Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué du Gouvernorat de Sila en réponse à la C.T.D.D.H

Communiqué du Gouvernorat de la Région de Sila relatif à la publication d’un communiqué de la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains.


Dans un communiqué de presse portant N° 0050 publié en date du 15 juillet 2015 sur le blog de Makaïla, la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains a exprimé son indignation par rapport au comportement du Gouverneur de la région de Sila.
Cette organisation se permettrait de nous accuser d’avoir arrêté arbitrairement le représentant du chef de Canton Tissi Oumar Brahim Seid destitué par décret présidentiel. Moustapha Mahamat Oumar, le représentant du chef de canton déchu et deux chefs de villages étaient venus à Goz Beida manifester leur mécontentement par rapport à la division du canton Tissi et non Fongoro comme mentionné dans le communiqué. Oumar Brahim Seid, le chef de canton sortant n’a jamais protesté.
Monsieur Moustapha Mahamat Oumar et les deux chefs de villages ont présenté un document réunissant 52 signatures de chefs des villages prétendant ne pas accepter la division du canton Tissi.
Après enquête des services de renseignement, il s’est avéré que monsieur Moustapha Mahamat Oumar a fait usage du faux et il répondra de ses actes. C’est une incitation à la haine tribale.
Au moment du fait, nous étions en mission de plusieurs jours pour des questions plus urgentes sur la sécurité. Nous ne voyons pas l’intérêt de revenir à Goz Beida et s’occuper uniquement de ce cas. Ces prétendues détentions, c’est juste pour calmer les esprits par ce que la région de Sila revient de loin.

La CTDDH qui pousse son arrogance en demandant au gouverneur d’arrêter ses actes qu’elle qualifie de barbares, sinon, elle intenterait des actions en justice contre sa personne.
Telle est la quintessence que je tiens à porter à votre connaissance.
Pour moi en tant que Gouverneur de la région de Sila, j’ai une mission noble à accomplir. Cette mission que les plus hautes autorités du pays m’ont confiée, c’est d’assurer la sécurité, la quiétude et faire régner la paix dans la région de Sila.
Je ne vois pas pour quel plaisir je me permettrais d’aller toucher à l’intégrité physique, à bafouer la liberté d’un paisible citoyen.
Pour ma part, ce communiqué de presse est une diffamation portée à ma modeste personne.
Ces diffamations prouvent à suffisance la légèreté avec laquelle, la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains se cantonne dans son bureau à N’Djamena pour pouvoir réagir sur de fausseté dans l’intention de nuire, et, chercher de fonds pour sa survie.
La meilleure manière serait de se rapprocher de nous pour avoir la vraie version des faits avant de réagir.
Si la police, la gendarmerie nationale, la justice présentes dans le Sila sont saisies d’une situation, elles sont en droit d’intervenir pour rétablir le droit.
Aucun paisible citoyen n’a été arrêté dans une mosquée, à l’église ou moins encore au marché.
La division de canton dont la CTDDH a fait mention, est un processus de décentralisation instauré par l’administration centrale pour rapprocher l’administration des administrés. Le but est de contribuer à un meilleur développement local.
Après avoir étudié la situation politique de la région de Sila, nous nous sommes rendus à l’évidence que la grande partie de la population de Sila ne collabore pas avec le Sultanat.
Il était alors indispensable de procéder à la restructuration des cantons pour répondre aux vrais besoins de la population.
Trois rapports ont été soumis au Président de la République qui a instruit le Ministre de l’Administration du Territoire d’effectuer la restructuration des cantons. Aucun simple citoyen n’a le droit de s’opposer sinon, je taxerais ses agissements de rébellion.
Cette région a été longtemps le théâtre de turbulence. Le terrain nous est peu favorable. La circulation d’armes à feu a toujours été une aubaine pour les malfrats qui ont mis à mal pendant longtemps la vie des paisibles citoyens.
Pendant 4 ans et aux prix de sacrifices immenses, nous avons réussi à démanteler les réseaux de bandits de grands chemins.
Pour nécessité d’enquête, des personnes sont gardées pendant plusieurs jours. Les textes du pays prévoient 48 heures de délai de garde à vue. Nous travaillons dans des conditions difficiles par ce que, la région est vaste et enclavée. Des localités sont difficiles d’accès même en saison sèche.
Pour réunir des preuves inculpant les présumés tueurs et autres, nous avons besoin de plusieurs jours voire des semaines. Il faut traverser dans tous les sens les vastes étendus pour arrêter les prétendus malfrats et leurs complices. Ce qui explique que ce délai est difficile à respecter dans certaines situations dans la région de Sila.
Dieu merci, la région de Sila est aujourd’hui stable. De cette stabilité, même les régions voisines en bénéficient.
Les gens nous accusent de poser des actes barbares. Pour nous, la barbarie, c’est de méconnaitre ce que nous faisons pour ce beau pays, pour l’unité de fils de la région de Sila. Nous sommes sur un terrain démocratique, mais nous devons de nous respecter, saluer les gestes qui concourent à l’épanouissement de notre pays.
Les propos diffamatoires, grotesques n’honorent personne.

 

Goz-Beida, le 10 août 2015
P. le Gouverneur de la Région de Sila
P.O. Le Directeur de Cabinet
MOUANODJI FULBERT

-- envoyé par Mouanodji FULBERT (ctddh.organisation@yahoo.fr)