Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

N’Djaména, le 3 décembre 2014

 

Excellence Monsieur le Président,

Comme tout jeune tchadien soucieux de son devenir et de l'avenir de son pays, j'ai décidé de prendre mon destin en main en créant la société MIAN ENVIRONNEMENT. Les activités principales de ma modeste entreprise reposent sur la création et l’entretien des espaces verts, le pavage, l’évacuation des ordures, audit environnemental, etc. Ma vision est objective et projective. Je suis l’un des jeunes dynamiques et efficaces, qui osent et qui innovent.

En septembre 2013, je m’étais donné les moyens par mon sérieux en initiant un projet d’embellissement de la ville qui consiste à planter des fleurs à croissance rapide avec une consommation insignifiante d’eau. Mon rêve, Excellence Monsieur le Président, est de faire de N’Djaména la vitrine verte de l’Afrique. Par la force de travail et mon goût naturel pour l’environnement, à mon actif, l’Hôpital de la Renaissance, le Musée National, la Place de la Nation, l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, la Banque Mondiale, le FAO, l’Hôpital Général de Référence Nationale et aussi bien d’autres institutions nationales qu’internationales ont été embellis par la société MIAN ENVIRONNEMENT, sans oublier la décoration de la rue de 40m, une réplique à l’image de la ville américaine de Las Vegas.

Dans votre discours d’investiture prononcé le 8 août 2011, vous avez lancé un défi à la jeunesse en ces termes : « Je rêve d'une jeunesse qui ose et qui a de l'audace ». La jeunesse doit prouver qu’elle est en mesure de relever ce défi. Conscient que les hautes autorités du pays ont entrepris des investissements colossaux dans le domaine des infrastructures pour faire de N’Djaména, la vitrine de l’Afrique, j’ai soumis un projet au Ministre des Infrastructures, Monsieur Adoum Younousmi pour contribuer à la promotion de cette politique qui pourrait matérialiser vos propos tenus le 8 août 2011. Ma vision est de transformer la capitale du Tchad qui me tient tant à cœur, la rendre belle et propre à travers le décoratif floral unique au monde. Le Ministre a donc approuvé mon projet après moult démonstrations devant une vingtaine de responsables de son département et en a tenu informé l’ancien Maire de la ville de N’Djaména, M. Abdelaziz Damane qui devait assurer le suivi. Aussitôt, les techniciens de la Mairie et mon équipe avaient matérialisé le projet sur certaines avenues de la ville.

Excellence Monsieur le Président, pour sensibiliser la population à participer activement en embellissant sa devanture, nous avions beaucoup communiqué autour dudit projet, à travers l’organisation des conférences de presse, des débats télévisés, l’insertion des publi-reportages dans les journaux et la diffusion des microprogrammes dans les radios. Ce qui m’a coûté la peau des fesses. Le projet, initialement arrêté à 5 milliards de FCFA pour son exécution, Excellence Monsieur le Président, à la demande du Ministre des Infrastructures, avec l’équipe technique de la Mairie, nous nous sommes privés de sommeil, abattant un travail de titan, pour réduire ce montant à 3.460.397.455 FCFA (réf. N°77/PR/PM/CPOSUA/CAB/2013 du 29 octobre 2013, N°639/M/SG/DV/2014 du 2 août 2014, N°553/DGR/CESC/2014 du 5 septembre 2014, N°710/MITAC/SE/SG/DGR/CESC/2014 du 15 octobre 2014 et V/LN°710/MITAC/SE/SG/CESC/2014 du 23 octobre 2014). Sur ces entrefaites, le 21 novembre 2014, le comité d’organisation du 25ème Sommet de l’Union Africaine m’a fait part de ses difficultés financières et, m’a contraint à revoir encore en baisse ledit dernier montant à 1,5 milliards. C’est ce qui fut fait. Mais, à ma grande surprise, le 27 novembre 2014, un responsable dudit comité me confie qu’une autre entreprise que mon marché a été réattribué à une deuxième personnalité de la Mairie centrale, qui auraient crée une société fictive cet effet. Outre ledit marché, notre société a effectué un travail de création des espaces verts et bordurettes à hauteur de 3 millions au Général Mahamat Kaka, qui a nuitamment refusé de nous payer depuis janvier 2014 pour des raisons inavouées.

Excellence Monsieur le Président, je garde encore en mémoire ce que vous avez dit dans une des chaînes panafricaines « Africa 24 ». Vous y affirmiez « qu’il sera très difficile de faire marcher les choses quand tout le monde ne regarde pas dans la même direction ». Si des jeunes audacieux se jettent à l’eau et que d’autres personnes doivent leur mettre les bâtons dans les roues, comment pouvons-nous faire pour sortir des sentiers battus? Je suis parmi ces jeunes qui osent et qui ont de l’audace, mais je me retrouve dos au mur par la force des choses. Si s’endetter jusqu’au cou pour accompagner les autorités du pays dans leur préoccupations de faire de N’Djaména, la vitrine de l’Afrique, est synonyme de péché, je serai contraint de fermer boutique.

Excellence Monsieur le Président, je pourrai vous écrire tout un livre si je dois sortir tout ce que j'ai sur le cœur. Raison pour laquelle j’ai opté pour vous adresser cette lettre ouverte, destinée à vous informer de l’injustice caractérisée subie par mon entreprise. Votre intervention personnelle, pour nous rétablir dans nos droits, constituerait un gage pour le développement de notre cher et beau pays, le Tchad.

 

Le Directeur Général de MIAN ENVIRONNEMENT

 

 

Mian Hingam Sauria

 

 

 

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur le Président de la République du Tchad, Chef de l’Etat, Idriss Déby Itno