Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

CONVENTION TCHADIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS HUMAINS (C.T.D.D.H)

Bp : 5839 N’djamenaCT

Tel :00235 92 10 69 83

Siege National :Av Oumar Bongo face station-service Nimro

 

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) rappelle à l’opinion nationale et internationale que Monsieur Moussa Tao, Mouckhtar Nantcho et Ramadane N’garbassa arrêtés lors de la prétendue «conspiration » du 13 mai 2013 sont jusqu’aujourd’hui détenus dans la Prison d’Amsinéné.

Tout en se félicitant de la libération en janvier 2014 des dix personnes arrêtées pendant les mêmes évènements, la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H), estime que Messieurs Moussa Tao, Mokhtar Nantcho et Ramadan Ngarbassa sont des prisonniers politiques et exige à ce titre leur libération immédiate .

D’autre part l’ex Secrétaire d’état Ismaël Idriss Ismaël arrêté en Centrafrique et extradé depuis Avril 2012 au Tchad continue à séjourner dans la même prison depuis 3 ans sans jugement ; la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) informe l’opinion nationale et internationale que Mr Ismaël possède un double statut de prisonnier politique et de prisonnier d’opinion. En raison du caractère arbitraire et donc inadmissible de sa détention, la C.T.D.D.H exige que le gouvernement y mette fin immédiatement.

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits humains attire une fois de plus l’attention du gouvernement sur ces violations flagrantes des droits de l’homme et rappelle qu’un système qui se veut démocratique ne saurait s’accommoder des telles entorses aux libertés fondamentales.

La C.T.D.D.H entend suivre la situation de ces prisonniers politiques et rendra le gouvernement tchadien responsable d’éventuelles atteintes à leurs intégrités physiques.

 

Fait à N’Djamena le 28 Mai 2014

Le Secrétaire Général

Mamamat Nour A. Ibédou

Tchad: la CTDDH préoccupée par les détentions arbitraires dans le pays