Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Mardi 31 mars, Paris, conférence sur le Burkina Faso

La conférence ‘Insurrection populaire et transition: Quels changements ?’ au siège du Parti communiste français est organisée par la Fondation Gabriel Péri. La section française du Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP-SF) et des peuples a ‘coorganisé’ la soirée selon son président, Didier Ouedraogo.

Piégé par l’horaire de 18h assez rare, j’arrive très en retard à la fin de la première partie ‘L’insurrection populaire et les enjeux de la transition’ où interviennent Newton Ahmed Barry, le rédacteur en chef de L’Evénement, et Nacanabo Sagado, du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC). La chercheuse Lila Chouli anime ce panel. Il est question d’un « coup d’Etat militaire » qui aurait pris le dessus sur l’insurrection selon les deux intervenants, parce que le choix qui a prévalu était celui de « l’armement le plus fort ». Pour Nacanabo Sagado, « les élections ne sont pas le but de la transition ». Pour lui, il s’agit de faire partir les anciens du système toujours là, surtout les militaires, et de ne pas faire de « trêve sociale ». Il va jusqu’à dire « une insurrection populaire est possible », signifiant là son insatisfaction de la révolution-insurrection de fin 2014. Pour Newton Ahmed Barry aussi, « l’insurrection a abouti à un coup d’Etat militaire ». Lui constate qu’il y a deux sociétés civiles, celle, « traditionnelle, absente de l’insurrection », autour des « syndicats qui essayent de revenir » et « celle autour des jeunes, étudiants et du Balai citoyen ».

Je ne pensais pas en arrivant être confronté à cette thèse du « coup d’Etat militaire », qui ne paraît très réductrice. Vérification faite, elle semble surtout très influencée par une certaine vision de la politique burkinabé, une vision proche de celle du Parti communiste révolutionnaire voltaique (PCRV), marxiste léniniste. Les liens entre MBDHP et PCRV sont connus. Les critères marxistes léninistes pour juger d’une révolution sont sans doute plus exigeants en termes de ‘ménage à faire’. Ce qui est surprenant, c’est que la conférence au siège du PCF n’ait pas permis de mieux équilibrer différents points de vue. Le refus d’une trêve sociale pendant la préparation des élections d’octobre 2015 est intéressant, mais cela ne règle pas le débat d’une légitimité du pouvoir pour prendre des décisions pour le long terme.


Le deuxième panel, animé par le blogueur tchadien, Makaila Nguebla, s’intitule « Des répercussions régionales et continentales de la révolte » et réunit Laurent Bigot, ancien du Ministère des affaires étrangères français, dégagé par Laurent Fabius pour avoir prévu en 2012 la chute de Blaise Compaoré, et Albert Bourgi.

Laurent Bigot tient un discours optimiste sur un « long et profond mouvement vers la démocratie », autour des mobilisations citoyennes des jeunes en Afrique, qui me rappelle celui de la campagne Tournons la Page. Pour lui, en plus de l’accès à l’information, une source de changement provient du fait que la population des villes devient majoritaire par rapport à celle des campagnes. Sur le Burkina, il insiste sur la volonté populaire de justice. A la question du public de savoir quel sera le prochain président à tomber, il répond sur le Togo de manière approximative et un peu méprisante pour l’opposition politique, semblant cautionner quelques opinions subjectives. Il suggère que Faure Gnassingbé pourrait gagner l’élection en 2015 sans être capable de finir ensuite son mandat dans un pays « sans soupape ».

Albert Bourgi explique, lui, les conséquences géopolitiques de la disparition de Blaise Compaoré. Il retrace rapidement un historique très lourd. Selon lui, les présidents voisins doivent « mieux dormir maintenant », car il était « l’homme de tous les coups tordus ». Il ajoute que « Blaise Compaoré allait toujours dans le sens de Paris », prenant alors comme exemple la Côte d’Ivoire. Pour Makaila Nguebla Idriss Déby remplace Blaise Compaoré au niveau de l’influence française. Le débat encombré de poncifs est ensuite assez décevant. Il se termine sur l’espoir de Laurent Bigot d’une « diplomatie française » qui, un jour « ferait le choix des peuples », un choix qui serait « bon pour l’économie ».

Régis Marzin

Article écrit et publié le 6 avril 2015.