Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Problèmes de protocole, déclarations de François Hollande jugées humiliantes par certains chefs d'État du continent et surtout, élection d'une non-Africaine à la tête de l'OIF. Retour sur un sommet qui laissera des traces dans les rapports entre l'Afrique et la France.

Il y eut bien sûr les louanges unanimes à l'égard d'Abdou Diouf, qui a engrangé les hommages de ses pairs du début à la fin de l'événement. Mais le XVe sommet de l'OIF qui s'est tenu du 29 au 30 novembre à Dakar, a aussi engendré quelques désagréments parmi les délégations africaines, traditionnellement chouchoutées mais qui, cette année, sont reparties de Dakar non sans amertume.

Premier impair, vis-vis de l'Union africaine (UA). Le jour de l'ouverture, alors que seize chefs d'État ou dignitaires doivent se succéder à la tribune pour y lire leur discours, le président en exercice de l'UA, le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, se trouve relégué en deuxième partie de cérémonie, derrière la directrice générale de l'Unesco, la Bulgare Irina Bokova. Froissé, il renonce à son discours.

Mais pour les chefs d'État africains présents à Dakar, la principale fausse note du sommet est venue de trois petites phrases nichées dans le discours de François Hollande : " [...] ce qu’a fait le peuple burkinabè doit faire réfléchir ceux qui voudraient se maintenir a la tête de leur pays en violant l’ordre constitutionnel. Parce que ce sont les peuples qui décident. Ce sont les élections qui permettent de savoir qui est légitime et qui ne l’est pas."

Mécontentement… en coulisses

S'ils n'en laissent rien paraître officiellement, plusieurs chefs d'État ou de délégation potentiellement visés par l'allusion ne dissimulent pas, en coulisses, leur mécontentement. Congo-Brazzaville, Djibouti, RDC, Guinée-Équatoriale, Rwanda, Tchad, Togo... Le clan des mécontents n'apprécie pas de recevoir cette leçon de gouvernance venue de Paris, a fortiori lors de la session inaugurale d'un sommet couvert par 800 journalistes venus du monde entier.

Fidèle à son franc-parler coutumier, le Rwanda, la ministre des Affaires étrangères rwandaise, Louise Mushikiwabo, lance un pavé dans la mare dès le lendemain, dénonçant sur France 24 un procédé "inélégant". Loin des caméras, plusieurs délégations africaines viendront lui témoigner leur soutien. "Ça fait deux fois qu'un président français vient humilier l'Afrique sur son sol, à Dakar, tempête un ministre d'Afrique centrale. De quelle légitimité peut se prévaloir un chef d'État dont la cote de popularité dans son pays ne dépasse pas 12% pour venir donner des leçons au continent?" "La réaction de votre ministre est légitime, assurent les représentants d'une autre délégation africaine à leurs homologues rwandais. Mais de notre côté, on n'a pas osé dénoncer ouvertement le discours de Hollande."

Le discours de François Hollande a également fait tousser l'Ivoirien Alassane Ouattarra, qui a obtenu de changer la résolution du sommet sur la crise au Burkina. "Saluons" la transition est devenu "prenons acte de" la transition. Et la mention de la "charte de la transition", qu’il estimait dangereuse car remettant potentiellement en cause les "institutions", a été supprimée. Quant au mouvement Y'en a marre, hier fer de lance de la fronde anti-Abdoulaye Wade lorsque l'ex-président sénégalais décidait de briguer un troisième mandat au mépris d'une Constitution qu'il avait lui-même fait adopter, il juge le discours présidentiel "déplacé".

"C'est une tentative de récupération des luttes de libération de la jeunesse africaine, qui, du Sénégal au Burkina, a obtenu gain de cause par ses propres moyens, sans l'aide des grandes chancelleries occidentales, estime Fadel Barro, co-fondateur du mouvement. Nous appelons les jeunes du continent à se détourner de ce genre de discours, qui rappelle celui de François Mitterrand à La Baule, pour se concentrer sur leurs propres luttes. Ce n'est pas l'Occident qui viendra nous sauver."

"Les jeux étaient faits"

Enfin, parmi le clan des déçus du sommet, les délégations qui soutenaient l'un ou l'autre des quatre candidats africains en lice n'ont guère apprécié de se voir ravir le trône d'Abdou Diouf, jusque-là chasse gardée du continent, par la candidate canadienne. "La France n'a rien fait pour aider l'Afrique à parvenir à un consensus", déplore un candidat malheureux. "Les jeux étaient faits, analyse un ministre d'Afrique centrale. Paris misait sur la division africaine, et les Africains sont tombés dans le panneau." Alors que certains de ces pays étaient prêts à tenter leur chance au vote, le président français aura pesé de tout son poids pour reconduire une désignation par consensus qui, pour la première fois, s'est retournée contre l'Afrique. "Je trouve surprenant que la France ait laissé ce poste échapper à l’Afrique, analyse le Mauricien Jean Claude de l'Estrac. Et je ne suis pas sûr que cela soit dans son intérêt."

>> Lire la tribune de Jean Claude de l'Estrac : "La trahison de dakar"

À l'arrivée, avec une quinzaine de délégations africaines sur vingt-huit froissées, contrariées, voire courroucées, le XVe sommet de l'OIF pourrait bien laisser des séquelles dans la diplomatie africaine de François Hollande.

________

Mehdi Ba, à Dakar