Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La position stratégique de Djibouti, petit Etat de la corne de l'Afrique situé sur la deuxième voie maritime la plus importante au monde, fait de lui l'un des acteurs majeurs des relations internationales. Ses partenaires se gardent malheureusement de dénoncer les pratiques anti-démocratiques du président Ismaël Omar Guelleh, qui entend briguer un quatrième mandat successif.

 

Paradoxal Djibouti. Petit par la taille – 23 000 km² de superficie totale, classé 150ème –, l'Etat de la corne de l'Afrique est pourtant l'un des grands acteurs de la géopolitique régionale ; la capitale, Djibouti, éminemment riche de son industrie portuaire, compte jusqu'à 65,2 % de personnes en situation de pauvreté – et 57,4 % en situation d'extrême pauvreté. L'ancienne colonie française, située sur la deuxième voie maritime la plus importante au monde, à quelques encablures de l'effervescent Moyen-Orient, accueille aujourd'hui tout ce que le monde civilisé compte de combattants du djihadisme et de la piraterie maritime. Ce qui n'empêche pas son président-dictateur, Ismaël Omar Guelleh (IOG), de multiplier les exactions et les répressions arbitraires en toute impunité. Tandis que les Occidentaux voient en lui un acteur stratégique dans leurs entreprises géopolitiques internationales, les citoyens perçoivent d'un tout autre œil celui qui a la mainmise sur le pouvoir depuis seize ans. Djibouti, décidément ambivalent, n'est pas le même Etat selon que l'on se place en-dehors ou à l'intérieur de ses frontières.

 

Des militants se battent dans le Nord du pays pour la démocratie

La situation y est connue de tous, depuis longtemps : en 2010, les indicateurs sociaux du pays viraient cramoisi ; malgré ses ressources – 1,3 milliards de dollars de PIB et une croissance à 5 % la même année –, Djibouti se classait alors 147ème sur 169 en termes de développement humain. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) indique à ce titre que « la pauvreté y reste endémique et la richesse du pays distribuée de manière très inégale ». De plus, « la population a toujours un accès limité aux services sociaux de base », et « l'espérance de vie se limitait à 56 ans en 2010. » Comme si cette situation catastrophique ne suffisait pas, le gouvernement, régi d'une main de fer par IOG, réprime violemment quiconque s'oppose à sa politique ; le président djiboutien est d'ailleurs fortement soupçonné d'avoir commandité l'assassinat du juge français Bernard Borrel en 1995. Celui-ci enquêtait, à l'époque, sur des affaires mettant en cause, potentiellement, un Ismaël Omar Guelleh encore aspirant chef de l'Etat – il ne parviendra au poste suprême qu'en 1999 – ; l'affaire, qui a un temps terni les relations entre Djibouti et Paris, a malheureusement disparu des discussions bilatérales.

 

 

Quoi qu'il en soit, IOG est confortablement installé dans son siège présidentiel ; il compte bien tout faire pour maintenir sa position. En 2010, il modifie la Constitution pour pouvoir être élu une troisième fois consécutive : les manifestations populaires qui éclatent alors sont violemment réprimées. Comme un désolant écho au passé, IOG nourrit l'ambition de se représenter – de se faire réélire serait plus exact – en 2016 pour assurer sa propre succession ; le Nord du pays, fief du Front pour la restauration de l'unité et de la démocratie (FRUD), a commencé à s'embraser début avril en réponse à cette intention malvenue. Depuis deux mois, l'armée djiboutienne est ainsi opposée aux militants de ce groupe politico-militaire, qui se battent pour « un Etat démocratique intégrant toutes les composantes nationales ». D'après Mohamed Kadami, l'un de ses dirigeants, « le président veut briguer un quatrième mandat en 2016. Il pense que le FRUD peut être un obstacle. D'où l'idée d'affaiblir cette force, en lui portant des coups. »

Le monde sait tout des misères de Djibouti mais ne dit rien

Face à cette soif avide de pouvoir, les citoyens épris de liberté et de démocratie peuvent toutefois compter sur la petite diaspora djiboutienne. Le 16 mai dernier, à Bruxelles, devant l'ambassade de Djibouti, des patriotes se sont ainsi rassemblés pour protester contre la tournure que prennent les événements dans le Nord du pays. Les expatriés ont eu vent des pratiques anti-démocratiques du pouvoir en place et de l'armée : entre autres disparitions et arrestations arbitraires, les affrontements font de nombreuses victimes – essentiellement des civils. Pour l'instant, aucune des nations présentes sur le sol djiboutien – la France, les Etats-Unis, le Japon, les Emirats arabes unis et, depuis peu, la Chine – n'a semblé abonder dans le sens de la diaspora. L'opposition attendait du secrétaire d'Etat américain, John Kerry, en visite à Djibouti début mai, qu'il s'entretienne avec IOG au sujet des répressions. Las. L'appel à une « pause humanitaire » du chef de la diplomatie américaine était destiné au conflit qui fait rage au Yémen.

C'est l'un des grands – et regrettables – paradoxes qui touchent Djibouti : tout le monde sait ce qu'il s'y passe, mais personne ne parle. Encore moins les pays qui comptent sur le pouvoir local et ses installations portuaires pour abriter leurs bases et flottes militaires. Ceux-là ne risqueront semble-t-il jamais de compromettre leurs relations avec Djibouti en écornant la réputation de son chef tout puissant. Les intérêts en jeu sont, pour ces nations – occidentales pour la plupart –, supérieurs, sans doute, à quelques atteintes aux droits de l'homme : il s'agit, tandis que le djihadisme moyen-oriental refait parler de lui, de maintenir ses positions dans le Golfe d'Aden.

C'est à croire que l'Occident ne retiendra jamais rien du passé. Sous prétexte de lutter contre le fanatisme quel qu'il soit, les plus grandes puissances se taisent face à des exactions localisées mais tout aussi sérieuses. Les citoyens djiboutiens ont droit, au nom d'une liberté des peuples encore trop bafouée en Afrique, à un sursaut démocratique dans leur pays.