Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Idriss Déby Itno & François Hollande

Le président français François Hollande a pour habitude d’aller parfois voire toujours plus vite que la musique. On se souvient de son empressement quand il voulait aller « punir » le président syrien Bachar al-Assad, alors que les services français avaient complètement manipulé l’attaque chimique de leurs « rebelles ». Il a donc annoncé précipitamment la libération des jeunes nigérianes enlevées par Boko Haram depuis des mois. Or, le porte-parole des services de sécurité nigérians a affirmé hier, vendredi, qu’aucun accord n’avait encore été conclu avec le groupe islamiste armé Boko Haram pour la libération de 200 lycéennes, contrairement à ce qu’avait annoncé la présidence nigériane, aussi.

Après un entretien avec Idriss Déby, le président tchadien qui aurait négocié avec Boko Haram, François Hollande a voulu montrer au monde qu’il était le chef d’Etat occidental le mieux informé. Hélas, mal lui en a pris, il a mis la charrue avant les boeufs. Pendant ce temps-là, au Nigeria, interrogé pour savoir si un accord avait été finalisé pour la libération de plus de 200 lycéennes enlevées mi-avril, le responsable du Centre national d’information a répondu: « Non. Cet aspect n’a pas encore abouti mais nous nous en rapprochons de plus en plus ».

La cacophonie du pouvoir nigérian est à son comble. Le premier secrétaire de la présidence nigériane, Hassan Tukur, a affirmé un peu plus tôt qu’un accord avait été conclu avec Boko Haram pour un cessez-le-feu et la libération des lycéennes. « Ils ont accepté de libérer les jeunes filles de Chibok », a-t-il ajouté, faisant référence aux 219 adolescentes toujours portées disparues depuis leur enlèvement le 14 avril dernier dans leur lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria.

Les différents services du gouvernement nigérian ont déjà par le passé diffusé des déclarations contradictoires sur des événements de première importance. Vendredi soir, la présidence, l’armée et Mike Omeri s’entendaient toutefois sur le fait qu’un accord de cessez-le-feu avait bien été atteint. Ce samedi a été calme sur le front. En revanche, qu’en sera-t-il de demain ? Accord de cessez-le-feu avec des serpents ?

Au moment même où une armée coalisée comprenant le Cameroun, le Nigéria et le Tchad doit entrer en action dès novembre pour combattre Boko Haram, il est assez surprenant que le président Déby entreprenne cette démarche. Pire, que François Hollande s’accapare du sujet et que Abuja parle de cessez-le-feu. Tout ça est très troublant. Les « qui » se cachent vraiment derrière Boko Haram ? Mystère et boule de gomme…