Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Une colonne des rebelles signalée à la frontière Nord-Est du Cameroun

Selon les sources sécuritaires de la Région du Nord, la rébellion serait composée des soudanais, tchadiens et de centrafricains.

Près de 400 hommes lourdement armés ont été repérés dans la localité de Larmanay, zone frontalière entre le Cameroun, le Tchad et la RCA. Depuis près de deux mois, cette guérilla campe sur les montagnes de Larmanay qui séparent ces trois pays. Au début, les autorités tchadiennes ont cru qu’il s’agissait d’une simple bande des orpailleurs, mais l’armement de guerre en leur possession oblige les uns et les autres à plus de méfiance. «Ils s’entrainent en para commando depuis qu’ils ont été repérés», indique la source.
Mercredi dernier, le Sous-Préfet de Larmanay au Tchad a saisi son collègue de l’arrondissement de Touboro au Nord du Cameroun de cette rébellion qui se pointe à la frontière commune des trois pays. Dans sa correspondance, le Sous-Prefet de Larmanay a indiqué que l’armée tchadienne était prête à lancer un assaut sur le site de la rébellion et demandait alors à son collègue

 

camerounais de prendre des dispositions pour que le Cameroun ne serve pas de base arrière auxdits terroristes.

La localité de Larmanay a toujours servit de cachette pour les rebelles tchadiens, soudanais et centrafricains. Les cavaliers soudanais qui avaient tué plus de 200 éléphants au parc national de Bouba Ndjida dans le Mayo-Rey avaient utilisé Larmanay pour leur base arrière.

Le 18 Octobre 2000, un hélicoptère de l’état major particulier de la Présidence du Cameroun avait été porté disparu à Larmanay. Cet appareil était parti au Tchad pour l'inauguration des travaux du projet pétrolier Tchad-Cameroun mais cinq minutes après le décollage de l'appareil de Kobé, la liaison radio a été coupée. Larmanay venait là d’écrire la première page triste de son histoire avec le Cameroun. La présence ce jour d’une colonne des rebelles à Larmanay réveille les tristes souvenirs de l’an 2000 et met d’avantage en garde le Cameroun qui à l’Extrême-Nord est en guerre contre le Boko Haram, à l’Est est préoccupé par la rébellion de la RCA et au Nord-Est, doit faire face à une nouvelle rébellion.