Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le combat de l’ex-PM ne peut pas être limité à sa communauté Gor

Je viens de lire sur le Blog de Mr Eric Topona du 19 février 2015, le communiqué de presse signé conjointement par les communautés Nang-Nda et Gor pour exprimer leur dégout et mettre en garde le pouvoir MPS des menaces qui pèsent sur l’ex-PM, Mr Joseph Djimrangar Dadnadji. C’est le droit pour ces deux communautés de réagir ainsi face à la menace sur un des leurs mais franchement, la lutte que mène actuellement l’ex-PM va au-delà de sa communauté car un combat contre la liberté d’expression et d’association, contre l’injustice, contre la dictature, etc. C’est une pétition qui conviendrait le mieux par rapport à ce contexte.

Comme je l’ai dit dans un de mes précédents articles sur la démission de Mr Djimrangar, celui-ci a été simplement plus courageux que les autres cadres du MPS à exprimer ainsi sa désapprobation de la déviation de l’orientation initiale du MPS. Devrait-il y rester et continuer à avaler les couleuvres après tant d’humiliation ? Non, il y a au-dedans de chaque individu un minimum de dignité à protéger, à moins d’être un lâche.

La question centrale est de savoir pourquoi cet acharnement du régime contre lui pour avoir démissionner du parti ? Il n’est ni le premier, ni le dernier à quitter son parti à ma connaissance et les exemples sont d’ailleurs nombreux. Le dernier en date est la démission de l’ex-président Olusegun Obansanjo du même parti (où il en est le pilier) que l’actuel président nigérian, Good Luck Jonathan. A-t-il été menacé ? Bien avant lui au Burkina, ce sont aussi des piliers du parti de Blaise Compaoré qui ont quitté le navire parce qu’ils ne partageaient plus la même vision, pour créer leur propre parti. Ont-ils eu des ennuis judiciaires? Au Sénégal, l’actuel président de la République n’était pas du parti de Mr Abdoulaye Wade ? A-t-il été poursuivi ?

Où est alors la liberté d’expression dans un pays qui se dit démocratique. Ce qui est en train de se passer avec Mr Djimrangar était prévisible et s’inscrit parfaitement dans la logique de la terreur qui caractérise le pouvoir MPS. C’est donc dans ce sens qu’il faudrait comprendre sa lutte qui est un combat contre l’oppression, la dictature, contre l’injustice, contre le droit d’exprimer sa différence de vue, entre autres. Son combat s’inscrit dans la suite de la lutte que mène la vraie opposition démocratique depuis des années et non les partis satellites créés de toute pièce dont les animateurs ne sont que des hyènes affamées.

Ainsi donc, le combat de Mr Djimrangar va au-delà de sa communauté et concerne la majorité des Tchadiens face au régime du MPS. Dans cette optique, c’est donc une pétition qu’il faudrait et non un communiqué de presse de sa communauté parce que, moi qui ne suis de sa communauté, me sens directement concerné par sa prise de position courageuse pour dire non à la dérive du MPS, quand bien-même il a attendu d’être humilié avant comprendre la vraie nature du pouvoir MPS.

En définitive, il faudrait rester lucide et considérer la lutte de Mr Djimrangar non pas comme un acte isolé que le harcèlement du pouvoir MPS devrait renforcer la nécessité de rester unis et soudés face au rouleau compresseur du pouvoir MPS. L’avenir et la survie de la majorité des Tchadiens en dépensent amplement.

Senior Mbary