Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHAD : LA SANTÉ DE DEBY SE DÉTÉRIORE, LE FILS SE POSITIONNE

Après 10 jours passés, les langues se délient sur le comportement du clan après le énième malaise du Sultan.

Comme les anciennes dictatures communistes du siècle dernier, les faits et gestes autour du despote indiquent généralement la place de chacun dans l’échelle de la hiérarchie et la prédominance des tendances à suivre. Dans les milieux intéressés, il a été constaté avec beaucoup de stupeur qu’il n’y a que deux personnes qui se sont accaparées du bout en bout de l’événement, à savoir le fils, Mahamat KAKA, Gal de son état et Com/Dgssie et Daoussa DEBY ITNO, le grand frère et Ministre des Télécommunications.

En effet le Sultan était tombé presque dans le coma à 6h du matin et le premier à être informé de l’incident par les sentinelles est le Gal, Com Dgssie. Celui-ci sans perdre une seconde a ramassé le corps, accompagné de sa protection pour le déposer directement chez le grand frère du président. A cette étape précise Mahamat Kaka croyait intimement que son père a déjà rendu l’âme. Arrivé au domicile du grand frère, on constate qu’il y a encore de l’espoir ; alors immédiatement on conduit le malade à l’Hôpital de la Renaissance mais concomitamment deux importantes décisions concernant le vie du pays sont prises et confiées au Gal Com/Dgssie : sécuriser la Présidence surtout les bâtiments d’EMB et . . . tenez-vous bien retirer le passeport du Président de l’Assemblé Nationale.

Le retrait du passeport du Président de l’A.N est une idée incongrue qui relève d’un esprit étriqué, d’abord le président de l’A.N n’a pas besoin d’un passeport pour se rendre soit à la RNT ou au siège de l’A.N pour se proclamer président par intérim constitutionnel ; par contre s’il voudrait se mettre à l’abri, il n’aurait pas non plus besoin d’un document de voyage pour traverser le pont Bongor-Yagoua, comme il en avait déjà fait lors d’une autre alerte de malaise. Dans les deux cas, bien que le geste soit insensé en lui-même mais cela indique clairement s’il en est besoin les intentions profondes du clan pour la conservation du pouvoir en dehors des textes constitutifs.

Dans les milieux indiqués on se pose une question : quel a été l’entretien entre le Com/Dgssie et la Première Dame pour que celle-ci panique et décide de quitter les lieux sans attendre même la suite du malaise de son mari, elle qui accapare actuellement tous les rouages de l’État se prévalant d’être « le véritable patron » du pays d’ailleurs ne murmurait-on pas qu’elle a de grandes ambitions pour le pays ? Les mêmes milieux avaient fait un constat ahurissant : A ces moments décisifs et pour le Pays et pour la famille, on a noté l’absence quasi-totale des autres enfants du sultan y compris ses neveux de ses trois sœurs portant très proches de leur oncle, en somme aucun individu de la filiation maternelle de IDI. Deux personnes et deux seulement avaient géré cette épisode de bout en bout : le grand frère qui a tous les moyens financiers à sa disposition et son neveu de Gal qui a les forces de sécurité à sa botte ; le pouvoir ne pourrait leur en échapper dans tous les cas de figures, pense-t-on.

Que ceux qui s’illusionnent encore d’une alternance démocratique ouvrent grandement les yeux pour chercher d’autres voies pour faire partir le sultan et sa clique.

© Source : africa-info.org