Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Manifester au Tchad,  est  un délit : existe-t-il une différence entre   Idriss Deby et Boko Haram ?

Après la disparition du colonel Khadafi, les occidentaux en général et la France en particulier ont porté leur choix sur le régime de Ndjaména, devenu un rempart contre les mouvements djihadistes et islamistes. Du coup, les valeurs universelles sont sacrifiées au profit de l’arbitraire et de l’autoritarisme. C’est ainsi que la lutte contre le terrorisme à l’échelle régionale et internationale, a empêché l’émergence des forces qui militent pour un Etat de droit et une démocrate effective.

Le malheur des Africains et Tchadiens démocrates est d’avoir cru naïvement à certaines valeurs prônées en occident.

Le peuple tchadien qui croupit depuis 24 ans, sous la dictature et la terreur du pouvoir d’Idriss Deby, n’est pas à mesure aujourd’hui, de faire la différence entre Idriss Deby et Boko Haram. Pour leur part,entre Idriss Deby et Boko Haram, c’est la peste et le choléra.

En effet, profitant de l’envoi de ses troupes engagées contre le front islamique en soutien au Cameroun dont les forces font face à Boko Haram, le régime d’Idriss Deby qui bénéficie d’une impunité totale au niveau africain et international, a usé de sa tradition répressive pour étouffer les contestations populaires pacifiques des manifestants non armés.

Ce lundi, 26 janvier 2015, a été particulièrement tragique pour les élèves du lycée de Doba. Leur tort : avoir manifesté pour réclamer plus de justice dans le système éducatif tchadien. Ils ont appris à leur dépend dans un pays où manifester, droit constitutionnel et universel, est devenu un délit répréhensible.

Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas, comment Idriss Deby qui empêche l’expression populaire à son peuple, peut-t-il être autant indispensable à la communauté internationale ?

Son engagement sur le plan militaire en soutien aux pays touchés ou menacés par des mouvements djihadistes, justifie désormais l’existence de son maintien au pouvoir par un chantage écœurant.

Les observateurs les plus lucides s’accordent à dire que tant qu’Idriss Deby entretient le désordre et le chaos chez ses voisins, le sort des Tchadiens, est la dernière préoccupation des puissances étrangères plus motivées par leurs intérêts crypto-personnels que par l’idéal de démocratie et de justice sociale au Tchad.

Le débat sera beaucoup plus intéressant lorsque les Tchadiens eux –mêmes, décideront de prendre en mains leurs destins pour s’émanciper véritablement.

Pour le moment, l’heure est grave pour tous ceux qui se sont inscrits dans un combat démocratique au Tchad face à un contexte international sous menace des réels risques sécuritaires, est devenu favorable à un dictateur-prédateur des libertés.

La rédaction du blog de makaila