Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

     AGANAHI Clément (Franco-Béninois), Expert africain   ----   Abakar Adoum HAGGAR, (tchadien) Expert invétéré en  En Fraude électorale pour les régimes impopulaires

AGANAHI Clément (Franco-Béninois), Expert africain ---- Abakar Adoum HAGGAR, (tchadien) Expert invétéré en En Fraude électorale pour les régimes impopulaires

L’introduction de la biométrie dans le processus électoral au Tchad soulève tant de vagues. Depuis un moment courant du mois de juillet de l’année 20014, semblerait-il déjà que les stratégies et initiatives sont mises en œuvre par le groupe d’Experts AGANAHI Clément (Franco-béninois) et le zélé Abakar HAGGAR (tchadien, militant patenté de MPS) depuis Lomé au TOGO dans un hotel de la place ‘‘HOTEL IBIS’’ (ancien Hôtel le Benin). A cet hôtel délocalisé, AGANAHI Clément et Abakar HAGGAR avaient pu organiser une formation de deux (02) semaines pour une dizaine des personnes de nationalité tchadienne avec la collaboration de l’Expert-informaticien Sylvestre AKOI de nationalité Ivoirienne. Au départ, cette formation allait se tenir en Mauritanie mais ipso facto, elle s’est retrouvée à Lomé au Togo. Car en cette période, le fameux Expert AGANAHI ne pouvait pas se rendre en Mauritanie en fonction de son agenda au TOGO pour les élections législatives tenues en juillet 2014.

1-) Nous nous demandons avec insistance pourquoi cette formation a-t-elle été délocalisée à Lomé au TOGO loin des regards et oreilles ?

2-) Et pourquoi des rencontres à Bruxelles en Belgique? Que vient faire le président de la CENI, ROYOUMBAYE à cette rencontre?

L’informaticien Sylvestre AKOI qui avait travaillé dans le processus électoral précédent sous l’orientation de AGANAHI Clément qu’il obéissait au doigt et à l’œil refait surface à Lomé lors de la formation. Il a également contribué et cordonner la formation d’une dizaine des tchadiens qu’ils préparent sous la surveillance de Abakar HAGGAR pour la fraude aux futures élections et surtout l’élection présidentielle.

Vous comprendrez que l’arrivée de AHANAHI, Expert et Spécialiste en fraude électorale pour les régimes africains en rupture de banc avec les principes démocratiques est savamment organisée par une petite idée malicieuse du zélé Abakar HAGGAR, Expert national en fraude depuis la nuit des temps pour le régime tchadien et surtout pour son parti MPS. Vous conviendrez avec nous que depuis le mauvais choix du cabinet SOFIE, notre processus électoral a pris du plomb dans l’aile. Ce constat que nous venons de faire est claire et ça prouve largement par de profonde lacunes que porte le rapport final de SOFIE. Vous partagerez les mêmes esprits d’idées que, partout ailleurs, n’importe quel projet de réalisation, une bonne étude de faisabilité est le soubassement, sinon la pierre angulaire de la réussite du projet. Car, cette étude décrit les tenants et les aboutissants sur la base de son diagnostique sincère. Mais pour cette étude de faisabilité que nous décrions, ce n’est pas le cas d’où notre émoi.

Dans ce tohu-bohu, l’Administration Electorale la CENI, le BPE (Bureau Permanent des Election) ne cesse de s’engouffrer dans leurs bureaux mordants leurs doigts à la recherche de fines solutions pour remettre les activités préparatoires à la hauteur des défis qui s’imposent. Malgré toutes ces incohérences et lacunes de ce rapport causées, les responsables qui ont retenu ce cabinet SOFIE jusqu’alors ne se rendent pas compte du déluge que le processus est entrain de prendre. Si nous nous sommes retrouvé avec un rapport d’étude bidon à cause de la traitrise de Abakar HAGGAR, nous allons encore de nouveau nous engager avec un Expert dont la sa crédibilité est déjà entachée. Très dommage, le Tchad n’est pas un terrain d’expérimentation.

Comme nous l’avons souligné dans notre précédent article, le PNUD, dispose un bon répertoire des CV des Experts qualifiés en domaine de la biométrie, des Experts de bonne moralité, ainsi que leur impartialité que le PNUD ne nous caresse pas dans le sens de nos poils en nous disant que par leur choix, que seul l’expert AGANAHI Clément est le meilleur choix pour accompagner les organes de gestion du processus électoral et seul, lui, dispose les compétences nécessaires avec son profil que nous partageons tous : Expert ‘‘Identification et Elections’’. De notre point de vue technique, nous semble-t-il que le profil recherché pour accompagner la CENI est celui que dispose les compétences et expérience dans le domaine Conseiller Biométrie. Faut-il dépenser des milliards de nos francs pour un travail si obsolète ? Est-ce que AGANAHI Clément est un Expert en Conseiller Biométrique ou Expert Identification et Elections ? Est-ce que le PNUD peut nous servir un élément de réponse à cet effet ? Même si Monsieur AGANAHI Clément a cette compétence, nous ne voulons pas de lui, du point de vu de la magouille qu’il opère à chaque fois que la confiance lui a été faite. Pour corroborer notre thèse argumentaire, nous vous invitons à consulter ce lien : www.27avril.com/blog/actualites/politiques/togo-fraudes-électorales-gilbert-bawara-et-clément-aganahi-deux-fraudeurs-a-pied-d’oeuvre-pour2015

http://www.yorongar.com/imprimer.php3?id_article=223

Nous n’acceptons pas cette mascarade organisationnelle qui est en train d’être mise en place par le PNUD sous l’influence avérée du zélé Abakar Adoum HAGGAR. Le PNUD sera tenu pour responsable d’un éventuel conflit post électoral pour son parrainage et complice pour ledit choix de l’Expert. Il est temps de faire économie d’un conflit qui se pointe à l’horizon.

  1. Nous demandons au PNUD et à la CENI, le départ pure et simple de l’Expert AGANAHI Clément et le limogeage de Abakar Adoum HAGGAR ;
  2. Nous demandons également au PNUD et à la CENI au nom du principe de la compétence et d’impartialité de reprendre résolument un nouveau choix d’un Conseiller en Biométrie comme stipule les textes, que cela pourra nous couter quelque soit le cout et qui ne traine pas les casseroles au pied.

De tout ce qui précède et à la lumière de notre indignation, il serait mieux que nous évitions de notre processus électoral une crise électorale qui serait née du fichier électoral comme ce fut le cas en Guinée Conakry. Le PNUD sera tenu pour responsable d’un bain de sang éventuel. Nous devons nous éviter des crises, car on en a marre ! Trop, c’est Trop !

Face cette situation, que fait la classe politique tchadienne ? Nous y reviendrons sur son silence.

A suivre…………..