Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Crédit-photo: AFP

Crédit-photo: AFP

Le quartio Royoumbaye Nadoumngar, président de la Céni - Mahamat Ahmat Choukou, président de la sous commission - Abakar Haggar, Commissaire à la Céni et l’intrigant Clément Aganahi, expert en biométrie récusé.

Le complot pour biaiser le processus électoral trouve ses origines dans ces personnalités aux réputations sulfureuses en matière électorale.

  • Royoumbaye Nadoumngar : sa forfaiture est qu’il s’est fait manipuler par l’inamovible Abakar Haggar, autre expert en fraude électorale. En faisant la fameuse lettre d’attribution du marché au mépris du code du marché public du Tchad perdant du coup son honorabilité en tant que membre de la société civile. S’il a de l’honneur, il devrait après la découverte de cette forfaiture, présenter immédiatement sa démission à la tête de la Céni, ce afin de préserver sa dignité et celle de sa famille.

 

  • Mahamat Abakar Chou, l’intrépide : celui-ci a usé de son titre de président de la sous commission pour faire du trafic d’influence sur les membres de ladite sous commission et l’expert en biométrie recruté par la Céni pour conduire le processus de désignation de l’opérateur de cette impasse. Il a d’abord fait du dilatoire pour renvoyer aux calendres grecques, la question relative à l’intégration dans les critères d’évaluation de plafonnement (fixé entre 16 milliards et 25 milliards) des offres financières pour faire passer SAFRAN MORPHO en qualité de l’offre la moins-disante. Sauf qu’il ne savait pas que l’offre financière de son « cheval » ne répondait pas du tout aux descriptions du DAO. C’est encore lui qui a récusé en pleine séance d’évaluation des offres financières l’avis de l’expert quant au rejet en l’état de l’offre financière de SAFRAN MORPHO parce que non conformes aux descriptions contenues dans le DAO. Ahmat Choukou endossera ainsi l’entièreté de la forfaiture du choix fut-il provisoire de SAFRAN MORPHO.

 

  • Abakar Haggar : celui-ci a toujours agi au sein de la Céni pour protéger ses intérêts personnels et non celui des Tchadiens, démontrant la violation de son serment d’impartialité. Tapis dans l’ombre, il manœuvre coûte que coûte pour faire passer SAFRAN MORPHO au détriment de l’avenir du peuple tchadien qui ne souhaite qu’une élection apaisée. Il n’est d’ailleurs pas à sa première tentative. Lors du choix de l’expert en biométrie au mois de février 2015, il avait activement manœuvré pour imposer l’intrigant expert en fraude électorale en Afrique, Clément Aganahi, d’origine béninoise, pour tailler sur mesure le DAO qui devrait être favorable à SAFRAN MORPHO. Heureusement, le CNDP a été vigilant en récusant systématiquement cet expert aux ordres de Abakar Haggar.

D’ailleurs, le tandem Abakar Haggar - Clément Aganahi remonte dans les années 2000 où les deux profitaient de l’organisation des élections pour renflouer leur compte. Pour eux, les élections sont devenues synonymes de business occultant ainsi les intérêts du peuple tchadien.

Guirdé Ahmat Mourdounia

 

Ca pu la magouille entre SAFRAN MORPHO et la commission dirigée par Mahamat Ahmat Choukou

En 2010 en Côte d’Ivoire, SAFRAN MORPHO a remporté un contrat controversé de 160 milliards de francs pour enrôler biométriquement le corps électoral de 6 millions. Après l’enrôlement, on a dénombré environ 427 000 électeurs fictifs dans la base de données de la liste électorale provisoire. A la suite de la protestation du parti au pouvoir de l’époque, une enquête de la Justice ivoirienne a conclu à une présence effective de 427 000 électeurs fictifs. Ce qui a valu le limogeage immédiat de M. Beugré Mambé de la présidence de la Commission électorale indépendante (CEI) puis remplacé par Youssouf Bakayoko, l’actuel président de la CEI.

Fin avril 2015, le même MORPHO obtient le contrat à la suite d’une consultation restreinte pour enrôler 3 millions d’électeurs en Côte d’Ivoire d’un montant de 25 milliards de francs Cfa. Le 4 mai 2015, SAFRAN MPRPHO propose dans son offre financière 14,5 milliards au Tchad pour enrôler 6 millions d’électeurs sur une superficie de 1 284 000 Km2. Soit près de 4 fois plus grandes que la Côte d’ Ivoire avec des conditions d’accès aux différentes régions plus complexe. A quelle logique correspond cette offre financière très basse?

Des sources concordantes laissent croire que visiblement, SAFRAN MORPHO, s’il parvenait à obtenir ce contrat pour le Tchad, ferait de la réutilisation des matériels (matériels usés) du système de Côte d’Ivoire. L’heure est grave ; SAFRAN MORPHO, de connivence avec certains commissaires de la Céni dont Mahamat Ahmat Choukou, manipulé par Abakar Haggar veulent toujours dans le faux, rapidement signer ce contrat pour obtenir les 20% d’avance de démarrage du marché à partir du 20 mai 2015. Faisons barrage à cette forfaiture qui ne profite qu’aux corrompus du système.

In fine, si SAFRAN MORPHO parvenait à obtenir le contrat, il est fort a parié que les prochaines élections déboucheront sur une crise électorale similaire à la crise postélectorale de la Côte d’Ivoire. Le peuple tchadien qui a connu la guerre qui est qui a retrouvé une paix n’est plus prêt à voir le sang de ses fils coulés.

Il faut noter que partout où SAFRAN MORPHO obtient des contrats d’enrôlement biométrique, les élections se déroulent très mal. C’est le cas par exemple du Nigéria en 1998 et récemment celui du Mali en 2012 avec les contestations sur la liste électorale marquées par de débloquement d’électeurs.

Guirdé Ahmat Mourdounia