Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

TCHAD : MESSAGE : Le président Idriss Déby Itno continue de provoquer les borogats après sa phrase méprisante lancée envers les borogats en 2005 à Fada devant les cadres du BET «ti borogat ki ti day  » C'est quoi c'est Borogat ?

 

 

Nous allons faire un petit résumé significatif afin d'enseigner Idriss Déby et ses détracteurs de ce que voulait dire historiquement le mot Borogat. Le terme borogat désignait un groupe important de plusieurs clans bideyats réunifiés sous un seul canton, qui était le canton borogat historiquement connu par le colonisateur français. Les clans bideyats sont plus nombreux et ils vivaient autrefois sur des vastes territoires de l'Ennedi et chaque clan possédait un terroir délimité à son nom où au nom de lieu de son habitat. C'est les bideyats borogats qui ont peuplé et continuent de peupler le canton biliyat tout en émigrant à cause de certains événement anciens ou nouveaux et aussi tout en faisant la transhumance.

 

 

Nous savons pertinemment que aujourd'hui 80%  des familles qui composent le canton bilia sont d'origine bideyats venant de nohi, de bâchekélé et d'autres contrées bideyats borogats. Le canton bideyat borogat c'est un grand ensemble cosmopolite formées des familles autochtones et des groupes de personnes venant d'un peu partout à travers le Tchad. C'est le colonisateur français qui avait nommé à la tête du canton bilia Mourah NASSOUR dit doud Mourah de clan habaida (borogat).

Dit-on que «nos oreilles sont plus anciennes que nous» donc nous avons appris après la mort du chef de canton doud Mourah, les bilia avaient dansé sur sa tombe pendant des jours et des jours.

Les lieux d'habitat des bideyats borogats dans les périphéries de Fada :

  • TEBI
  • OUNI
  • FADA
  • ELICHÉ
  • TOBOUDO
  • ARCHI
  • NOHI
  • ARIBA
  • CHIBI
  • BACHÉKÉLÉ
  • SOURTO
  • NONOU
  • OUTILI
  • TOUKOU
  • TOURBOUL

 

Avant l'arrivée de la colonisation française les habitants de NOHI et de BILÉYÉ donnaient leurs tributs (impôts) à DARFOUR au sultan ALI DINAR,

- Ceux de l'ouest de Fada, ELICHÉ, OUNI, TOBOUDO, ARCHI, ils étaient relationnelle-ment liées au DIRDÉ de WARA.

Les bilia proprement dits étaient moins nombreux, le terme biliyé désignait seulement les descendants de souleimane Ahmat dit-on qu'ils venaient de la basse Égypte en passant le Darfour.

 

Il y avait quatre fils qui formaient les quatre clans de biliya «  kouli(kourierah), boro(borounga), oro(orola) et iti(itinga) ».

Les descendants de Kouli et de Oro sont en permanence conflit à cause des disputes de la chefferie. Ce que les Idriss Déby et ses alliés béri appelaient depuis leur 24 ans de pouvoirs les bideyat borogat de « Touba-doumachi » parce que ils étaient liés aux autres goranes par le lien de sang. Un exemple ! Tout les gaieda sont les descendants de Oumar BEN CHECK, ils ont comme une seule aïeule la fille de Elichida (borogat). Au BET : une expression proverbiale disait que « quand on tire une coloquinte c'est toutes les tiges qui bougent et se suivent » donc ce qui veut dire que quand quelqu'un touche les borogat, il a affaire aux gaieda et si les gaieda sont victimes ça touchera tous les goranes.

 

 

Depuis des siècles, ils étaient tous liés par le lien sacré de mariage,

Il a toujours manqué au président Idriss Déby le respect envers les autres tchadiens, les bonnes manières et les bons propos envers ses concitoyens, souvent il lui arrivait de dérailler par zèle et abus de pouvoir, d'insulter publiquement les hommes politiques, les cadres et les officiers de l'armée. Idriss Déby a-t-il une complexe d'infériorité sinon pourquoi il traitait les borogat de tout les mots d’oiseaux.

Une expression proverbiale dit que « la vache voit dans quel abreuvoir se trouverait son sang » est-ce que d'après les oracles de ses féticheurs, de ses magiciens et de ses marabouts celui de Idriss Déby se trouverait dans celui des  borogat.

On n'arrive pas à comprendre pourquoi Idriss Déby s'en prenait hier quand les coupeurs des routes se font arrêter par les gendarmes que les borogat tchowoda de minoritaire, de bili (courtiers de dromadaires des gardes nomades).

Si Idriss Déby est du côté des forces de l'ordre, il devait immédiatement mettre aux arrêts le général Salé Toma qui avait libéré les deux coupeurs de routes emprisonnés par les gendarmes.

 

Ce que oublient Idriss Déby et son entourage de tchowoda, les tchowoda sont nombreux, on peut les retrouver dans le sultan de Tibesti (dirdé de Tibesti), dans le canton borogat et dans les cantons arabes. Le gendarme en mission recommandé qui a été tué par les coupeurs de route est tchowodé, là on venait de voir clairement que Idriss Déby défend les coupeurs de route parce qu'ils sont ses parents et non les forces de l'ordre qui défendent nuit et jour la loi. Idriss Déby et quiconque au Tchad savent que les borogat est un ensemble de forces intellectuelles et militaires à ne pas sous estimer, à ne pas négliger et à ne pas méconnaître ses valeurs au sain des institutions de la république sous quelques régimes que se soit au Tchad.

Ce qui m'a poussé à réagir en fondant ce récit, c'est les propos malsains et malveillants souvent répétés de Idriss Déby envers les borogat et à l'ensemble des Tchadiens. Nous observons chaque jour, laissés Idriss Déby et sa clique de razzia de nous enfoncer, de nous rabaisser, de nous indigner et de nous humilier au plus profond de notre être.

 

Dit-on que « vivre dans la honte c'est mourir sans vengeances ».

C'est vraiment honteux et indigne pour nous de palabrer dans les bureaux, sur les marchés et partout  où nous nous trouvions de critiquer seulement les actions et la politique de MPS depuis 24 ans que Idriss Déby a fait ceci ou cela sans autant prendre notre responsabilité. Laissons nos divergences des points de vues, nos querelles mesquines, les moi et les surmoi de côté et solidarisons nous pour faire partir ce régime de MPS antinational et belliqueux du Tchad.

Il ne sert à rien de nous rêvasser en croisant les bras et scruter chaque jour l'horizon à travers les mirages que des forces imaginaires viennent chasser Idriss Déby et sa clique de pilleurs de leurs paradis terrestre le Tchad.

 

 

                TAZ

 

 

Tchad: Idriss Deby provoque-t-il les borogats?