Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Sénégal/Propos du Président Wade : réflexion sur la question identitaire

 

Par Cheikh Sidiya DIOP

Secrétaire générale de la Ligue des Masses

dcheikhsidiya@gmail.com

 

Les propos du Président Abdoulaye Wade tenues récemment, traitant l’actuel Président Macky Sall d’appartenir à une caste d’esclaves-anthropophages, sont de mon point de vue, totalement déplacés et regrettables. Et, je m’en démarque catégoriquement en tant que musulman, sénégalais, intellectuel et politique, épris de justice sociale et de la dignité humaine.

Par ailleurs, par la même occasion je condamne la prolifération d’invectives de part et d’autre des partisans du Président Macky Sall qui se sont acharnés avec un tapage intempestif sur le Président Abdoulaye Wade. Face à l’attitude adoptée par un profil bas du Président Macky Sall qui entre guillemets, s’il n’est pas le commanditaire de toutes ses attaques, n’a pas estimé contenir de tels propos, contrairement aux dérives insurmontables et à l’emballement des apristes surexcités. Ces bourdes et bavures prouvent clairement que le Président Macky Sall a perdu totalement le contrôle de son parti et de l’Etat. Ce qui est loisible à tout à chacun d’être amener à exiger son départ puisque son autorité a capoté devant l’incorrection boulimique de son camp. Bizarrement c’est cette même clique qui avait injurié sans retenue l’honorable Président Amadou Mahtar Mbow dans sa noble quête de réfléchir et de proposer des reformes aux blocages des institutions de l’Etat. Tache si sensible que lui avait confié le chef de l’Etat.

Pour en revenir aux déclarations du Président Wade, je pense qu’elles ne méritaient pas tout ce brouhaha et agitations. Pis, elles ne devaient même pas animer l’actualité politique nationale. Puisque tout simplement, elles émanent d’une personne âgée éprouvée par l’arrestation arbitraire, sectaire, injuste et sélective de son fils. Et peut-être, l’âge avancé du Président Wade serait même peut être un frein à sa maitrise, à sa capacité de discernement et au contrôle de ses sensations et de ses facultés mentales. Ces propos de ce vétéran comme terme de contradiction et de confrontation d’idées, de dialogue ou d’échange nous dévient de l’essentiel et des préoccupations des populations qui attendent autre chose de plus responsable de ses élites politiques et intellectuelles qui ont l’obligation de porter haut le débat. Par exemple apporter une solution crédible aux problèmes auxquels est confronté le pays en proposant des alternatives crédibles dans diverses secteurs en panne comme l’eau, l’environnement, l’électricité, l’éducation, la santé, la cherté de la vie, la paupérisation des couches sociales, le chômage endémique, l’Etat de droit etc...

Ces propos du Président Wade poussent à une réflexion profonde sur le poids de la question identitaire qui me paraissait au Sénégal, réglé depuis Mathusalem, puisque notre pays a ratifié toutes les conventions internationales sur les droits de l’homme : la déclaration universelle des droits de l'homme, charte Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples sans oublier la constitution en son article 7. Malheureusement le Sénégal est seul pays qui entretient encore ce complexe à l’orée de ce siècle où le monde est devenu global et sorti de ce carcan identitaire qui n’apportera aucune valeur ajoutée à l’épanouissement en tout genre des pays et des peuples. Au contraire cette polémique improductive et stérile, entretenue et encouragée par tous ces laudateurs en manque de maturité et d’expérience, de connaissances et de bagages, pollue et tympanise la société sénégalaise

Une fois de plus, ne nous détournons pas de l’essentiel et recentrons le débat qui est ailleurs. Concentrons-nous sur des problématiques bien posées par des thématiques majeures qui aideront le Sénégal à émerger dans sa quête de perspectives par une prospective profonde des élites du pays qui chacun dans son champ d’action, son domaine de compétence a le devoir et l’obligation de produire, de revisiter par une introspection lucide et d’apporter sa modeste contribution pour l’essor du pays. Malheureusement c’est cette posture salutaire à laquelle nous attendaient les sénégalaises et les sénégalais ainsi que la communauté internationale qui a toujours cité le Sénégal comme un véritable cas d’école. Hélas, l’affaissement de ce lustre d’antan est le produit de cette attitude inélégante adoptée par le Président Macky Sall dans son silence assourdissant, ses apristes en quête de notoriété, ainsi que leurs faux alliés de Benno Tass Yakar sans oublier les opportunistes lambda et laudateurs beta en quête de responsabilités. Une fois de plus, ils nous tympanisent et nous déroutent. Refusons, d’être embarquer dans cette incertitude.

En somme, je désapprouve catégoriquement l’exploitation politique et politicienne de ces malheureux propos qui n’ont aucune cohérence objective et logique cartésienne. Au contraire, je trouve scandaleux cette stratégie novice, ce modus operandi de se victimiser tout simplement pour roubler et endormir les électeurs de 2017. Le Peuple sénégalais est mature et saura faire la différence sur des critères de résultats du Président Macky Sall, en pareilles circonstances, médiocres comme calamiteuses, mais pas sur des sensibilités crypto personnelles et inappropriées. Le Président Macky Sall doit comprendre qu’il appartient au passé, il est passé au-dessus de la plaque, il a atteint le paroxysme de son extinction politique. Et à ce summum, il ne peut plus manœuvrer pour dissimuler son impopularité record jamais égalée dans l’histoire politique du Sénégal, il doit démissionner afin que des élections générales se fassent en toute transparence.

Enfin pour que pareille chose ne se produise plus, et d’éviter un détournement inessentiel du débat, une justice sociale et une exploitation politique de l’insensé, j’appelle l’Etat sénégalais et le législateur à légiférer sur la sensible et délicate question identitaire qui est une véritable bombe à retardement.