Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Boko-Haram « décapité », nouvelle surenchère d’Idriss Deby qui fait encore parler de lui

Allié de longue date de « Boko-Haram », Idriss Deby a encore fait parler de lui dans ce dossier complexe au cours d’un point de presse tenu à l’occasion de la fête de l’indépendance du Tchad, célébrée le 11 août 2015.

Idriss Deby a déclaré que le groupe islamiste serait décapité « Boko Haram est décapité. Il y a de petits groupes éparpillés dans l’est du Nigeria, à la frontière avec le Cameroun. Nous sommes en mesure de mettre définitivement hors d’état de nuire Boko Haram ». Il célébrait le 55ème anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale de son pays, le Tchad.

Plusieurs observateurs locaux et étrangers les plus éclairés, ont à maintes fois prévenu l’opinion publique internationale du rôle et de l’influence d’Idriss Deby au sein de cette secte islamiste.

Aujourd’hui, non seulement Idriss Deby a affirmé que Boko-Haram est « décapité », mais, il est allé en profondeur pour révélever que même Abubakr Sheku, leader du mouvement serait remplacé par un certain Mahamat Daoud. Cette énième déclaration déclaration rappelle également qu’il n’y a pas si longtemps, le dirigeant tchadien avait annoncé qu’il a allait libérer les 200 filles enlevées par le groupe islamistes.

Contraint par des organisations de la société civile tchadiennes comme la Convention Tchadienne pour la défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) et le Mouvement du 3 février (M3F), qui ont révélé à l’opinion publique l’implication du Tchad au sein de ce groupe terroriste, le Chef de l’Etat tchadien a fait intervenir ses troupes contre cette bande islamiste afin de dédouaner sa responsabilité.

Tous les Tchadiens et les pays voisins du Tchad savent d’où proviennent les armes de Boko-Haram (BH), et comment circulent dans la sous-région les responsables du mouvement.

Comme le disait un initié de la relation entre Boko-Haram et Idriss Deby, ce dernier peut annoncer ses informations à ses amis occidentaux qui l’écoutent merveilleusement, mais pas aux Tchadiens qui ont vu défiler dans leur capitale Abubakar Sheku et Oumarou Dicko, lors de leurs placements vers les pays du golf en transitant par Ndjaména.

A l’approche d’élections présidentielles qui se profilent à l’horizon, Idriss Deby fait parler de lui pour obtenir l’assurance de l’opinion internationale afin qu’il brigue non seulement un autre mandat mais continuer à rester en même temps au Tchad pour ses propres intérêts au nom d’une prétendue lutte contre Boko-Haram dont ses troupes mèneraient.

 

La rédaction 

Lire aussi: Boko-Haram, Idriss DEBY , parrain