblent beaucoup plus intéressées la transition plus qu’une autre.

 

Revenons au cas emblématique de Djibril Bassolé. Les chefs d’accusation retenus contre lui sont très lourds comme chacun le sait, sans qu’on ne sache vraiment sur quel fondement ils reposent. Ce qui est mis en avant ce serait les faits suivants, discutables en somme : un appel téléphonique avec une personnalité politique d’un pays de la sous région. En attendant que les juges divulguent l’aspect criminel de la conversation, on est étonné qu’on puisse reprocher à une personnalité comme M. Bassolé, ex Ministre des Affaires Etrangères, d’avoir des contacts téléphoniques avec des personnalités. Outre les relations personnelles qui peuvent exister, n’est-ce pas le travail quotidien d’un diplomate de haut rang que d’entretenir des contacts suivis avec ceux qui comptent ? Au demeurant, le général Diendéré, l’auteur principal du putsch, lui-même, de sa bouche a disculpé Djibril Bassolé en annonçant qu’il n’avait absolument rien à voir dans leur entreprise.

Ensuite, il semble que le second fondement des soupçons qui pèsent sur Bassolé serait qu’il a demandé aux gendarmes d’assurer le maintien de l’ordre pendant la période de crise. On peut y voir une collusion, mais on peut aussi imaginer que Djibril Bassolé, sachant parfaitement que les militaires ne sont pas formés au maintien de l’ordre, a dû demander cela, en bonne intelligence, à ceux dont serait la mission d’épargner les vies. Peut-être que si les gendarmes l’avaient écouté, les 11 vies cruellement arrachées ne l’auraient pas été. Hélas, la liste des morts s’est allongée inutilement. Même si la transition semble avoir un penchant pour les martyrs, le mieux c’est de ne pas en produire.

Et puis il y a d’autres questions :

1 – Pourquoi de « Monsieur », on n’entend plus que « Général » Djibril Bassolé depuis son arrestation ?

2 – Qu’est ce qui explique cette entreprise de vouloir absolument l’associer au Général Diendéré ?

3 – Ces associations fantaisistes ne visent-elles pas, au forceps, à concocter des chefs d’accusation pour le traduire devant un tribunal d’exception (militaire) ?

Solo Niaré