Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 CONVENTION TCHADIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS HUMAINS C.T.D.D.H BP : 5839 Ndjamena E mail : ctddh_organisation@yahoo.fr Tel : +235 66267981 ; +235 92106983 Siege National : Avenue Oumar Bongo face à la Station- Service NIMRO Communiqué de Presse N°17 La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) est gravement atterrée par les mises en scène grossières et malvenues auxquelles s’est livré le Chef de l’Etat au palais du peuple au cours d’une cérémonie burlesque ; cérémonie en faveur de l’interdiction du mariage des jeunes filles en bas âge. Une fois de plus, le plus haut magistrat du pays s’investi personnellement dans la politique de dissimulation dont le dessein traditionnel est d’abuser sans vergogne de la crédulité de l’opinion internationale. Ces déclarations visent comme d’habitude à faire croire au public extérieur que l’Etat Tchadien respecte et protège les Droits de l’enfant ; ce folklore grotesque survient deux jours après la preuve cinglante de la quasi inexistence d’un E tat de droit au Tchad ; preuve fournie par la vidéo qui a fait le tour du monde et qui met à nue la barbarie avec laquelle des élèves avaient été torturés. Faire subir à des adultes des traitements inhumains et dégradants est déjà une violation grave des Droits humains ; pratiquer ces tortures sur des enfants est tout simplement assimilable à un crime et l’opinion nationale et internationale doit prendre la mesure de la gravité de ces agissements qui se déroulent au 21e siècle dans un pays qui se dit respectueux des droits de l’homme. La C.T.D.D.H rappelle qu’elle n’a jamais cessé de dénoncer le fait que des violations graves et répétées des droits humain sont commises dans notre pays, alors que celui-ci a ratifié 80 % des Conventions relatives au respect des Droits fondamentaux de la personne humaine ; parmi ces Conventions, celle relative au Droits de l’enfant. La C.T.D.D.H exige des sanctions rapides et radicales suite à cette barbarie pratiquée par une police dirigée par des analphabètes pour qui une convention internationale ne signifie rien ; elle estime par ailleurs qu’il n’existe aucun doute sur l’authenticité de cette video dans laquelle les lieux, les indices et les personnes sont aisément identifiables. La C.T.D.D .H met en garde le Gouvernement contre une prétendue enquête qui aura pour objectif de faire tomber cette barbarie dans l’oublie en livrant des agents subalternes à la justice. La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) se verra contrainte d’en appeler à la mobilisation générale en cas d’absence de sanctions qui devraient viser entre autres, le Ministre de la Sécurité Publique et le Directeur Général de la Police. La C.T.D.D.H exhorte par ailleurs le Chef de l’Etat à cesser de se livrer à des pratiques visant à tromper une opinion internationale qui n’est désormais plus dupe. Elle exige par ailleurs la désignation des vrais Commissaires de police formés et expérimentés à la tète des différents corps des agents de sécurité afin de prévenir ce genre de pratiques dignes d’un autre âge. Fait à N’djamena le 14/03/2015 Le Secretaire Général Mahamat Nour A.Ibedou

CONVENTION TCHADIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS HUMAINS C.T.D.D.H BP : 5839 Ndjamena E mail : ctddh_organisation@yahoo.fr Tel : +235 66267981 ; +235 92106983 Siege National : Avenue Oumar Bongo face à la Station- Service NIMRO Communiqué de Presse N°17 La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) est gravement atterrée par les mises en scène grossières et malvenues auxquelles s’est livré le Chef de l’Etat au palais du peuple au cours d’une cérémonie burlesque ; cérémonie en faveur de l’interdiction du mariage des jeunes filles en bas âge. Une fois de plus, le plus haut magistrat du pays s’investi personnellement dans la politique de dissimulation dont le dessein traditionnel est d’abuser sans vergogne de la crédulité de l’opinion internationale. Ces déclarations visent comme d’habitude à faire croire au public extérieur que l’Etat Tchadien respecte et protège les Droits de l’enfant ; ce folklore grotesque survient deux jours après la preuve cinglante de la quasi inexistence d’un E tat de droit au Tchad ; preuve fournie par la vidéo qui a fait le tour du monde et qui met à nue la barbarie avec laquelle des élèves avaient été torturés. Faire subir à des adultes des traitements inhumains et dégradants est déjà une violation grave des Droits humains ; pratiquer ces tortures sur des enfants est tout simplement assimilable à un crime et l’opinion nationale et internationale doit prendre la mesure de la gravité de ces agissements qui se déroulent au 21e siècle dans un pays qui se dit respectueux des droits de l’homme. La C.T.D.D.H rappelle qu’elle n’a jamais cessé de dénoncer le fait que des violations graves et répétées des droits humain sont commises dans notre pays, alors que celui-ci a ratifié 80 % des Conventions relatives au respect des Droits fondamentaux de la personne humaine ; parmi ces Conventions, celle relative au Droits de l’enfant. La C.T.D.D.H exige des sanctions rapides et radicales suite à cette barbarie pratiquée par une police dirigée par des analphabètes pour qui une convention internationale ne signifie rien ; elle estime par ailleurs qu’il n’existe aucun doute sur l’authenticité de cette video dans laquelle les lieux, les indices et les personnes sont aisément identifiables. La C.T.D.D .H met en garde le Gouvernement contre une prétendue enquête qui aura pour objectif de faire tomber cette barbarie dans l’oublie en livrant des agents subalternes à la justice. La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) se verra contrainte d’en appeler à la mobilisation générale en cas d’absence de sanctions qui devraient viser entre autres, le Ministre de la Sécurité Publique et le Directeur Général de la Police. La C.T.D.D.H exhorte par ailleurs le Chef de l’Etat à cesser de se livrer à des pratiques visant à tromper une opinion internationale qui n’est désormais plus dupe. Elle exige par ailleurs la désignation des vrais Commissaires de police formés et expérimentés à la tète des différents corps des agents de sécurité afin de prévenir ce genre de pratiques dignes d’un autre âge. Fait à N’djamena le 14/03/2015 Le Secretaire Général Mahamat Nour A.Ibedou