Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

M3F : notre vengeance sera le pardon

 

Beaucoup de tchadiennes et de tchadiens se demandent comment se comportera l'alternance à Idriss Deby si celui-ci venait à être renversé (car soyons-en sûr, comme Kadhafi ou Ben Ali, il viendra à être renversé). Beaucoup doivent se dire en leur for intérieur que l'opposition et notamment le M3F, sa composante principale, ne fera que remplacer une dictature par une autre dictature, une tyrannie par une autre tyrannie, un régime prévaricateur par un autre régime prévaricateur. Certains tremblent même en imaginant le déchaînement de violences qui suivra la chute du tyran de Ndjamena, le flot de vengeances qui s'abattra sur ceux, qui, simplement suspects de complaisance avec l'ancien pouvoir, seront offerts à la vindicte des nouveaux maîtres du pays.

 

Dans les précédents communiqués du M3F, nous avons déjà exposé les idéaux pour lesquels nous nous battons et déjà affirmé à plusieurs reprises que notre projet politique ne se limite pas à renverser un potentat, aussi criminel soit-il, mais bien à instaurer un véritable régime démocratique au Tchad qui fera du développement sa priorité. Nonobstant, nous ne nous étions pas encore exprimés sur le sort que nous voudrions réserver aux anciens dirigeants une fois l'alternance réalisée. Bien entendu, pour ce qui est des principaux responsables du régime, les plus criminels, les plus compromis dans l'appareil répressif, ceux-ci seront traînés devant un tribunal pour y être jugé selon les principes d'un Etat de droit. Il n'y aura ni vengeance arbitraire ni atteinte à leur intégrité physique, tout simplement l'exercice plein et entier de la justice pour que plus jamais de telles horreurs ne se reproduisent au pays de Toumaï.

 

Néanmoins, pour tous ceux qui ont certes travaillé avec le régime actuel mais qui n'ont pas commis de crimes, oui, pour tous ceux-là, notre vengeance sera le pardon. Car il nous faudra le concours du plus grand nombre pour rebâtir la nation tchadienne. Y compris des ressortissants d'Amdjarass. Cette nation tchadienne, anéantie par des années d'intolérance d'un pouvoir clanique qui a clairement avili la majorité du peuple au profit d'une infime minorité, devra renaître de ses cendres. Comme en Afrique du Sud au sortir de l'Apartheid, elle devra réapprendre le sens des mots « fraternité » et « vivre-ensemble », pour que plus jamais un Homme ne soit déconsidéré par un autre en raison de ses liens de sang ou de sa religion. Elle devra s'unir dans la concorde et le respect mutuel, pour que demain, si des nuages menaçants se pressent à ses frontières, elle soit en mesure de se lever pour y faire face et qu'à ce moment-là, chaque tchadien devienne le gardien de son frère, quelles que soient ses origines.

 

Alors, c'est aussi cela le M3F. C'est un rêve, le rêve d'Ibni et de nombre de tchadiens avec lui. Celui de la réconciliation nationale et de la renaissance d'un Tchad de paix et de justice, qui, contrairement à ce qui se passe actuellement, verra les animistes et les athées, les musulmans et les chrétiens, les nordistes et les sudistes, les zaghawas et les ressortissants des autres ethnies, vivre en parfaite harmonie. Ainsi et seulement ainsi, notre pays aura définitivement écarté le spectre du tribalisme et nous pourrons enfin considérer comme d'un autre âge la célèbre adresse de Beaumarchais à ceux qui ont tout eu sans rien mériter : « Qu'avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donnés la peine de naître, et rien de plus. »

 

 

Fait à Pontoise (Le Trône) le 4 mars 2014,

 

Collectif

M3F : notre vengeance sera le pardon au Tchad