Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le M3F condamne l'attentat de Charlie Hebdo

 

Le M3F condamne l'attentat de Charlie Hebdo

 

 

« Parce qu'ils n'aiment personne, ils croient qu'ils aiment Dieu. » Charles Peguy

 

Il n'y a que les mots de Peguy, le poète d'Orléans mort pour la France, pour nommer innommable. Et encore, ceux-ci sont bien faibles face à la barbarie de cette attaque non seulement contre la liberté de la presse, mais aussi contre l'humanité même.

Même si ce lâche attentat a été perpétré à des milliers de kilomètres du Tchad, le M3F s'associe à la douleur des familles des victimes et de la France entière. Le pays de Toumaï comptant une forte proportion de citoyens de confession musulmane, il rappelle à tous les Hommes doués de conscience que l'islam n'a rien à voir avec ces actes abjects, que le nom du Prophète est dévoyé à des fins qui n'ont rien à voir avec son idéal originel de paix. Il clame par ailleurs qu'on pouvait ne pas être d'accord avec les dessins irrévérencieux des artistes de Charlie Hebdo, qu'on pouvait les juger offensants, mais qu'en aucun cas cela ne donnait le droit de commettre des actes répréhensibles devant la loi, encore moins de les assassiner.

 

N'y a-t-il pas, dans le Coran comme dans l'Ancien Testament, cet interdit absolu et cette formule sublime ? « Celui qui tue un Homme tue l'humanité toute entière. »

 

Tout est dit. Notre condamnation est sincère, dénuée d'arrière-pensée. Elle ne vient pas comme d'autres, d'un régime qui a sans cesse bafoué la liberté de la presse depuis 24 ans, assassinant et emprisonnant de nombreux journalistes qui avaient eu le malheur de déplaire au tyran Idriss Deby. Elle vient d'un mouvement qui veut changer le Tchad en profondeur, rétablir les libertés fondamentales et la concorde entre les religions afin que jamais, de tels actes essaiment sur notre terre. Pour le M3F, la liberté d'expression est une valeur absolue, et nul n'a le droit de la profaner.

 

Etant donné que nos mots sont sans doute trop insignifiants, une dernière fois, faisons-intervenir un grand penseur, Voltaire, sans doute le plus libre d'entre tous : « Que répondre à un homme qui vous dit qu'il aime mieux obéir à Dieu qu'aux hommes et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? »

 

La réponse à cette question rhétorique serait peut-être bien : qu'il n'est plus un homme, tout simplement.

 

Puissent les victimes de Charlie Hebdo, et plus largement, toutes les victimes du fanatisme religieux à travers le monde comme les nigérians massacrés par Boko Haram, les juifs abattus dans l'épicerie casher de la porte de Vincennes ou les musulmans centrafricains assassinés par les antibalaka, reposer en paix,

 

Fait à Ndjamena le 9 janvier 2015,

 

Collectif