Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Si le ridicule devait tuer, personne ne serait debout au Tchad, particulièrement les dirigeants de ce pays. La dernière en date est la gesticulation à grande échelle autour du Rapport sur les perspectives économiques de l’Afrique de 2014 où le Tchad est classé deuxième parce que les perspectives lui sont favorables avec l’entrée en production des nouveaux champs pétrolifères avec un taux de croissance prévisionnel du PIB de 11.2%.

Depuis plusieurs jours, ce chiffre fait l’objet d’une diffusion en boucle à la Télévision nationale et à des interventions publiques pour venter cela. La plus choquante et la plus ridicule, à la fois, de ces interventions est celle de Mme Mariam Mahamat Nour, ministre du Plan. Son attitude est choquante ridicule parce qu’elle est économiste et elle le sait très bien que ce taux ne veut rien dire pour le Tchad sous ce régime, si ce n’est simplement pour plaire à son patron de président, une sorte de griotisme subtile. Elle aurait pu se taire car il n’y absolument rien à s’en réjouir.

Depuis 2003 en effet, avec le démarrage de l’exploitation du pétrole, le taux de croissance au Tchad est toujours resté élevé ; mais en dehors des infrastructures routières et des bâtiments publics construits çà et là au mépris d’ailleurs des normes recommandées, quel est l’impact réel de ces investissements dans l’amélioration des conditions de vie des Tchadiens aujourd’hui? Quelques repères :

Au plan sanitaire,

- La seconde enquête démographique et de santé (EDST2) de 2004 pour la période 1997-2004 avait montré que le taux de mortalité maternelle au Tchad, qui est un indicateur phare du progrès social dans un pays, était de 1099 décès pour 100 000 naissances vivantes contre 827 pour l’ESDT1 (1989-1997), signifiant que la situation sanitaire au Tchad s’est dégradée ;

- Selon les chiffres officiels de l’Atlas des statistiques de santé de l’OMS en Afrique de 2014, le taux de mortalité maternel est de 1 100 décès pour 100 000 naissances vivantes. Ce chiffre confirme les données de l’EDST2 et indiquent par ailleurs que la situation sanitaire dans ce pays s’est davantage dégradée qu’on ne le pensait ;

- Dans son rapport de 2014, la très sérieuse ONG, Save and Children, a classé le Tchad parmi les pires endroits au monde pour une mère. Le pays occupe quasiment le dernier rang alors qu’il a les moyens de sa politique et aurait dû inverser la tendance depuis lors.

En matière de développement humain et de gouvernance

- Le même rapport auquel se réfèrent les autorités tchadiennes pour gesticuler indique que 37 pays africains ont un niveau de développement très faible et des droits humains non respectés. Il va sans dire que le Tchad est en bonne place parmi ces pays ;

- Pendant que la tendance générale reflétée dans le classement 2012 de l’Indice Ibrahim Mo de la bonne gouvernance en Afrique est à l’amélioration, le Tchad occupe l’avant-dernier rang devant la Somalie ;

- Le Tchad fait partie des 15 pays africains où la pratique des affaires est la plus malaisée selon le rapport sur les Perspective économiques en Afrique 2014 de la BAD, de l’OCED et du PNUD ;

- Le rapport de Transpareny International de 2013 classe Tchad au 163ème sur 175.

Madame le Ministre, vous savez bien, comme tout intellectuel que la combinaison de tous ces facteurs ne contribue jamais au progrès social, donc au développement d’un pays, quel que soit son taux de croissance. C’est une honte de se réjouir d’un chiffre alors que la réalité est triste pour notre population et pour notre pays. De grace, à défaut de vous battre, restez tranquille et brouter, comme c’est la règle pour ce régime que vous servez avec zèle et détermination.

Senior Mbary

 

 Gesticulation des autorités tchadiennes autour du Rapport sur les perspectives économiques en l’Afrique en 2014