Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : Mahamat Issa Halikimi ou la consécration de l’impunité

 

 

Le régime d’Idriss Deby est devenu au fil des années, une véritable nébuleuse, une hydre à plusieurs têtes, refusant de voir la réalité en face.La peur des représailles, les aveux d’incapacité d’obtenir justice et le sentiment d’injustice dont font face les proches de Monsieur Khamis Tcheré, assassiné par l’actuel garde des sceaux du Tchad, n’avaient émus que trop peu de gens. Les partis politiques font honteusement profil bas, les organisations de la société civile n’ont pas levé le petit doigt pour demander des comptes au Ministre Mahamat Issa Halikimi, meurtrier allégué d’un paisible citoyen pour des motifs gratuits de jalousie dans une affaire de triangle amoureux. Au vu de ce silence de la classe politique tchadienne, nous diront qu’elle adhère à la banalisation du crime, accepte pour ses intérêts mesquins, la consécration de l’injustice et de l’impunité au Tchad. Elle ferme ainsi les yeux et détourne la tête pour fuir la triste réalité sur les nombreux casdes jeunes, bras valides de notre société qui meurent chaque jour sous les coups des sanguinaires comme le Monsieur de la Justice, Monsieur Mahamat Issa Halikimi.

Dans des pays "dit normaux", dirigés par des régimes respectant le droit de l’homme et la justice, Monsieur Halikimi serait déjà limogé de son poste du département de la justice et mis a la disposition des instances judiciaires pour élucider ce cas de meurtre avéré, mais malheureusement pour la mémoire du défunt Khamis Tcheré et pour ses proches, la réalité est tout autre. Au Tchad, on ne puni pas une certaine catégorie de meurtriers, ceux-là qui ont prêté allégeance et fidélité au Président Idriss Deby et sa famille. Nommer un meurtrier avéré au poste du Ministère de la justice du Tchad, c’est cracher a la face des Tchadiens, c’est une manière de narguer les justiciables et de rouler dans la farine, l’intime conviction des magistrats dont nombreux parmi eux, sont des personnes intègres et honnêtes qui travaillent dans un milieu infesté d’individus corrompus, indignes et a la moralité douteuse.

Tous ceux qui avaient de la prestance et du talent oratoire ont jugé qu’une affaire de meurtre n’est pas a l’ordre du jour de leur souci premier tant qu’il ne touche pas un proche et qu’il faudrait garder la tête froide pour attendre les échéances de 2016 et espérer profiter pour leur intérêt personnel, des faramineuses sommes d’argent qui seraient mis en circulation et autres avantages qui surviendraient avec les futurs élections qui s’annoncent déjà biaisées, fausses et une véritable mascarade, le Tchad n’est pas un pays démocratique pour organiser des élections transparentes(les urnes seront une fois de plus bourrées et les procès-verbaux manipulés a volonté.) Ce silence de la classe politique et de la société civile, nous interpelle à juste titre, et nous laisse dire que nos hommes politiques et nos soi-disant défenseurs des droits de l’homme, ont un discours a tenir, des intérêts et des idées a défendre pour ne pas se laisser "tuer politiquement" par le régime.

Au Tchad, on vit dans une grande scène de bouffonneries à ciel ouvert.On jette des mois durant, dans des geôles insalubres le Docteur Galli pour une affaire burlesque de Phacochère abattu sans autorisation alors qu’un meurtrier d’un citoyen se voit propulsé à des hautes responsabilités du Tchad, ironie du sort et au grand dam des proches du défunt Khamis Tcheré. Être meurtrier et accéder à des hautes responsabilités de l’état tchadien, serait-il un nouveau critère d’ascension sociale? Ces nombreux chômeurs bardés de diplômes doivent-ils commettre un meurtre pour accepter à l’emploi et faire prévaloir leur connaissance? Le fait de laisser le Ministre de la justice à son poste et sans aucune confrontation avec la justice n’est-il pas une seconde mort pour le défunt Khamis Tcheré, mort a fleur d’âge? Laisser Monsieur Mahamat Issa Halikimi à son poste et sans le confronter a ses actes n’est-il pas une incitation au meurtre, à l’impunité et a l’injustice?

A quel jeu se livre Idriss Deby, lui qui se dit combattre les "criminels" de Boko Haram au Nigeria et autres extrémistes au Nord du Mali? Un criminel de la trempe de Monsieur Halikimi a-t-il sa place dans un Ministère? Est-il au dessus de la loi contrairement à des nombreux Tchadiens? Doit-on s’ériger en combattant de l’injustice, de la criminalité et de la barbarie tout en s’entourant des proches collaborateurs au passé meurtrier et aux mains souillées de sang d’innocentes victimes? Pourquoi Monsieur Halikimi est-il toujours a son poste et sans aucune inquiétude de rendre compte pourson crime?Peut-être est-il "au-dessus de la Loi?", Doit-on encore croire aux discours tout azimut de changement prônépar Idriss Deby qui nous a toujours menti, abusé, torturé et humilié?

Les Tchadiens n’ont pas la mémoire courte, ils garderont toujours à l'esprit, les souvenirs amères des agissements du régime, et le moment venu, Monsieur Halikimi répondra de ses actes, même si Idriss Deby veut nous faire croire le contraire, en offrant une impunité flagrante sur des plateaux en or a des présumés meurtriers et autres voleurs de deniers publics. Le contexte actuel joue en faveur d’Idriss Deby et ses protégés, sans compter que la lutte contre les Djihadistes joue objectivement en sa faveur, parce qu'elle provoque des réflexes de rassemblement des Tchadiens autour de lui, mais pour combien de temps encore, connaissant la grogne sociale et le ras-le-bol de la majorité des Tchadiens?

Comme des nombreux citoyens ordinaires, aimant naviguer chaque jour sur l’incontournable blog de notre compatriote Makaïla, la bête noire du régime, j’ai été dévasté, attristé et révolté de lire le témoignagede notre compatriote Nangatoum sur le cas du Ministre Halikimi. Je dis tout simplement que je suis révolté, exaspéré et complètement renversé de savoir que notre département de la Justice est dirigé par un criminel avéré, qui jouit de la protection et de la bienveillance du Président Idriss Deby. Décidément, au Tchad, la vie d’un citoyen lambda comme moi, n’a aucune valeur(la balle ou le couteau qui tuent des innocentes victimes, coutent plus chers qu’une vie), sinon Monsieur Halikimi ne se hasardera pas de faire libérer son neveu, Saleh Mahamat Éguire qui, savoure tranquillement sa liberté au Canada après avoir commis un meurtre sur un jeune de son âge a N’Djamena, le 10 novembre 2014 et libérer quelques semaines plus tard.Où va notre pays face à cette véritable hérésie et cette injustice gratuite? Où sont les Yorongar, Kebzabo, Dr Ley et les ADH (LTDH, Liberté sans frontières, Foreli…), les sites web et blogs tchadiens (hormis celui de Makaïla) de nature, dotés de "capacités oratoires" qui ont pris d’assaut nos organes d’informations?

J’interpelle tous les Hommes politiques, les ADH, nos administrateurs de sites web et blog, les journaux privés et autres personnes de bonne volonté qui croient en la valeur de la justice et rejettent l’injustice et l’impunité,de faire front commun pour demander le limogeageimmédiat du meurtrier allégué,Mahamat Issa Halikimiet sa mise a la disposition de la justice pour présenter le fardeau de la preuve de son innocence pour que les proches de Khamis Tcheré puissent afin savoir la vérité sur le meurtre gratuit de leur fils et frère, d’obtenir justice et de tourner définitivement la page du deuil et d’incompréhension qui plane dans la famille depuis près de deux décennies. Je joins ma voix à celles de tousqui subissent l’humiliation au quotidien dans leur chair et leur âme, je compatis profondément et de tout cœur avec tous ceux et celles qui ont perdu un être cher et qui attendent toujours pour que la lumière de la justice jaillisse au grand jour. Je dénonce avec vigueur le silence complice de nos hommes politiques et des ADH face à la consécration de l’impunité et de l’injustice au Tchad.

Kourdinan A.