Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

« Le Tchad sera-t-il le second Burkina Faso », se demande Makaila.over, un blog d’opposition qui est très organisé et semble le plus informé pour rendre compte de la situation dans ce pays très contrôlé par le pouvoir.

« Plus rien ne va au Tchad – pays pétrolier – où la grogne sociale s’est transformée en manifestation avec plusieurs mouvements de grève des enseignants, des avocats, des huissiers et des notaires. Ça a chauffé au Tchad ce mardi, particulièrement dans trois villes du pays »,constate le blog qui publie aussi quelques rares photos de cette contestation. Sur l’une d’entre elles, on voit des départs de feu sur une avenue, sans qu’on sache exactement où a été prise la photo... Selon le blog, plusieurs manifestations sont maintenues dans certaines villes du sud notamment, à Sahr à Moundou, deux villes où la répression policière aurait déjà fait plusieurs victimes, comme à Ndjamena la capitale, selon Makaila.over.

Face à un tel élan de contestation, le chef de file de l’opposition aurait même demandé à Idriss Déby de « ne pas se représenter » en 2016, relate encore le blog Makaila.over.

La révolte couve-t-elle aussi au Nord ?

Et sur le site de Tchad actuel, on trouve ce commentaire sur les manifestations de ces jours-ci hostiles au gouvernement Idriss Deby : « La lutte pour la survie, contre le retard des salaires, le manque du carburant, de l’électricité, de l’eau potable, contre la gabegie et les détournements massifs, cette lutte n’est pas l’affaire uniquement d’une partie de la population; elle concerne toute la population. Celle de la partie du nord a tort de revendiquer une quelconque proximité avec ce régime des apatrides, des prédateurs ; un régime qui affame la population pour expliquer son immobilisme ».

A noter cet article paru deux jours avant toujours dans Tchad actuel qui revient sur la manière dont Idriss Deby a vécu les événements de Burkina Faso. « La réaction de Deby quand un de ses conseillers lui a chuchoté à l’oreille la chute de son mentor au Burkina, aurait été celle-ci selon le journal d’opposition en ligne qui cite des témoins oculaires : Il était réellement plongé dans le vide ; ses interventions incohérentes, décousues et ressemblaient plus à des délires qu’à des paroles destinées à expliquer une situation, lit-on. « Preuve de son malaise », constate encore Tchad actuel, « Idriss Deby aurait ordonné séance tenante, le recrutement de 7 000 militaires pour la région du BET », dans le nord, sa région natale connue pour lui être, à certains endroits, hostile...