Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le 26 août 1973, meurtre en Françafrique

Propos recueillis par Jean-Pierre Bat

Les lunettes de Foccart… est une rubrique qui permet de plonger dans l’histoire de la Françafrique, et de remettre dans son contexte l’histoire de la décolonisation de l’Afrique. Au petit matin du dimanche 26 août 1973, il y a 41 ans jour pour jour, Outel Bono, opposant tchadien, est abattu en plein Paris. Depuis plusieurs semaines il se sait en danger de mort, mais travaille à l’établissement d’une troisième voie politique au Tchad, entre le régime du parti-Etat de Tombalbaye et la rébellion du Frolinat.

Questions à… Cyprien Boganda, journaliste à L’Humanité Dimanche. Il mène actuellement une enquête sur l’histoire d’Outel Bono.

Qui était Outel Bono ?
C’était un opposant politique au régime de François Tombalbaye (1962-1975), dirigeant tchadien soutenu par la France. Elève brillant issu d’une famille modeste du Sud du pays, Bono est rapidement repéré par l’administration coloniale. Envoyé en France dans les années 1950 pour poursuivre ses études, il passe son doctorat de médecine à Toulouse. Dans ces années-là, il rencontre la fine fleur de la jeunesse africaine engagée. Il dévore Marx et Mao, fonde un journal d’opposition (L’Etudiant tchadien), s’initie à la pensée anticolonialiste. De retour au Tchad en 1962, le médecin ne renonce pas au militantisme. Avec ses amis, il dénonce les dérives autoritaristes du pouvoir en place : parti unique, arrestation des opposants, culte de la personnalité. Il est incarcéré à plusieurs reprises, à la suite de procès très médiatisés qui contribuent à forger son aura. Persécuté par le régime, il s’exile en France en 1972.