Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad: ne sommes-nous pas un peuple abandonné ?

Avant tout propos, nous présentons nos vives condoléances aux familles éprouvées ; et implorons Allah le Tout Puissant de les accueillir dans son paradis en ce mois Saint de Ramadan et prions le Tout Puissant à protéger nos peuples.

 

N’Djamena est sous la riposte du groupe terroriste BokoHaram, quand on tire sur la ruche des abeilles, il faut penser à se couvrir quand on ne peut se déplacer ! Nos compatriotes au Tchad vivent des moments abominables et comble de malchance sont en même temps dirigés par des souverains abominables. Au Tchad la population est prise en otage entre deux organisations terroristes : le Boko-Halal le régime au pouvoir ; Boko-Haramla secte terroriste, comme a su bien dire le camarade Dr. Mahamat Cherif Djako.

Le phénomène de terrorisme islamiste hante toutes les nations du monde et beaucoup sont impliqués dans la lutte contre le terrorisme. Sauf que, le terrorisme aujourd’hui se distingue en deux : le terrorisme d’Etat comme le régime dirigé par le Sheku du MPS, Idriss Deby ; et le terrorisme que nous craignons tous. La France a été aussi plusieurs fois attaquée, aujourd’hui l’Etat a mobilisé toutes ses ressources, pour lutter contre ce phénomène, tout en oubliant de lutter contre le terrorisme d’Etat comme celui de Deby, qui engendre le terrorisme islamique.

La France est aujourd’hui sur le qui-vive ; les gares, les aéroports, tous les espaces publiques sont sous hautes surveillances. Ajoutons à cela, l’appui technologique. Tout cela pour garantir la sécurité et la quiétude de la population.

Quand la France a été attaquée, l’ensemble du gouvernement et le président de la République en personne dirigeait les opérations. Voilà comment les souverains protègent leurs peuples !

Par contre, le Tchad a récemment été attaqué par Boko-Haram, beaucoup des morts, et des familles endeuillées, en plus du climat social, économique et politique très morose. Le minable despote, le mesquin et le pleutre, fuit la capitale pour sa bourgade des ânes. Cette indifférence veut dire tout simplement mépris vis-à-vis du peuple. Quand les rebelles le harcelaient il n’a jamais quitté son quartier général.

Le malade au pouvoir peut se permettre de tout, la question est dans la docilité du peuple qui subit les abominations !

Mahamat HassaneBoulmaye