Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Au Tchad, la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC), la principale coalition d'opposition, va-t-elle finalement rejoindre le dialogue politique avec le pouvoir ? Les opposants ont énoncé leurs conditions, et des discussions sur leur participation se sont engagées avec le pouvoir. Elles ont même été sur le point d'aboutir avant de connaître mercredi un blocage de dernière minute.

C'est le nombre de places laissées à la CPDC au sein du dialogue politique qui a sans doute été le point le plus sensible des discussions de ces dernières semaines. Un accord a pourtant pu être trouvé entre la coalition de l'opposition et le pouvoir. Il prévoit que neuf fauteuils sur 21 soient laissés à l'opposition et que sur ces neuf sièges, cinq reviennent à la CPDC.

Les responsables de la coalition étaient sur le point de désigner leurs représentants au sein du Cadre national du dialogue politique quand ils ont été conviés il y a deux jours par le Premier ministre. Selon eux, ce dernier serait alors revenu sur les termes de l'accord, comme l’explique Ali Golhor, l'un des responsables de la CPDC :

« Le 25, nous avons été invités par le Premier ministre, qui nous a informés que le président de la République a, heureusement, accepté nos propositions. Mais le lendemain, le 26, le Premier ministre nous convoque de nouveau pour dire que non, ce n’est plus cinq, mais trois membres seulement. Ce n’est pas sérieux, quand on conclut un accord et puis vingt-quatre heures après on vient dire autre chose. »

Problème comptable

Du côté du MPS, le parti au pouvoir, on explique que les engagements sont bel et bien tenus. C’est ce que confirme Adrien Malo Beyom, secrétaire général du MPS : « La CPDC a demandé cinq places. Or, il s’est avéré qu’il y avait déjà deux membres de la CPDC qui étaient rentrés dans le dialogue politique. Ils siégeaient déjà dès le début avec les autres membres de l’opposition. Donc, le gouvernement concède les cinq places, à condition que ceux qui étaient là puissent maintenir leur place. »

Dans cette polémique comptable, chaque camp appelle pour l'instant l'autre à la raison.