Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

CONVENTION TCHADIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS HUMAINS

C.T.D.D.H

BP : 5839 Ndjamena E mail : convention.ctddhongatchad

Tel : +235 66267981 ; +235 92106983 Siege National : Avenue Oumar Bongo face à la Station- Service NIMRO

 

COMMUNIQUE DE PRESSE N°50/2014

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) se félicite de la fin de non recevoir opposée par l’Assemblée Nationale à la privatisation de la SOTEL-TCHAD.

La C.T.D.D.H.espère que cette décision est définitive et que l’Assemblée Nationale a suffisamment tiré les leçons du bradage éhonté de plusieurs entreprises nationales comme la SNER, des contrats de concession scandaleux accordant 90% des redevances perçues sur la confection des cartes d’identité nationale, des passeports ainsi que de celles des cartes grises, licences, permis de conduire etc. à la SOGECT-TCHAD une entreprise appartenant à un proche du chef de l’état.

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) entend suivre ce dossier, étant entendu que la SOTEL est l’une des dernières grandes sociétés d’état qui n’est pas encore devenue une propriété du clan au pouvoir.

La C.T.D.D.H se réserve le droit en cas de bradage avéré de la SOTEL- TCHAD d’engager une procédure judiciaire contre cet acte préjudiciable au bien être des tchadiens au regard de l’article 11 du Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels.

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) exhorte l’Assemblée Nationale à plus de vigilance et lui demande de ne pas faillir dans l’examen de ce dossier et surtout de résister aux pressions de toutes sortes par ce que sa crédibilité est à ce prix.

Fait à N’djamena le 02 Juin 2014

 

Le Secrétaire Général

 

Mahamat Nour A. Ibedou

 

Affaire SOTEL; la CTDDH se félicite de la fin de non recevoir de l'Assemblée nationale