Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

«Déby risque l'inculpation dès la reprise du procès selon un magistrat». C’est le titre de la correspondance émanant de la cellule de communication du Président Habré que nous avons reçue, hier, mercredi 29 juillet, à notre rédaction. Pour son rôle joué dans la crise au Tchad, ladite source estime que le président Idriss Deby n’est pas blanc comme neige et a une responsabilité partagée dans ce qui s’est passé au Tchad dans les années 80. «Idriss Deby, Chef de guerre, ancien Chef de la Sécurité, ancien Chef d’Etat Major Général des Armées (Cemga), principal responsable du "Septembre noir" en 1984, risque l'inculpation dès la reprise du procès selon un magistrat», dit le texte. «L'Afrique suit ce qui se passe à Dakar et les magistrats ne souhaitent pas voir leur crédibilité entachée par l'absence de Deby. Human Right Watch a annoncé les couleurs par la voix de son Conseiller juridique», poursuit-il.

 

En effet, lors de son passage à la Rfm dimanche dernier 26 juillet, Reed Brody, conseiller juridique de l’Ong Américaine, a avoué devant Alassane Samba Diop la responsabilité de l’actuel homme fort de Ndjamena en ces termes : «Idriss Deby a des responsabilités» dans les crimes commis au Tchad. Il a même confessé par la même occasion que le président Tchadien est un allié encombrant. «Oui, Idriss Deby est un allié encombrant et l'idéal serait qu'il réponde de ces actes. La position d'Idriss Deby est équivoque. C’est un allié encombrant. Je ne le défends pas et ce serait bien qu'il rende compte», a laissé entendre Reed Brody sur les ondes de la radio du groupe Futurs Médias. Mieux, le conseiller juridique de Human Right Watch a signalé qu’il n’a jamais dit «qu'Habré a tué 40.000 morts ».

Il faut rappeler qu’au courant de cette même émission le journaliste Moriba Magassouba a rappelé les crimes perpétrés par le président Idriss Déby en révélant que c’est lui qui avait fait abattre en 1992 «Maître Joseph Beidy, Président de la Ligue Tchadienne des Droits de l'Homme». Une révélation qui n’est pas contestée par Reed Brody. Pour tout ceci, le camp de Habré, estimant que Reed Brody a lâché Deby, «un mandat d'arrêt international serait en gestation» contre lui. «D'ailleurs, des témoins Tchadiens venus participer au procès auraient tenu des réunions secrètes avec des avocats pour voir les possibilités de citer DEBY en plein procès pour ensuite le poursuivre. C'est dans ce contexte qu'il sera inculpé avant le lancement d'un mandat d'arrêt contre lui», soutiennent les partisans du président Habré.