Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

 

 
 
 

MAHAMAT BECHIR OKORMI : A QUAND LE RETOUR ?

Le réaménagement pour ne pas dire le réajustement apporté au gouvernement de monsieur PAHIMI DEUBE connaît un large succès national car il vient non seulement répondre à une exigence des institutions financières internationales mais également mettre un terme aux nominations fantaisistes et opportunistes, coutumes courantes censées récompenser quelques loyaux serviteurs de la république.

C’est un changement novateur puisque c’est la première fois qu’on applique une politique de recentrage et de jumelage des ministères. De là pléthore ministérielle qui existait avant, nous sommes redescendu à une équipe centrée de 21 ministres et 7 secrétaires d’Etat. Nous ne pouvons que nous réjouir du nouveau souffle que monsieur DEUBE veut insuffler à notre administration. Cette démarche permettra au Trésor Public de limiter significativement ses dépenses et d’accroître en conséquence ses rentrées de devises.

Par ailleurs, cette équipe a commencé à poser des actions concrètes de gestion efficiente des biens publics. A titre d’exemple, le montant de 3 milliards 700 millions de dépenses effectuées par l’Etat pour payer ses charges locatives auquel le Ministre Sécretaire Général du Gouvernement s’est engagé à recouvrer. Des départements régaliens sensibles continuent de louer de local pour abriter leurs services. Une situation difficilement concevable ailleurs. On ne peut souhaiter qu’une pérennisation des actions entreprises.

Cependant malgré ses éloges, un bémol persiste et vient entacherlégèrementcette intention sincère de dynamisme : c’est la présence renouvelée de certaines personnalités placées au mauvais poste avec des responsabilités qui dépassent souvent leurs frêles épaules. C’est le cas du chef de département de l’agriculture, à qui on a adjoint l’environnement. Bien que la titulaire actuelle du poste soit compétente, elle ne relève pas du domaine et manque d’expérience. Sans pour autant faire injure à sa personnalité, nous pouvons dire que ce département est trop grand pour elle.

Cette situation, me ramène à une ancienne réclamation émise pour plaider le retour de Monsieur Mahamat Béchir Okormi. Jour pour jour, il y’a une année environ que les populations du Borkou demandaient le retour immédiat de ce ministre innovateur, cadre compétent, sage parmi les sages, instruit parmi les instruis. L’opportunité m’étant offerte, je relance cette requête des fils du Borkou pas simplement au profit des enfants de la région en particulier mais également pour les populations tchadiennes en général.

Je voudrais rappeler simplement une évidence simple que tous les enfants du Borkou expriment depuis longtemps : le retour souhaité de Monsieur MAHAMAT BECHIR OKORMI, cadre irremplaçable et plusieurs fois ministre.

C’est par la compétence, la clairvoyance, la personnalité et les projets innovateurs de Monsieur MAHAMAT BECHIR OKORMI qu’il a marqué sa présence partout où il est passé en tant que ministre. Pourquoi, dans ce pays l’effort n’est pas récompensé à sa juste valeur. Un tel cadre ne mériterait-il pas plus qu’un poste de conseiller technique à la présidence ? Les enfants du Borkou veulent que les compétences de ce ministre, ex.chef de fil du Borkou et parmi les tous premiers membres de mouvement patriotique du salut (MPS) soient reconnues et appréciées à sa juste valeur par le chef du gouvernement. C’est un appel des fils du Borkou dont je me fais le porte parole.

Je profite de l’occasion pour féliciter le Chef de l’Etat pour le choix de monsieur PAHIMI DEUBE qui, malgré les critiques de ces éternels insatisfaits, a fait ses preuves et montré sa compétence. Mes remerciements vont également à l’endroit du Ministre de la Santé Publique, de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale dont le profil correspond au poste occupé. Il est l’incarnation même de l’expression : « un homme qu’il faut à la place qu’il faut ».



SALEH SOUGOUDI KELLEMI