Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : A l’épreuve de la Rue, la peur a désormais changé de camp

 

En effet, depuis quelque temps on voit bien que le rapport de force s’est inversé au Tchad entre le pouvoir et le peuple.

La liberté d'expression, droit universel, a été constamment bafouée dans notre pays. Pour un peu, on se croirait au temps où le règne les régimes d’exceptions était la règle dans la plupart des pays africains. A cette époque, des dictateurs s'inspiraient tantôt de l'impérialisme du bloc de l'Ouest tantôt par du modèle soviétique, le tout revisité à la sauce de la chefferie africaine. Il en résultait un étouffement de la vie démocratique de leurs Etats et la répression de toute velléité libertaire initiée par le peuple.

Ainsi, à l'heure de l’éveil des masses de part le monde, le Tchad apparait comme un vestige du passé tant le régime Deby se complait dans un autoritarisme anachronique. Les différents rapports d’organismes sérieux illustrent cette triste réalité. D’ailleurs, les journalistes et défenseurs des droits de l’Homme abusivement emprisonnés, peuvent en témoigner. Les sites d'oppositions tels que le Tchadenligne, Tchadanthropus ou le blog du Makaila sont régulièrement censurés.

Quant aux médias d’Etat, ils n'ont rien à envier à la maestria propagandiste du journal officiel du Parti Communiste du temps l'URSS. Serinant à longueur de journée les prétendues réalisations de « Son Excellence le Chef de l'Etat Idriss Deby Itno » (des dizaines de fois en moyenne lors du JT) et louant « la clairvoyance, la générosité et le courage » de celui-ci, la télé nationale refuse délibérément de relayer la réalité socio-économique du Tchad, se muant en un grossier objet d'endoctrinement. Inutile d'ajouter qu'aucune place n'est laissée sur cette antenne à l'opposition, qu'elle soit présente au pays ou en exil. Au Tchad, il n’est point un secret de polichinelle que les conditions d'alternance par les urnes relèvent de l’utopie. Aussi triste cela soit-il, dans ce contexte, le M3F a abouti à la conclusion que la porte du dialogue a été complètement fermée et le processus dans l’impasse. Il prend donc acte du verrouillage total de toute possibilité de changement par cette voie autorégulée par Deby lui-même.

"L’avenir du Tchad ne semble sombre et ténébreux que quand on a les yeux complètement fermés – donc Espoir, Espoir, Espoir !". Gardons espoir car les évènements du 11 Novembre 2014, ont démontré que les tchadiens sont capables de manifester malgré les risques et menaces de répressions qui pèsent sur eux.

Au niveau de notre organisation, nous avons toujours cru à la Rue. Nous voulons rassembler les tchadiens autour de l’héritage de l’icône qu’est le Pr. IBNI. Un homme de consensus, auquel, les tchadiens et tchadiennes s’identifient. Car les valeurs d’IBNI sont largement partagées par une grande frange de nos populations de Baibokoum à Aouzou, d’Adré à Rig-Rig.

"C’est en croyant aux idéaux d’IBNI que nous les faisons progresser et c’est dans cet esprit que nous avons constamment appelé le peuple tchadien à ne pas attendre l'échéance de 2016 et à ne pas ceder aux intimidations du système. Convaincus que seule la Rue peut modifier le rapport de force avec le pouvoir de Ndjamena, nous appelons le peuple à s’organiser pour préparer le grand soulèvement tant attendu pour exiger le départ immédiat de ce régime honni de tous.

 

A l’instar du Burkina, nous croyons fermement au courage et à la détermination des jeunes tchadiens décomplexés pour créer les conditions d’alternance politique pacifique par la Rue. Les dignes fils et les filles du Tchad devront surmonter leur peur et se lever comme un seul Homme pour braver ce système inqualifiable.

Le Collectif