Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Près de 200 militaires du 4e régiment de chasseurs, qui avaient été projetés en Centrafrique et au Tchad depuis la fin du mois de mai, sont revenus à Gap, ce vendredi. Ils ont été accueillis par familles et amis, venus en nombre, et par tous les membres du corps préfectoral, réunis autour de Pierre Besnard.

Engagé sur deux théâtres d’opérations, le 4e RCh a participé aux opérations Sangaris et Barkhane.

L’état-major du 4e RCh et les « Gaulois » du 3e escadron ont été projetés à l’ouest de la Centrafrique où le colonel Armel Dirou, chef de corps du régiment, avait pris le commandement des opérations à la tête du groupement tactique interarmes (GTIA) «de Boissieu». Selon le 4e RCh, le GTIA a permis un rétablissement notable des flux d’approvisionnement en direction de Bangui. Les soldats du 3e escadron, positionnés à Bossangoa, au nord-ouest de la Centrafrique, ont été en contact permanent avec la population et « sont parvenus à obtenir des renseignements pour lutter activement contre les groupes armés terroristes. Les opérations lancées ont toutes été couronnées de succès et ont porté des coups sévères aux groupes armés qui écument la région. »

Dans le même temps, au Tchad, les deux autres pelotons du 3e escadron, ainsi qu’une vingtaine de militaires de l’escadron de commandement logistique ont été projetés à N’Djamena. Ils ont été engagés au coeur du nouveau dispositif militaire français et ont assuré la protection du camp de Kossei et des ressortissants français.

Le sénateur Jean-Yves Dusserre a profité de cet événement pour renouveler son « soutien » au régiment de Gap, à l’heure où le budget 2015 prévoit la suppression de 7500 postes au sein de la Défense. « Dans un contexte économique difficile, il est de notre devoir de préserver les finances publiques de la France tout en veillant à remplir les responsabilités de la France en matière de Défense. Mon rôle en tant que sénateur sera de vérifier que les recettes attendues dans le budget de la loi de programmation militaire soient des recettes sincères. Je m’y appliquerai attentivement afin que ce budget Défense qui concrétise la transition vers un nouveau modèle d’armée mieux adapté aux nouvelles formes de crises, contribue réellement au redressement des comptes publics de la France. »