Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Sortir du FCFA : oui mais Deby Itno doit d’abord nettoyer devant sa porte

Senior Mbary
 

Lors de la commémoration du 55ème anniversaire de l’indépendance du Tchad à Abéché le 11août 2015, le président Idriss Deby Itno a donné son traditionnel point de presse au cours duquel il a abordé plusieurs sujets importants touchant à la sécurité publique, à la vie politique et économique de notre pays. Ce point de presse continue d’être analysé et commenté abondamment.
Pour cet article, je me suis intéressé à son intervention liée au FCFA, monnaie que nous partageons en commun avec 14 pays dont 6 en Afrique centrale et 8 en Afrique de l’Ouest.
Avec force, Deby Itno avait déclaré, en substance, que l’Afrique doit frapper sa propre monnaie et faire d’elle ce qu’elle entend, parce que le FCFA actuel tire l’économie africaine vers le bas à cause son contrôle par le Trésor français.
A priori, c’est une déclaration courageuse. De la bouche d’un président, Deby a simplement dit haut ce que la plupart de ses homologues pensaient bas. Sinon, les économistes, les financiers et autres spécialistes du domaine ont, depuis longtemps, tiré la sonnette d’alarme sur les aspects négatifs du FCFA arrimé au franc français d’abord, puis à l’Euro ensuite avec le soutien du Trésor français.
En ma qualité de simple lecteur des sites tchadiens, je ne sais pas si le président Deby Itno a, au préalable, discuté et affiné la réflexion au niveau des chefs d’Etat concernés avant de faire une telle déclaration ou au moins commandité une étude dont il s’est appuyé sur les conclusions pour faire sa déclaration.
Ce que je ne comprends pas non plus, c’est que dans aucune des rencontres des chefs d’Etat des deux communautés économiques et monétaires de l’Afrique centrale et de l’Ouest, cette question, me semble-t-il, n’a jamais été évoquée officiellement. Je sais qu’à un moment donné, la CEDEAO avait effleuré cette question dans le cadre de l’Organisation sous régionale.
L’autonomie monétaire d’un pays ou d’une zone monétaire se prépare. Regardez le temps que l’euro a pris pour se mettre en place, cette zone où les économies sont déjà bien structurées et solides. Il y a, certes, de petits pays qui ont leurs propres monnaies et qui n’ont pas disparus de la planète mais le dénominateur commun reste indubitablement la préparation.
J’encourage le président Deby, en tant que « nationaliste hors pair », à aller jusqu’au bout de sa logique, même seul, comme l’a fait observer Mr Mahamat Djarma dans son article de ce 26 aout 2015 sur la toile de Mr Makaila.
Pour être logique, avant même de faire une telle déclaration, Deby était censé préparer déjà le terrain, seul ou en accord avec certains pays de la zone monétaire considérée, pour passer à l’acte. Mais, visiblement, ce n’est pas le cas, à moins qu’il ne nous démontre le contraire. Ce qui semble conforter ceux qui disaient que la déclaration de Deby s’apparentait beaucoup plus à un chantage vis-à-vis de son mentor, la France, pour exprimer sa mauvaise humeur, comme à son habitude, chaque fois qu’il se sent froissé ou humilié.
Prenons l’hypothèse où Deby était au sérieux dans ses propos et serait même prêt à faire cavalier seul en décidant de frapper sa propre monnaie. Une telle hypothèse nous amène forcément à nous interroger sur l’état de préparation de notre système bancaire et de notre économie à supporter un tel virage. A moins de changer les règles choses, on est en droit de se poser des questions sur la stabilité de notre « future monnaie ».
Légitimement, on ne peut s’empêcher de se poser des questions suivantes :
- Comment le Trésor public allait se comporter lorsque les recettes de la douane continuent d’être versées dans un compte privé du Directeur général, le cadet de l’autre ?
- Comment les devises étrangères issues de l’exploitation du pétrole et censées constituer des réserves de change, manqueront cruellement parce que ce pétrole a été bradé à des sociétés étrangères qui ne versent que des miettes à l’Etat, à cause de la corruption à grande échelle qui gangrène le pays?
- Comment les cadres, les vrais, censés travailler au développement du pays sont mis à l’écart et remplacés par des nullards simplement à cause de leur affiliation au clan au pour pouvoir ?
- Comment l’éducation censée préparer les cadres demain est truffée des enseignants sans niveau parce ce secteur est devenu un moyen de siphonner le Trésor public par l’intégration de faux diplômés ;
- Etc (la liste est très longue).
D’un point de vue de la gestion de l’Etat, le Tchad ressemble à un mort vivant parce que tous les indicateurs sociaux économiques qui sont le reflet du niveau de développement d’un pays sont tous au rouge. Et le plus inquiétant dans tout cela est que dès que l’on évoque la question de gouvernance, tous ceux qui profitent de ce système malsain de prédateur lèvent immédiatement leurs boucliers en qualifiant les autres d’ennemis de la République.
Alors, Monsieur le président Deby Itno, c’est dans ces conditions que vous voulez frapper votre monnaie ? Non, très honnêtement, ce n’est pas sérieux. Avec vos amis et patrons français, vous vous connaissez tellement bien que vous n’avez pas besoin de passer pas ces chemins tortueux pour leur dire votre ressentiment.
Ainsi, avec le système de gouvernance actuelle, basé sur le pillage de l’Etat, la corruption, l’impunité et le clientélisme politique, entre autres, la situation économique ne changera pas quelle que soit l’indépendance et la solidité de la monnaie qui pourrait être créée. Par conséquent, il est donc clair que c’est bien le régime de Deby Itno avec son clan qui tirent d’abord l’économie tchadienne et africaine vers le bas et non le FCFA. Il doit avant tout nettoyer son écurie avant de s’en prendre aux autres.
Comme l’a dit l’analyse de Felix Bérémadji du 16 août 2015, il est fort probable que Deby Itno ne revienne plus jamais sur cette histoire de FCFA après la visite des officiels français. C’est ce que nous allons voir quelles sont les limites de son courage. Wait and see.


27 août 2015
Senior Mbary