Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Photo: Brahim Ibni Oumar Mahamat Saleh,

Photo: Brahim Ibni Oumar Mahamat Saleh,

Conseil Mondial des Jeunes Socialistes :

Thème : Un Monde égal est possible

Lieu : Ani Plaza Hôtel, Erevan (Arménie)

Déclaration de Brahim Ibni Oumar Mahamat Saleh :

Camarade Felipe Jerdes président de l’Union International de la jeunesse socialiste (IUSY)

Camarade Evin Incir secrétaire générale de l’IUSY

Camarade Garo Chadoian, Secrétaire national de la jeunesse de l’Armenian Youth Federation (AYF)

Chers camarades

Nous voici réunis sur invitation de l’Union Internationale de la Jeunesse Socialiste (iusy), au tour d’un thème combien de fois pertinent.

Ainsi donc, je profite pour remercier les organisateurs de cette rencontre, l’iusy ainsi que les camarades d’Armenian Youth Federation (AYF), structure hôte de cette auguste assemblée. Mes remerciements vont, en général, à l’endroit de tous les camarades de toutes les autres structures ainsi que les autres invités ici présents.

Comme je le disais tantôt, le thème de la présente rencontre est d’un intérêt qui n’est pas à démontrer. En effet, penser qu’un monde égal est possible c’est manifester la conviction que la condition humaine peut être amélioré, qu’elle doit l’être. Plus précisément c’est s’engager à travailler, à si non supprimer, du moins réduire les inégalités dans le monde. Cet objectif est à mon avis conforme à l’idéale de la justice. Comme nous ne savons, la mondialisation néolibérale est à l’origine de beaucoup de progrès, notamment au plan technologique. Mais, à mon sens elle est source de très graves inégalités. Alors qu’une très faible poignée de personne détiennent la plus grande partie de la richesse du monde, des milliards d’individus voient leurs vies hypothéquées par des maladies maitrisables, la famine, bref tous les indicateurs d’une pauvreté sauvage. Dans le monde actuel, le travail n’est pas à la portée de tous ; en outre il n’est pas décent. L’éducation non plus n’est pas assurée à la plupart des enfants dans le monde vu la pauvreté, de leur société, de leur états ou encore la mal gouvernance. Lutter pour un monde égal c’est lutter pour la justice sur tous les plans, c’est lutter pour la dignité de l’homme, c’est plus pratiquement battre en brèche l’exploitation des travailleurs par des patrons ou filiales véreux, l’exploitation des richesses des peuples et des états par des structures très peu démocratiques, très peu respectueuses de la règlementation sur la nature et des droits de l’homme encore plus. Les inégalités, c’est le quotidien, en particulier des populations de certains continents comme l’Afrique. Si dans ce continent la pauvreté et la misère du plus grand nombre proviennent souvent des conditions naturelles, en règle générale ils sont le fait de la mal gouvernance. Or nous savons que le processus qui institut et tend à perpétrer les inégalités n’est pas invincible. Au contraire, il contient des contradictions qui permettent de les maitrisés ou tout au moins de faire reculer les inégalités. Pour preuve, beaucoup d’organisation de la société civile ou du monde politique ont montré qu’il est possible de changer le monde. Nous voyons des politiques socialistes ou socialisantes mise en œuvre par des hommes de conviction socialiste parvenu au pouvoir en raison de la lutte méticuleuse qui a été menée et en raison de la crise qu’offre le modèle néolibéral qui veut dominer le monde.

Camarades,

Je saisi la valeur de la lutte que mène les structures socialistes au plan international. La présente assemblée qui va se tenir en est un exemple éloquent. C’est dire qu’aujourd’hui comme hier c’est l’engagement juste associé à une analyse juste des conditions historiques du monde ainsi qu’à une mobilisation conséquente et concertée qui vont faire changer le monde. En effet un monde égal est possible. C’est pourquoi j’ai la présomption forte qu’au cours des présentes assises une analyse minutieuse du monde actuel sera effectuée en vue de faire évoluer la lutte vers un monde plus égalitaire. Le monde égalitaire c’est un monde de justice réel, de liberté réel, de dignité réel. C’est pourquoi au nom du comité Afrique je saisi la présente occasion pour soutenir le processus de reconnaissance du génocide arménien. J’ose espérer que mon sentiment sera partagé par la majorité des camarades présents à ce forum. En effet, le dépassement historique est la condition du progrès. Le droit le plus fondamental est celui de la personne humaine, surtout dans ces dimensions sociaux-économiques. Lorsque les droits, surtout vitaux d’un peuple ont été atteint c’est la dignité de l’homme qui l’a été. Une fois de plus nous pensons donc qu’il est légitime que l’histoire rende justice de l’affaire dite du génocide arménien, cela constituera même une pédagogie qui découragera d’éventuel génocidaire quel que soit leur subtilité.

Camarades,

L’union internationale de la jeunesse socialiste (IUSY) a été créée comme un mouvement international afin de promouvoir les valeurs de liberté, d’égalité, de justice sociale et de solidarité. Le socialisme n’est pas une doctrine figée, gravée à tout jamais dans le marbre. Le socialisme est une démarche pragmatique d’adaptation aux réalités à partir de valeurs qui elles, ne se périment pas avec le temps. La social-démocratie a toujours placé l’Homme et la maitrise du destin de l’humanité au cœur de son projet.

Le refus de la fatalité, de la misère, de l’injustice, de l’oppression, des intégrismes de tout genre a forgé au fil des années, son identité et conforté son corpus de valeurs.

L’Union international de la Jeunesse socialiste (IUSY) qui pendant longtemps s’est repliée sur l’Europe est devenue un mouvement planétaire comptant plus de 150 partis sur tous les continents ; C’est la plus grande alliance politique de jeunes au monde.

Camarades,

Beaucoup d’entre nous pensent que les idéologies sont mortes face à la mondialisation néolibérale actuelle. Ils sont arrivés à la triste conclusion que les frontières entre doctrine et idéologie se sont effacées et qu’il faut dorénavant s’en remettre aux mécanismes et lois du marché en laissant une prétendue main invisible régler la marche du monde.

Certes, l’effondrement du système soviétique symbolisé par la chute du mur de Berlin, les difficultés rencontrées par les partis de gauche arrivés au pouvoir en Europe ou ailleurs, ou encore la domination de l’économie de marché dans les échanges internationaux sont des facteurs déterminants.

Mais en réalité, il s’est avéré qu’aucune main invisible ne peut régler les affaires du monde, la dernière crise financière internationale provoquée par le système néolibérale avec ses effets dévastateurs, n’a pu se calmer que grâce à une forte intervention de l’Etat. Celui-ci s’étant retrouvé au centre de la cité dans les temples néolibéraux de New York et de Londres pour régler l’activité économique mondiale.

Camarades,

En tant que socialiste, nous ne pouvons pas croiser les bras devant les inégalités croissantes et la pauvreté plus élevée qu’avant dans le monde.

La social-démocratie dont nous nous réclamons se fonde sur la volonté de promouvoir des politiques publiques ayant pour finalité et pour acteurs principaux des hommes et des femmes confrontés au dénuement et au besoin d’émancipation. Le droit à l’eau potable et à l’énergie, le droit à deux repas de qualité par jour, le droit à l’éducation fondamentale, le droit à la formation, et droit au travail et à l’emploi, le droit à des revenus décents doivent devenir des droits pour tous. Pour nous socialistes, une société libre qui ne prend pas en charge la majorité qui survit dans la pauvreté ne préserve pas sa minorité de riches.

Camarades,

Je ne puisse mettre fin à mon propos sans rappeler que dans le cadre de la lutte pour la démocratisation des mœurs politiques, nous avons vu le président de la coalition politique démocratique de notre pays qui lutte pour y implanter la démocratie contre la dictature qui y règne, le Professeur IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH, un universitaire de renommé international par ailleurs qui se trouve être mon propre père être victime de disparition forcée. J’éprouve donc combien de fois que la torture n’est pas conforme à la dignité humaine. Mais par la même occasion, j’ai la forte conviction qu’il appartient au mouvement progressiste et aux institutions judiciaires qualifiées pour faire justice. Encore une fois de plus, camarade Secrétaire général je suis convaincu que la lutte socialiste pour un meilleur monde est approprié et porteuse de bons résultats.

Vive la démocratie et le progrès

Vive les droits de l’Homme

Vive le Socialisme

Pour le comité Afrique de l’Union International de la Jeunesse Socialiste

Je vous remercie

Ibni oumar Mahamat Saleh Brahim