Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 
Tous les quatre ans, à l'occasion de la fête mondiale du football communément appelée coupe du monde, on assiste à des scènes incroyables dans les différentes sélections africaines. Il est souvent question de primes avant matches. On ne sait pas comment ça se passe dans les autres fédérations, mais en Afrique, chaque fois, c'est le même problème. Les multirécidivistes sont les Camerounais. Cette année, les coéquipiers de Samuel Eto'o ont observé une grève avant d'embarquer dans l'avion pour le brésil. Ils voulaient percevoir en toute transparence, leurs primes avant de quitter Yaoundé. Ils sont même venus en retard au Brésil. Mais on sait que depuis l'épopée de 1990, où un seul joueur, Roger Milla, a amené le Cameroun en quart de Finale, le Cameroun a toujours été éliminé en matches de pool, même en 2002 où tous les spécialistes du foot avaient prédit que le Cameroun allait être l'équipe africaine à battre. Malgré une piètre prestation à chaque fois, les joueurs Camerounais ont toujours été les premiers à poser la question de prime avant chaque début du Mondial. Quand les joueurs réclament autant de millions de francs CFA, ils doivent être en mesure de relever le défi et défendre valablement  les couleurs nationales de leur pays. Mais ils réclament de l'argent, obtiennent gain de cause pour ensuite se faire humilier de la sorte, est simplement inadmissible. Résultats de tout cela : déroute totale : zéro point, neuf buts encaissés. Cette année, les joueurs Ghanéens ont imité les Camerounais. Alors qu'ils sont en très mauvaise posture dans leur groupe, les joueurs Ghanéens ont boycotté la dernière séance d'entraînement qui les préparait pour leur dernier match, capital, contre le Portugal. Ils avaient la possibilité de se qualifier. Mais ils se sont eux-mêmes déstabilisés : question de primes. Il a fallu que de l'argent liquide soit transporté par avion spécialement affrété pour que les joueurs reviennent à leur meilleurs sentiments. Résultat : un minable point pris sur 3 matches, synonyme d'élimination. Les joueurs de foot gagnent déjà suffisamment d'argent avec leur club. Ils n'ignorent pas que c'est tout un continent qui est derrière eux. Le pauvre paysan, dans son village, soutient sans rien attendre en retour, l'équipe qui représente son pays. Que dirait-on d'une armée nationale qui perd du terrain, face à l'ennemi, et qui se met à réclamer des primes pour poursuivre le combat ? Le foot, c'est simplement un jeu. Les joueurs devraient mettre en avant le patriotisme, démontrer ce dont ils sont capables avant de réclamer autant d'argent.
 
Au vu de ce qu'on a vu cette année sur le terrain au Brésil, les joueurs Camerounais et Ghanéens doivent simplement restituer les primes avancées par leur fédération respective. Etre Africain n'est pas chose facile, même sur un terrain de football.
 
BELEMGOTO Macaoura

 

Les footballeurs africains et la question récurrente des primes