Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchadactuel annonce un violent accrochage entre les militaires tchadiens et français

C'est l’info en exclusivité parvenue au site. En effet on se rappelle que la semaine dernière, il y a eu un échange des coups de feu entre l’armée tchadienne et l’armée française stationnée au Tchad, avec des blessés de part et d’autre ; mais les deux parties n’ont donné aucune explication et ont tenté de banaliser l’information et d’en passer sous silence. Or c’est une histoire assez bizarre et dénote du rôle ambigu des forces françaises stationnées au Tchad. Selon des sources confirmées, les renseignements militaires tchadiens (B2) auraient constaté que les éléments français se donnaient à un trafic intense d’achat d’armes ; alors il a été décidé de piéger les français en chargeant un élément du service(B2) de vendre des armes aux français, cela aurait pu passer sans encombres, car les vendeurs et les acheteurs étaient au rdv, n’eussent été le manque d’indiscrétion et de savoir faire en matière de renseignement de la partie tchadienne. En effet au moment même où l’opération se déroulait, des individus armés et minus des talkies walkies avaient surgi brusquement et en position de combat ; alors les français se sentant piégés, avaient pris la poudre d’escampette, poursuivis par les nouveaux intrus, jusqu’à la barrière, et c’était là qu’il y a eu d’échange des tirs parce que les éléments tchadiens ont voulu forcer la barrière des éléments français.

Depuis cette histoire, c’est le mutisme total des deux coté, mais avec une tension palpable. Pourquoi les français achètent ils des armes ? Pour quoi faire ou plutôt destinées à qui ? Ce sont les questions que se pose l’entourage direct du président ; ce dernier n’a pas caché son agacement : « les socialistes restent les mêmes, quels que soient les services que je leur rends, ils ne m’aiment pas » a déclaré, clairement et très remonté le locataire du palais rose. Toujours selon lui, il y a 2 hypothèses sur la destination des armes : Boko Haram ou à l’opposition interne. Dans les deux cas, la finalité est la même : renverser le régime. Ce serait l’intime conviction du président tchadien. Ainsi la confiance règne entre les deux partenaires !

Correspondance particulière (N’Djamena)