Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Senior Mbary

Plaidoyer pour une candidature unique de l’opposition démocratique aux élections présidentielles de 2016 au Tchad


par Senior Mbary
De façon légale, le président Deby avait utilisé l’Assemblée nationale, en jouant sur la majorité mécanique de son parti, le MPS, pour faire modifier notre Constitution en faisant sauter le verrou de la limitation des mandats pour rester aussi longtemps qu’il le veut au pouvoir. C’est aussi légalement qu’il pourrait être battu aux élections de 2016 afin que l’alternance soit enfin effective mais  à une seule condition : que l’opposition politique démocratique présente un seul candidat.
Beaucoup d’autres compatriotes, y compris les hommes politiques de l’opposition démocratique eux-mêmes, l’ont dit et répété avant moi. Cet article est un plaidoyer de plus à l’endroit de ces « sauveurs » car la répétition est aussi pédagogique.
Il n’y a pas longtemps, un chef d’un parti politique de l’opposition bien connu avait déclaré, dans une interview, que le président Deby Itno n’a jamais remporté aucune élection au Tchad. En réalité, il n’a fait que résumé le sentiment général car vu l’impopularité de cet homme, il est impossible qu’il gagne une élection organisée dans la transparence, même, minimale. Ce qui signifie que sans fraude, Deby allait être balayé du pouvoir depuis les premières élections présidentielles de 1996. Ceux qui avaient organisé ces élections et les chancelleries le savent bien et Deby lui-même aussi.
En ces moments-là, Mr Yorongar, le vrai gagnant, avait déclaré qu’il allait partir au palais récupéré sa victoire, et franchement, la population était prête à se sacrifier pour l’aider à récupérer sa victoire et à l’installer sur le fauteuil présidentiel ; malheureusement, l’action n’a pas suivi la déclaration et one ne sait pour quelle raison. Lui-seul est à même de répondre à cette interrogation.
Les autres élections qui ont suivi n’ont pas donné de résultats escomptés non plus parce que la machine à fraude était toujours en place avec l’appui de Paris et de certains milieux mafieux, la perte de confiance de la population vis-à-vis de ses hommes politique ou soit encore que certains hommes politiques avaient fait le jeu de Deby dans l’espoir de mieux se positionner pour les prochaines échéances. Ils se sont rendu à l’évidence de la détermination de Deby qui peut se résumer à ceci : j’y suis, j’y reste ; alternance, connais pas.
Aujourd’hui et il faut le saluer, la pourriture de la situation politique, économique et sociale du pays  a réveillé conscience de tout le monde, des hommes politiques au dernier paysan du village le plus reculé du pays, en passant par la société civile. Le pari de l’alternance politique en 2016 parait à priori peu probable aux yeux de certains compte tenu des moyens et la détermination de Deby et son clan de conserver définitivement le pouvoir pour eux, mais aucun pouvoir ne peut résister longtemps à la volonté et au soulèvement populaire quels que soient les moyens utilisés.
D’une manière générale, lorsqu’on vote un président, on s’attend en retour, à être mieux en sécurité chez soi dans son village ou ville, à voir améliorer ses conditions de vie, à voir grandir ses enfants mieux nourris, éduqués et logés. On s’attend aussi à être mieux considéré et respecté comme un vrai citoyen dans son pays. Et la liste n’est pas exhaustive.
Mais que constate-t-on aujourd’hui sous ce ciel tchadien du régime de Deby ? Même 2% de ce qui est attendu d’un président démocratiquement élu n’est pas obtenu. Bien au contraire, il y a un fossé énorme entre le programme politique et la réalité du vécu quotidien des Tchadiens alors que logiquement et sans exagérer, Tchadiens devraient se sentir mieux avec les ressources colossales que le pétrole de Doba a générées depuis 11 ans. Le constat est que non seulement, Deby et son clan s’accaparent de toute la richesse du pays, mais laissent leurs parents tuer, mépriser et humilier quotidiennement les Tchadiens des villes comme des campagnes qu’il est censés protégé par son serment. En plus, ces mêmes parents arrachent à la population déjà meurtrie, le minimum qu’elle s’est sacrifiée pour à la maison pour soulager sa famille.
Entre nous, en dehors de son clan et de leurs courtisans disséminés dans le pays au sein desquels d’ailleurs se trouve un nombre important des profito-situationnistes sans réel engagement politique en faveur du régime, qui est prêt à voter Deby pour le maintien de son régime au pouvoir?
Avec l’injustice à grande échelle et l’insécurité généralisée, doublées des actes d’humiliation et de mépris au quotidien que vivement les Tchadiens des villes et campagnes, si les élections présidentielles se passaient aujourd’hui, indubitablement, Deby et son parti MPS mordaient la poussière.
Avec l’introduction de la carte biométrique, le MPS commence à paniquer. Vous allez voir qu’à l’approche des élections présidentielles, la situation va changer au Tchad : l’eau et l’électricité seront assez régulières, l’insécurité sera ralentie et de petits gestes trompeurs de justice seront posés. Et des esprits naïfs diront que Deby a changé alors que c’est une vieille stratégie bien connue des politiciens.
Si les hommes politiques regroupés au sein de l’opposition démocratique aiment réellement leur pays et leur population, ils devraient se dépasser, enterrer momentanément la hache de guerre et les intérêts égoïstes et regarder exclusivement l’intérêt supérieur de la nation en danger, parce que le devoir et la responsabilité qui sont les leurs les interpellent.
Sachant qu’une candidature unique de l’opposition démocratique représente une menace sérieuse pour le pouvoir MPS, je suis quasi-convaincu que le pouvoir va tenter une infiltration, si ce n’est déjà fait, pour démarrer son jeu favori : la division. Et malheureusement, il y a toujours ces hommes politiques de l’opposition démocratique qui tombent dans le piège, pensant réussir seul.
Il y a pourtant une constante de l’histoire, que ce soit au niveau des individus, des entreprises ou des pays et qui devrait édifier nos hommes politiques : ceux qui réussissent ou s’en sortent le mieux, ce sont ceux qui restent toujours unis ou se mettent ensemble pour un objectif ou une cause commune. Et les exemples abondent.
Chers leaders politiques tchadiens de l’opposition politique, l’avenir du pays repose sur vous, sur les décisions que vous auriez à prendre pour les élections présidentielles de 2014. Une erreur politique de votre  part précipitera définitivement notre beau pays dans le gouffre et ce définitivement avec ce régime prédateur et gourmand à l’infini. Vous en aurez sur votre conscience toute votre vie et vos enfants seront indexés comme étant des rejetons des gens qui avaient l’opportunité de changer le pays et qui n’ont rien fait.
Il n’est jamais trop tard pour bien faire et les Tchadiens vont désormais observer chaque fait et geste de votre part pour une candidature unique aux élections présidentielles de 2016 parce qu’un tel geste sera synonyme de l’espoir et tous les Tchadiens épris de justice vous seront reconnaissants toute leur vie en cas de succès. Vous rentrez alors dans l’histoire par la grande porte. A vous donc de jouer et vous avez à priori le soutien de la majorité de nos compatriotes.
10/07/2014
Senior Mbary

 

Tchad: Plaidoyer pour une candidature unique de l’opposition démocratique aux élections présidentielles de 2016