Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

 

Le Tchad sous Idriss Deby a tout d’un pays de chimères, la gouvernance est une véritable farce qui frise une scène grotesque de clowns qui autour d’un chef complètement aux antipodes de la réalité, des clowns qui ne parviens pas à faire décrisper les malheurs sociaux qui se sont abattus sur les tchadiens depuis l’accession du MPS au pouvoir. Ce parti, un véritable repère de bandits et autres mafieux de tout bord pour qui volent et affament le peuple tchadien en dépit des importantes ressources générées par l’exploitation du pétrole.

 

Les beaux discours, les fanfaronnades et autres mesquineries des Hommes politiques qui plaident que le régime de Deby est un modèle ne sont que des beaux discours qui ne parviendront au grand jamais à cacher la jungle de la prédation et de la souffrance du peuple tchadien qui subit chaque jour toutes les ignominies de ce bas monde, toutes les injustices sans que le Président ne puisse lever le petit doigt.En vérité, il faut reconnaitre que le Président Idriss Deby en véritable chef de gang, n’a jamais eu d’inspiration pour la transparence de gestion des deniers publics et aucune volonté afficher pour lutter contre la gabegie monumentale et les injustices sans nom qui sévissent au pays.La passivité du régimeàréagir face aux souffrances du peuple est un acte réfléchi et organisé pour sauver les privilèges indus par les détournements, la corruption, l’injustice et la navigation sans boussole du régime.

 

En prenant connaissance du procès-verbal de constat de rébellion dans l’affaire Abdelaazizkoulamallah, je me demande si le régime du Président Idriss Deby mérite de perdurer encore au pouvoir? Combien de tchadiens ont subis et subissent encore les injustices de la part de ce régime et de ses affidés? Existe-t-il une justice au Tchad? Pourquoi Idriss Deby refuse-t-il obstinément d’enfourcher son cheval de bataille contre la gabegie, les détournements et l’injustice flagrante qui sévissent au Tchad? L’exploitation du pétrole était considéré par des nombreuses personnes comme un tournant dans la vie économique et financière du pays, mais la réalité est tout autre, c’est les barons du régime et leur racaille qui bénéfice de cette manne, laissant des millions de tchadiens dans la précarité et la souffrance. En dépit des infrastructures construites au pays, l’apparence est grandement trompeuse, tout se fait sous un véritable déluge de corruption et de gabegie.

On parle de passation des marchés et des appels d’offres qui ne sont qu’une bonne excuse, les bénéficiaires en sont les membres de la mafia clanique et leurs palefreniers et autres bouffons du MPS.

 

L’arrestation de Monsieur Abdelaziz Koulamallah n’est qu’un fallacieux prétexte pour bafouer la loi par le Ministre de la justice et son parent MahamatGalmaye, et ce, sous le regard attendrissant et protecteur d’Idriss Deby, le chimérique chef de l’état, sultan, chef de mafia clanique-ethnique en même temps, a cette allure des injustes, le compte du régime sera bientôt scellé comme ceux de Kadhafi, Ben Ali, Moubarak et Compaoré. Ne nous étonnons pas que le peuple descende dans la rue un jour pour mettre hors d’état de nuire davantage le régime inique et moyenâgeux qui est au pouvoir depuis 24 ans longues années de misères, d’injustices diverses, de massacres, de violations massives des droits l’Homme. Pourquoi accepter qu’une personne puisse défier la loi sans en être inquiétés? Monsieur MahamatGalmaye est-il un citoyen à part et donc au-dessus de la loi allant jusqu’à briser un scellé de la justice? Qui protège le sieur Galmaye? Pourquoi ce silence du Président et de son taciturne Premier Ministre? Le caractère intentionnel de l’acte commis par Monsieur Galmaye ne conduit-il pas à une preuve flagrante pour le jugement pour le délit derébellion fût rendu contre ?

Comme tous les Tchadiens, réclamons vivement une justice pour Monsieur Abdelaziz Koulamallah et surtout la démission du ministre de la Justice et la traduction en justice du sieur Galmaye pour rébellion en violant délabrement le scellé posé par un huissier agissant conformément a la loi.

 

Ali Ousman

 

A quand la fin des injustices au Tchad ?