Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 Réaction de Senior Mbary à l’article intitulé Tchad : l’alternance politique n’est pas une panacée (de Mr Angorki Moussa)

Réaction de Senior Mbary à l’article intitule Tchad : l’alternance politique n’est pas une panacée (de Mr Angorki Moussa)

L’exercice du pouvoir démocratique étant un problème chez nous au Tchad, toute réflexion touchant à cet aspect suscite toujours de la curiosité pour la lire et l’analyser. Dans cet esprit donc, j’ai lu avec intérêt l’article de Mr Angorki Moussa intitulé « Tchad : l’alternance politique n’est pas une panacée » paru dans le journal en ligneTchadanthropus du 12 mars 2015.

J’ai bien apprécié la rationalité de l’analyse de l’auteur mais qui semble être axée sur les passages et exemples choisis pour aboutir à sa conclusion qui était le fil conducteur de son raisonnement : laisser Deby Itno au pouvoir. C’est un raisonnement basé sur le parti pris et cela manque d’honnêteté intellectuelle.

La démocratie, comme tout autre modèle de pouvoir, s’exerce par l’apprentissage. Lorsqu’on prend les monarchies, par exemple, le prince héritier fait son apprentissage auprès de son père dès le bas âge. Les règles sont d’avance connues et tout le monde sait qu’après le père, c’est ce fils-là qui prendra les rênes du pouvoir avec l’appui des autres princes et conseillers.

Là où je ne suis pas d’accord avec Mr Angorki, c’est qu’en démocratie, les règles aussi sont bien connues et de façon ferme, la démocratie rime avec l’alternance quelle que soit la forme. C’est l’opposé d’un pouvoir monarchique.

A ce que je sache, le Tchad n’est pas encore un pouvoir monarchique, même si la tentation pour Deby est très forte pour basculer la République du Tchad vers un pouvoir monarchique. Les signaux sont pourtant là : le verrou de la limitation des mandats présidentiels a sauté depuis 2005, la balkanisation du pays en cantonnât se poursuit à un rythme exponentiel, assortie des traitements exceptionnels et complaisants des chefs de santon et sultans, tous prêts à lui faire allégeance, nomination des fils de ces chefs à des postes de responsabilités, fraudes électorales massives et récurrentes, entre autres. Malheureusement, il n’arrivera jamais à instaurer une monarchie au Tchad.

Alors, du moment où le Tchad reste une république avec une constitution comme loi fondamentale, pourquoi Deby a-t-il si peur d’appliquer les règles du jeu démocratique ? Parce que chacun devrait faire son expérience dans l’exercice de pouvoir. Deby a déjà fait 24 ans au pouvoir et il a lamentablement échoué. Tous les indicateurs socio-économiques sont au rouge. L’exercice démocratique et la transparence veut qu’il cède son fauteuil à d’autres qui doivent faire également leur expérience. Le seul juge reste la population et non un membre du clan ou un profito-situationniste comme Mr Angorki qui cherche à cacher le soleil avec ses mains par des analyse orientées et partisanes.

Oui, nous préférons mieux un Ange affamé et inexpérimenté qu’un Diable qui a fait ses preuves et expérimenté. Au fait, Mr Angorki, dites-nous, s’il vous plait, dans quels domaines votre Diable-Joker a fait ses preuves que vous tenez tant à valoriser ? En attendant votre réponse, j’en connais quelques-uns. Deby a, effectivement fait ses preuves et il est même très performant en matière :

- De crimes et assassinats politiques ;

- D’injustice sur fond de népotisme, de clanisme et de régionalisme à grande échelle ;

- De l’impunité comme un des principaux modes gestion ;

- De pillages, détournement des ressources et des biens publics à tous les niveaux de l’administration dont les principaux auteurs et bénéficiaires sont les seuls membres de sa famille, belle-famille, clan ou courtisans ;

- De fraudes électorales massives et récurrentes depuis près de 20 ans ;

- Culture de la médiocrité à tous les niveaux (administration, gouvernement, écoles et université, etc) ;La liste est loin d’être exhaustive.

C’est donc ce Diable que vous préférez à la place de l’Ange que vous ne connaissez pas, n’est-ce pas ! Vous êtes intellectuel et vous connaissez bien comment le pays est géré, comment le pays tient la queue dans presque tous les classements mondiaux alors que c’est le même président qui est à la tête du pays depuis 24 ans, avec une misère noire qui touche la majorité de la population. Visible à l’œil nu. Et tout ce que vous trouvez de mieux à dire c’est de recommander le statu quo. Parce que cela vous arrange. C’est cela l’égoïsme sans limite qui caractérise le clan au pouvoir. Honte aux intellectuels de votre espèce parce que le rôle d’un intellectuel dans un pays, c’est de réagir pour orienter et dénoncer l’injustice, même si cette injustice l’arrange, comme l’a dit le Député Béral dans son analyse à propos de la démission de l’ex-PM Mr Djimrangar Dadnadji paru dans N’Djaména-Hebdo du 9 mars 2015 et reprise par les médias en ligne.

A propos de l’Ange, Mr Angorki, mais vous ne le voyez même pas à l’œuvre et vous le jugez déjà. C’est bien le comportement de quelqu’un qui a un parti pris n’est-ce pas ! Et pourtant, nous sommes en démocratie et c’est quand-même le droit de cet Ange de diriger son pays s’il est normalement élu ! Si on ne devrait pas laisser les Anges essayer, on n’allait pas avoir des bons présidents comme Mandela. Mr Mandela qui sert de référence aujourd’hui au monde entier a-t-il été président avant ? Mais c’est aussi en laissant les Anges essayer qu’on a découvert des monstres comme votre Diable-Joker que l’histoire du Tchad ne retiendra de lui que la cruauté, la brutalité et le clanisme primaire.

Cher Angorki, vous faites, finalement, partie de cette caste d’intellectuels réduits à leur nombril et qui n’apportent absolument rien à leur pays et à leur peuple. S’il vous plaît, concentrez-vous sur votre panse et laisser les autres lutter pour un changement réel à venir qui soit profitable à la plus grande majorité.

Senior Mbary