Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Répression à Doba: le CAMOJET demande purement et simplement la démission des autorités locales

Collectif des Associations et Mouvements de Jeunes du

Tchad (CAMOJET)

Folio : 2278/2006

Adresse : (235) 66 45 55 90 / 66 27 73 54/66 26 96 26

Email : camojet@hotmail.fr

Siege National Bv. des SAO, Quartier Moursal

Agir pour la Jeunesse

                           Communiqué de presse numéro 001 /CAMOJET/SG/2015

 

Le Collectif des Associations et Mouvement des Jeunes du Tchad(CAMOJET) dénonce avec indignation les actes inhumaines de nos forces de l’ordre contre les élèves du lycée PASCAL YOADIMNADJI de DOBA.

En effet, le lundi 26 janvier 2015, les lycéens étaient sortie en marche pacifique pour exprimer leurs mécontentements suite a leur omission sur la liste des candidats au Baccalauréat .Selon les informations, des individus des quartiers sont recrutés pour se faire de l’argent a la place des élèves candidats, chose inadmissible.

Dans toutes les manifestations le risque de débordement est possible. Cependant, comment peuvent se justifier les autorités locales en tête des forces de l’ordre qui n’ont pas hésité une seconde de faire usage de leurs armes a feu sur les élèves qui revendiquaient rien qu’une cause juste?

Cet acte n’a aucune justification et mérite d’être creusée de manière civique pour en dégager les mobiles réels de cet acharnement contre les élèves, causant ainsi cinq(5)morts, et une pauvre commerçante grièvement blessée et admise a l’hôpital de DOBA.

Le CAMOJET rappel au Gouvernement l’Article 27 de la constitution du Tchad qui stipule que ‘‘Les libertés d'opinion et d'expression, de communication, de conscience, de religion, de presse, d'association, de réunion, de circulation, de manifestations et de cortèges sont garanties à tous(…)’’.

Prenant acte de cette situation, le CAMOJET demande purement et simplement la démission des autorités locales responsables de ces actes horribles.

En fin, le CAMOJET demande au Gouvernement de tout mettre en œuvre pour traduit devant les instances judiciaires les auteurs et complices de ces actes graves.

 

Fait à N’djamena le 27 janvier 2015

Le Secrétaire General du CAMOJET

GAMO REMY