Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Beaucoup de tchadiens douteraient certainement de la crédibilité de l’opposition politique a faire changer les choses s’ils avaient l’opportunité de se prononcer sur le rôle de celle-ci. L’histoire politique de notre pays nous a tellement instruits que le tchadien lambda aura du mal à compter sur les leaders de l’opposition politique à apporter le changement tant attendu au Tchad. Est-ce que cette opposition a finalement atteint une maturité politique pouvant lui permettre d’apprendre à ses dépens ? Va-t-elle encore manquer le tournoi historique que le pays est en train de prendre ? Sera-t-elle à mesure de relever le défi au Tchad ? Telles sont les questions entre autres qui flottent dans la tête de nombreux tchadiens et tchadiennes.

Notre opposition a toujours brillé par son incapacité à s’unir, à se serrer les coudes afin de mener une lutte de libération. Pire, le militantisme du ventre dominant, on a vu ses leaders trahir ceux qui les suivent plus d’une fois. Bien évidemment, leurs intérêts égoïstes transcendent ceux de la nation. Nous avions vu nos leaders quitte et intégré le rang de la mouvance présidentielle à volonté. Real political shopping n’est-ce pas ? Mais à quand cela va cesser ? A quand la maturité ? Plus, son échec est principalement dû au fait qu’elle est tellement divisée. Cet état fait qu’elle représente plutôt une menace terrible au peuple au lieu d’être un organe qui milite pour son épanouissement. C’est une situation très honteuse qu’il faut avoir le courage de doigter.

Supposons que les 24 ans de règne de l’autocrate Deby équivaut à l’âge d’un enfant accouché par l’opposition politique tchadienne. Cette progéniture ne serait plus un gamin mais un adolescent capable d’apprendre de ses erreurs et de prendre son de la vie en main. Il est même impensable de considérer que l’enfant de 24 ans serait toujours à l’état d’allaitement à moins qu’il souffre de sérieuses anomalies mentales et de maladies chroniques.

Par analogie, en 24 ans de lutte politique, notre opposition doit être capable de tirer les leçons de ses multiples erreurs et faiblesses. Elle doit atteindre une maturité qui puisse lui permettre de rétablir la confiance entre elle et le peuple. Malheureusement, le constat montre que celle-ci n’a pas tellement grandit puisque les mêmes lacunes ou symptômes qui l’ont rendu ineffective continuent d’exister. Ce qui malheureusement va renforcer et garantir les risques de son manipulation par le régime et lui donne tous les moyens nécessaires de continuer à nuire aux aspirations du peuple si les données ne changent pas. Les mêmes causes produisent les mêmes effets dit-on.

Au nom d’une soi-disant préservation de la paix chèrement acquise, les accords politiques ont été maintes fois signés entre l’opposition et le parti au pouvoir mais aucun d’eux n’a abouti aux résultats escomptés. Or tout porte à croire qu’ aucune forme de consensus politique va marcher ou fera apporter une alternance politique au Tchad.

Cela n’est pas du tout surprenant du fait que le régime Deby n’a jamais fait preuve de bonne foi et n’en fera jamais pour faire avancer les choses dans l’intérêt de la nation tchadienne. L’opposition continuera-t-elle à se faire rouler et à faire rouler tout un peuple dans la farine de cette manière ?

Ce qu’on peut retenir de cette opposition sont les désunions, son incapacité à faire un front commun ou à composer une liste unique lors des échéances électorales. Ces fissures et ces lacunes persistantes offrent à Deby et à son régime la clef de la confiscation du pouvoir. Profitant de la crise au sein de l’opposition, le pouvoir MPS continue tranquillement d’asphyxier le peuple et ceci en complicité bien entendu avec les leaders de l’opposition politique.

L’inertie qui a paralysé notre opposition pendant longtemps l’a rendu totalement incapable de mobiliser la nation. Les évènements du 11 Novembre 2014 allaient tourner définitivement la page sombre de l’histoire de notre nation si on avait des leaders politiques préparés et prêts à se sacrifier pour la cause de la patrie. Au contraire, ce qu’on a observé c’était plutôt un silence notoire et puis des déclarations vides comme à l’accoutumée. Cela nous amènera nulle part.

Il est urgent que notre opposition se serre les coudes, apprenne de ses erreurs et qu’elle grandisse. Il est l’heure qu’elle fasse preuve de maturité et qu’elle fasse triompher l’esprit patriotique au-dessus des intérêts égoïstes. Que le patriotisme prenne le dessus des clivages ethniques et religieux. Que cesse l’amateurisme de l’opposition et que l’unité nationale prévale au- dessus du népotisme pour un Tchad nouveau et prospère.

Ce qui est certain, le salut du Tchad ne dépend pas de l’opposition politique mais elle a certes un rôle important à jouer si ses acteurs sont vraiment épris d’un patriotisme et d’une volonté réels de faire changer les choses au Tchad. La situation désastreuse de notre chère nation interpelle chaque tchadienne et tchadien quel que soit son appartenance politique ou religieuse à apporter sa pierre de contribution pour débarrasser notre pays de l’oppression clanique de Deby.

 

A l’instar de plusieurs nations, les tchadiens ont une conscience éveillée et ont déjà pris leur destin en main. Nous observons avec une attention très éclairée le comportement de notre opposition politique et attendons impatiemment de voir si elle saisira cette opportunité de marquer enfin positivement l’histoire du Tchad. Comme cette pensée bien populaire le dit, seuls les imbéciles ne changent pas. Nous avions vu au Burkina Faso que les proches collaborateurs de Blaise, ceux la mêmes qui ont soutenu son régime pendant des années ont décidé de regagner le rang de l’opposition par ce qu’ils ils ont cessé de se faire manipuler et ont plutôt choisi de brandir l’intérêt de la nation au- dessus de tout autre intérêt. Ils ont dit trop c’est trop. Comme conséquence, elle a su renforcer et mobiliser les mouvements de la jeunesse et de la société civile jusqu’au déclin du despote Blaise. Il n’est jamais tard. Nos leaders de l’opposition peuvent faire autant et ce sera un très grand service rendu à la nation tchadienne.

L’heure vient et il est déjà où notre opposition doit prouver qu’elle a grandi et qu’elle est capable d’apporter sa modeste contribution à notre pays. C’est le moment ou jamais de marquer l’histoire du Tchad et elle ne doit pas manquer ce rendez-vous. Le vent du changement a déjà commencé et donc rien ne l’arrêtera. Ce changement se fera avec ou sans notre opposition politique. Il faut qu’elle réfléchisse deux fois à l’histoire politique qu’elle veut laisser derrière pour cette grande nation qu’est tous la nôtre.

 

Mbaidanem

 

Le Navire du Changement Politique en Motion au Tchad : L’opposition Politique va-t-elle Encore Rater le Rendez-vous ?